Edition du samedi 21 octobre 2017

Préserver la faune sauvage du Grand Est

Inauguration du Centre de Sauvegarde pour la Faune en Lorraine et signature de la convention de partenariat entre la Région Grand Est et les quatre centres de soins pour la faune sauvage du Grand Est.

Relâché d’un hibou / nourrissage d’oisillons / nourrissage d’un hérisson / relâché d’un Torcol / © CSFL

Relâché d’un hibou / nourrissage d’oisillons / nourrissage d’un hérisson / relâché d’un Torcol / © CSFL

Ce jeudi 5 octobre 2017, Christian Guirlinger, Conseiller régional, Président de la Commission Environnement et Frédéric Burda, Président du Centre de Sauvegarde pour la Faune en Lorraine, ont inauguré le Centre de Sauvegarde pour la Faune en Lorraine (CSFL), à Valleroy (54), en présence de, Bernard Keller, Président du Groupement Ornithologique du Refuge Nord Alsace (GORNA), Yves Muller, Président de la Ligue pour la Protection des Oiseaux Alsace (LPO) et Bruno Jonet, Président du CPIE du Pays de Soulaines, pour le Centre de Réhabilitation et de Sauvegarde Régional de la Faune Sauvage en Champagne-Ardenne (CRESREL).
A cette occasion, Christian Guirlinger a présenté la politique régionale en matière de sauvegarde de la faune du Grand Est et a signé une convention triennale (2017-2019) de partenariat entre la Région et les quatre centres de soins pour la faune sauvage du Grand Est.

Préserver les animaux sauvages

« La sauvegarde de la faune sauvage fait partie de la mission de préservation et de gestion du patrimoine naturel de la Région Grand Est. Cette volonté de protéger notre environnement naturel est partagée depuis plusieurs années avec les partenaires locaux que sont les centres de soins pour la faune sauvage. En tant que chef de file en matière de biodiversité, la Région définit et oriente les stratégies de sauvegarde des espèces et les outils d’intervention à mettre en œuvre. C’est pourquoi nous souhaitons renforcer la collaboration entre les quatre centres de soins présents dans le Grand Est. Ensemble, nous serons plus efficaces pour préserver les animaux sauvages, notamment les espèces protégées, qui peuplent tout notre territoire. » a souligné Christian Guirlinger.

La faune sauvage du Grand Est : un patrimoine naturel à préserver

La Région signe une convention pour améliorer la sauvegarde des animaux sauvages

Dans le cadre de sa politique en matière de préservation de la biodiversité, la Région Grand Est intervient dans le domaine de la protection de la faune sauvage, en apportant notamment son soutien aux quatre centres de soins présents sur le territoire. La Région a souhaité formaliser le partenariat qui la lie à ces centres à travers une convention triennale 2017-2019. Cette convention rappelle les objectifs partagés par la Région et les centres quant à la sauvegarde, au soin et à la réinsertion de la faune sauvage en détresse. L’enjeu est aussi de permettre une meilleure couverture du territoire par les centres de soins, en favorisant un travail de coordination et d’harmonisation de leurs activités. En mutualisant leurs moyens et leurs savoir-faire, les centres sont plus efficaces pour soigner les animaux recueillis.
Ainsi, chacun des quatre centres s’engage à :
– se structurer et se constituer en réseau tout en permettant à chaque centre de conserver son autonomie de gestion et de décision
– définir ensemble un périmètre géographique d’intervention pour chacun, de façon à être en mesure du couvrir l’ensemble du territoire du Grand Est
– travailler à une spécialisation des interventions pour chacun, dans la mesure du possible, dans l’objectif commun d’augmenter le taux de relâché dans la nature des animaux accueillis,
– développer les échanges logistiques entre les quatre structures dans une logique de mutualisation, – mettre en place des actions de communication communes.
De plus, cette convention de partenariat prévoit un soutien au fonctionnement de chacune des quatre structures à hauteur de 25 000 € par an. 15 000 € supplémentaires ont été accordés au CSFL et au CRESREL pour aider à leur démarrage. Les centres de soins peuvent en outre recevoir des aides à l’investissement en fonction de leurs besoins.

Le rôle des centres de soins pour la faune sauvage

Les centres de soins pour la faune sauvage ont pour mission d’héberger, de soigner et d’entretenir les animaux de la faune sauvage momentanément incapables de pourvoir à leur survie dans leur milieu naturel. Une fois les soins prodigués et l’animal guéri, il s’agit de le réinsérer dans son environnement naturel. Ces centres répondent aux sollicitations des personnes confrontées à la découverte d’animaux blessés et peuvent également mener des actions de sensibilisation auprès du grand public.

