Edition du mardi 24 octobre 2017

Mort de Benoîte Groult : pluie d’hommages à une féministe dans l’âme

Benoîte Groult, romancière et journaliste à la Comédie du Livre à Montpellier en 2010.

Benoîte Groult, à la Comédie du Livre à Montpellier en 2010. Source : wikimedia

« C’était une voix chaude. C’était une pensée exigeante. C’était un style ardent ». Ce mardi, les hommages des personnalités publiques en mémoire de Benoîte Groult ont fusé. Cette romancière, journaliste et militante de la cause des femmes s’est éteinte lundi soir, à l’âge de 96 ans.
François Hollande a salué « une éveilleuse de conscience » « une belle et grande figure du féminisme » qui a « mené sa vie en pionnière ». Il l’a décrit comme une personnalité avant-gardiste qui a « précédé les causes et les luttes de son temps ».

« Benoîte Groult ne voulait pas seulement exister pour elle-même, elle voulait faire voler en éclats les conservatismes, pour transformer la société et la mettre en accord avec ses convictions. »

La ministre de l’Education, Najat Vallaud-Belkacem a rappelé de son côté combien l’écrivaine avait « ouvert le champ d’une écriture et d’un point de vue de femme sur leur condition ».

Pour l’ex-ministre de la Justice, Christiane Taubira, l’auteure d »Ainsi soit-elle » a effectué « une époustoufflante traversée du siècle, dans la lignée des Immenses ».

A droite aussi, certaines personnalités comme Nathalie Kosciusko-Morizet n’hésitent pas à souligner les qualités de l’ « immense écrivaine ».

Lire Aussi