Monde
Partager
S'abonner
Ajoutez IDJ à vos Favoris Google News

« Le vaccin favorise la Covid sévère et multiple » chez les enfants

Pharmacien biologiste, ancien chercheur INSERM, membre du Conseil scientifique indépendant (CSI) Hélène Banoun explique ici pourquoi les vaccins sont « inefficaces et toxiques » pour les enfants. Entretien.

Vaccination d'un nourrisson. De Africa studio/Shutterstock
Vaccination d’un nourrisson.
De Africa studio/Shutterstock
Hélène Banoun lors d'une conférence à Marseille (DR)
Hélène Banoun lors d’une conférence à Marseille (DR)

L’agence américaine des médicaments (FDA) et les Centres de prévention et de lutte contre les maladies (CDC, USA) ont autorisé, mi-juin 2022, la vaccination pour les tout-petits, dès l’âge de six mois avec Moderna et Pfizer. Est-ce une bonne chose ?

La FDA autorise en effet la vaccination des enfants de six mois à cinq ans. Elle publie un rapport Pfizer et Moderna que tout le monde peut lire où il est écrit que ces vaccins ne sont pas efficaces et qu’ils sont même toxiques ! Elle conclut en disant qu’elle a un doute sur le rapport bénéfice-risque, mais elle fait une exception pour les enfants, sans expliquer pourquoi, et elle autorise des vaccins qui sont efficaces à moins de 50%.

On voudrait comprendre…

L’efficacité a été mesurée uniquement selon la méthode de l’« immunobridging », c’est-à-dire sur le taux d’anticorps observé après les injections et non sur la capacité du vaccin à empêcher une infection par le virus. Et les essais trouvent une efficacité d’environ 30% à 50%.
Regardons le rapport Pfizer chez les enfants de 6 mois à 4 ans. Il était prévu deux doses de 3 µg d’ARNm (contre 10 µg pour les 5-11 ans et 30 µg pour les plus de 12 ans).
L’essai a été réalisé en deux phases. Au départ, il était prévu deux doses chez les bébés à 3 µg pour Pfizer. Finalement, ils se sont aperçus que ça ne tenait pas. Ils ont rajouté une troisième dose en cours d’essai. On peut supposer que 2 doses ne suffisaient pas à induire des taux d’anticorps qu’ils estiment suffisants.
Or, on sait que les anticorps, ce n’est pas le bon corrélat, cela ne dit pas si l’on est protégé ou pas. Ils ont regardé dans deux groupes d’enfants, ceux qui avaient eu un placébo (de l’eau salée) et ceux qui avaient été vaccinés pour voir combien étaient infectés par le virus de la Covid. Et là, –c’est écrit en toutes lettres– il y a plus de Covid entre la dose 1 et la dose 2 chez les vaccinés que chez les non-vaccinés ! De plus, pendant la durée de l’étude (2 à 3 mois) ils trouvent 6 cas de Covid sévère chez les vaccinés contre 1 cas dans le groupe placébo. Et 12 cas de Covid multiple (page 38), c’est-à-dire des bébés qui ont fait plusieurs Covid pendant l’essai qui a duré moins de trois mois, et 0 chez ceux qui ont reçu un placébo.
Donc, d’après leurs propres résultats, qui sont publics, le vaccin est non seulement inefficace, mais il facilite et aggrave l’infection.

Comment l’explique-t-on ?

On connaît depuis longtemps le rôle des anticorps facilitants. Tous les vétérinaires savent que chez les animaux, certains vaccins anticoronavirus facilitent l’infection. C’est le cas ici.
Il faut noter que seuls 5% des participants ont été retenus pour calculer l’efficacité sur le taux d’anticorps et aucune mesure n’a été effectuée dans le groupe placebo. Le sang n’a été prélevé qu’un mois après la dose 3 et les anticorps mesurés contre la souche ancestrale de Wuhan.
Les calculs d’efficacité reposent sur 10 cas seulement apparus après plus de 7 jours après la dose 3 et Pfizer a ignoré les 365 cas apparus auparavant.
Aucun enfant déjà naturellement immunisé par une infection antérieure n’a été infecté : ceci démontre l’efficacité à 100% de l’immunité naturelle.
On comprend donc pourquoi l’efficacité est mesurée exclusivement sur le taux d’anticorps et pas sur la protection contre l’infection COVID-19 (bénigne ou sévère).
Le vaccin favorise la COVID sévère et multiple.

Si je vous comprends bien, ces vaccins ne sont pas efficaces. Mais vous dites aussi qu’ils sont toxiques. Quel intérêt de vacciner ?