La biodiversité : un axe majeur de la politique environnementale régionale

La Région Grand Est poursuit une ambitieuse politique environnementale qui s’appuie, entre autres, sur la préservation, la gestion et la valorisation des espaces naturels patrimoniaux. Notre région compte en effet un grand nombre d’espaces naturels exceptionnels tant par leur paysage que par leur biodiversité. 6 Parcs Naturels Régionaux couvrent 15 % du territoire. Avec ses 25 Réserves naturelles régionales, le Grand Est dispose de trésors naturels devenus de véritables lieux d’éducation à l’environnement. Des lieux que la Région entend préserver en leur apportant son soutien et en favorisant les actions de sensibilisation à l’environnement et au développement durable, notamment en direction des jeunes.
Les 3 Conservatoires d’espaces naturels du Grand Est jouent également un rôle prépondérant dans la préservation de la biodiversité. Ces derniers bénéficient de l’agrément Etat/Région et participent à la sauvegarde des milieux et des espèces menacés à travers une démarche axée sur cinq objectifs :
– connaître le patrimoine naturel pour le protéger,
– protéger les sites naturels pour préserver les espèces, – gérer durablement pour conserver la biodiversité, – valoriser les sites et accueillir le public.
Tous ces espaces remarquables contribuent à la promotion de l’ensemble du territoire et à son attractivité.
La préservation de ces lieux naturels d’exception entre notamment dans le cadre du Schéma Régional d’Aménagement, de Développement Durable et d’Egalité des Territoires (SRADDET), lancé par la Région en février dernier. Il s’agit d’un document de planification prescriptif qui vise à synthétiser, croiser et enrichir les schémas existants (dont le SRCE, Schéma Régional de Cohérence Ecologique qui met en œuvre la Trame verte et bleue) pour donner une vision stratégique et claire sur l’aménagement, le développement durable et équilibré des territoires pour renforcer l’attractivité du Grand Est.

Présentation des quatre centres de soins pour la faune sauvage du Grand Est

 Le Centre de Sauvegarde pour la Faune en Lorraine (CSFL – 54)

Créé il y a tout juste 2 ans et reconnu d’intérêt général, le CSFL est implanté sur une partie du Jardin nature LPO de Valleroy, conservant ainsi un vaste terrain naturel qui sert de base pédagogique et de découverte de la biodiversité.
Le centre accueille, soigne et relâche toutes les espèces d’animaux sauvages en détresse telles que les oiseaux, les mammifères (hors sangliers et chevreuils), les amphibiens et les reptiles. En 2016, parmi les 680 animaux recueillis, figuraient 12% de mammifères et 87% d’oiseaux, dont des espèces très sensibles comme la chouette chevêche, le faucon hoberau ou encore le hibou grand-duc. Depuis le début de l’année, 1 530 animaux ont été accueillis, soit plus du double par rapport à l’année dernière.
Outre ses missions liées à la conservation de la faune sauvage, l’équipe du CSFL, composée de 2 salariés, de 4 services civiques et de nombreux bénévoles, réalise également des stages de formation, organise des conférences et des expositions, conçoit des documents d’information et de sensibilisation pour le grand public.
Dans un souci de préservation de l’environnement, les locaux du centre ont été construits en matériel écologique ; ils se composent d’un bureau d’accueil qui permet aux découvreurs d’animaux de venir déposer et d‘enregistrer leur découverte, d’une salle de soins ainsi que d’une salle de repos nécessaire à la convalescence. Des volières permettent également d’héberger les oiseaux reccueillis.

En savoir plus ici

 Le Groupement Ornithologique du Refuge Nord Alsace (GORNA – 67)

Créé en 1983 et reconnu de mission d’utilité publique, le GORNA est le plus ancien centre de sauvegarde du Grand Est.

Agréé pour toutes les espèces de l’avifaune européenne et les mammifères terrestres du territoire métropolitain, il est implanté dans le Parc Naturel régional des Vosges du Nord à Neuwiller-Lès-Saverne. Son équipe de soigneurs professionnels se compose de 4 salariés et de 2 aide-soigneurs ainsi que de vétérinaires bénévoles.
Son secteur d’intervention rayonne du Nord du Bas-Rhin et de l’Eurométropole de Strasbourg à l’Est de la Moselle et de la Meurthe-et-Moselle.
En plus de sa mission première d’accueil et de soins d’animaux blessés, ce centre exerce dans d’autres domaines d’activité, notamment de prévention de certaines causes d’accueil et de sensibilisation du public, de surveillance épidémio-sanitaire de la faune et de vigilance de santé publique pour l’influenza aviaire. En tant que pôle de formation agréé, il forme également des professions relais comme les pompiers, gendarmes, gardes forestiers, bénévoles d’associations de protection de l’environnement, etc.
Fort de son expérience, le GORNA présente un excellent taux de relâché avec 70% des animaux recueillis (la moyenne nationale est d’environ 50 %). Depuis le début de l’année, Il a déjà accueilli plus de 1 300 pensionnaires dont un nombre record de cigognes blanches accidentées ou tombées du nid (59 depuis début 2017).

En savoir plus ici

 Le Centre de Sauvegarde de la Ligue pour la Protection des Oiseaux Alsace (LPO Alsace – 67)

Le centre de sauvegarde pour la petite faune sauvage de la LPO Alsace est situé à Rosenwiller, entouré d’une nature préservée et variée (collines sèches, forêts, vergers, prairies, montagne), offrant ainsi des conditions idéales pour les relâchés des pensionnaires après les soins.
Ce centre recueille plusieurs centaines d’oiseaux, parmi lesquels de nombreux rapaces (chouettes hulottes, hiboux moyen-ducs, faucons crécerelles, faucons pèlerins, bondrée apivore, épervier d’Europe, palombes), des anatidés (cygnes tuberculés, canards colverts), des passereaux (merles noirs, grives musiciennes, chardonnerets élégants), ainsi que des petits mammifères (lièvres bruns, hérissons, chauves-souris). Le relâché est assuré sur le lieu de leur découverte lorsque c’est possible, aux alentours du centre ou sur les communes limitrophes dans les autres cas.
En moyenne, 2 300 à 2 500 animaux sont accueillis chaque année dans ce centre.
Entièrement neuf, il comporte 8 volières, 6 boxes de réhabilitation et 8 caissons d’observation. Son infirmerie dispose d’une salle de soins moderne et de 3 salles de repos. Le centre possède également un local d’accueil de stagiaires ou d’éco-volontaires.
L’équipe travaille en étroite collaboration avec trois cabinets vétérinaires et de nombreuses associations de la région.

En savoir plus : ici

 

 Le Centre de Réhabilitation et de Sauvegarde Régional de la Faune Sauvage en Champagne-Ardenne (CRESREL – 10)

Depuis juin 2014, le CPIE (Centre permanent d’initiatives pour l’environnement) du Pays de Soulaines assure la prise en charge de la faune sauvage en détresse des départements de l’Aube, de la Marne et de la Haute-Marne dans le cadre d’un « Point relais faune sauvage », structure qui doit évoluer dans les prochains mois en centre de sauvegarde.
Basé à Soulaines-Dhuys, dans l’Aube, le futur Centre de sauvegarde régional CRESREL réalise actuellement, en collaboration avec des vétérinaires partenaires, les premiers soins sur les animaux recueillis en Champagne-Ardenne et organise, une fois l’état de santé stabilisé, leur transfert vers les autres centres de sauvegarde du Grand-Est. La création d’un espace de réhabilitation composé de boxes de contention et de volières de rééducation permettra d’assurer dès 2018 la prise en charge complète des animaux jusqu’à leur relâché dans le milieu naturel.
Le CRESREL est situé entre les lacs-réservoirs de la Forêt d’Orient et du Der, lieux d’accueil et de transit d’une multitude d’oiseaux d’eau et de forêt. Le milan royal, la cigogne noire et le hibou grand-duc y font volontiers leurs nids. Le centre accueille déjà une grande diversité d’espèces d’oiseaux (chouettes, hiboux, buses, faucons, hirondelles, etc.) et de petits mammifères (hérissons, écureuils, etc.), mais se spécialisera tout particulièrement dans les soins de plusieurs espèces patrimoniales comme la grue cendrée, les busards cendrés et saints-martins ou encore les chauves-souris.
Avec près de 500 animaux accueillis depuis le 1er janvier pour plus de 700 sollicitations, les premiers mois de fonctionnement du « Point relais » confirment de la nécessité de disposer sur ce territoire d’un établissement adapté qui réduira les délais de prise en charge des animaux et augmentera d’autant les chances de survie des individus accueillis.
Afin d’assurer cette mission, l’équipe salariée s’appuie déjà sur un réseau d’une centaine de correspondants bénévoles et reçoit le soutien important des structures associatives locales, en particulier la Ligue pour la protection des oiseaux de Champagne-Ardenne, l’Association nature du Nogentais, Nature Haute-Marne, la Fédération des chasseurs de l’Aube, mais aussi l’Office national de la chasse et de la faune sauvage, le Parc naturel régional de la Forêt d’Orient, etc.
Au-delà des soins, en continuité des actions déjà engagées depuis 1998 par le CPIE en Champagne-Ardenne, le CRESREL aura aussi pour missions de développer, en lien avec ses partenaires, des actions de protection et de sauvegarde des espèces, de sensibilisation du grand public, des actions de formation des acteurs de l’environnement à la prise en charge des animaux en détresse et assurera, en lien avec les laboratoires spécialisés, une surveillance sanitaire de la faune.

En savoir plus : ici
ou : www.facebook.com/Cresrel-Centre-de-sauvegarde-régional-de-la-faune-sauvage

Lire Aussi