Les vaccins contre la Covid produisent des effets secondaires parfois graves, comme la maladie de Kawasaki (caractérisée par une inflammation dans tout le corps). Mais aussi des convulsions, des chocs anaphylactiques, appendicite, épilepsie, etc.
Il n’y a pas d’intérêt de vacciner les enfants, car on sait qu’ils n’attrapent que rarement la maladie (il s’agit de maladie et non de morceaux d’ARN de virus présent dans les fosses nasales) et ne font pas de forme grave. Le seul argument, c’était de protéger les personnes âgées. Mais le vaccin n’empêche pas la transmission, ni la contagion, ni la charge virale qui est équivalente chez les vaccinés : il n’y a aucun, aucun intérêt de vacciner des enfants. Il n’y a que des inconvénients.

Et malgré tout, Pfizer va déposer une demande d’autorisation pour cette tranche d’âge auprès de l’Agence européenne des médicaments (EMA)…

Le maire de New York a annoncé que la vaccination des enfants sera obligatoire à la rentrée. Il faut que les parents s’y opposent, car c’est la vie de leurs enfants qui est en jeu. À l’évidence, l’Europe va suivre, comme toujours. C’est une folie.

Pourquoi les scientifiques ne sont-ils pas tous d’accord sur ce sujet ?

Tous les scientifiques honnêtes et indépendants sont d’accord entre eux pour dire que les vaccins sont inefficaces et dangereux, notamment pour les enfants. Cependant, il y a des scientifiques non-biologistes qui font simplement confiance à leurs collègues biologistes. Il y a aussi ceux qui ont la compétence pour lire les rapports officiels, mais ils ne le font pas. Pas le temps. Quand j’ai lu le rapport de la FDA sur les bébés, je me suis dit que beaucoup de gens l’avaient lu. Mais quand j’ai publié un article sur la question, j’ai compris que personne ne l’avait lu. Et j’ai beaucoup de témoignages de médecins et de scientifiques qui ne veulent pas s’exprimer en public de peur de représailles. Enfin, il y a une petite proportion de scientifiques qui est corrompue. Si l’on ajoute l’ignorance, la corruption, les menaces et la peur, cela fait beaucoup de monde.

L’ex-vice-président de Pfizer, le Dr Michaël Yeadon affirme sur les réseaux sociaux qu’il existe ‘’des failles intentionnelles’’ dans les vaccins anti-Covid. Votre avis ?

Je pense qu’il y a une conjonction d’intérêts des acteurs du pouvoir. Il est probable que ce virus se soit échappé d’un laboratoire, soit de Chine, mais peut-être des États-Unis. Aujourd’hui, les Américains commencent à admettre que le virus est sorti d’un labo, mais ils mettent ça sur le dos des Chinois pour se dédouaner. Ils auraient un peu forcé l’organisation des jeux militaires à Wuhan en octobre 2019. Ce n’est pas prouvé, mais c’est une piste.
D’un côté, des savants fous, de l’autre côté des opportunistes. Le Forum Économique Mondial nous dit que cette pandémie était attendue et qu’ils en ont profité pour mettre en place leur plan de contrôle de la population et de restructuration de l’économie. À partir de là, tout est possible.

Ça fait peur. Les ennuis de santé vont donc commencer ?

Ils ont déjà commencé. Sur le site des statistiques européennes, on voit la surmortalité des jeunes de 0 à 14 ans qui augmente à partir de la semaine 21 de 2021 qui est précisément le moment où on a commencé à vacciner les moins de 18 ans.

Quel regard portez-vous sur les ‘’experts’’ de la télé ?

Ce sont des gens incompétents, ignorants et corrompus. Mais d’abord incompétents. Les compétents, ils ne sont pas à la télé, ils sont dans les labos de recherche, dans les hôpitaux… Ils travaillent. Et il y a les corrompus, mais ceux-là, ils ne comprennent rien à ce qu’ils racontent. Ils n’ont pas le niveau. Leur seule motivation, c’est l’argent.

Le nouveau ministre de la Santé, François Braun, plaide pour une quatrième dose…

Le nouveau ministre de la Santé est un urgentiste du CHR de Metz-Thionville. Je ne sais pas s’il a lu les rapports Pfizer. Moi, je les ai lus au cours de l’été 2021. On m’a traitée de folle quand je disais que les vaccins favorisaient l’infection et qu’ils n’étaient pas efficaces. Et cela s’est confirmé. Soit ces scientifiques n’ont pas le temps de lire les rapports, soit ils n’ont pas les moyens intellectuels de les comprendre. Et les médecins font confiance à leurs collègues sans avoir rien lu ni rien compris sur ces sujets.
Louis Fouché, médecin anesthésiste-réanimateur en poste à l’hôpital de la Conception à Marseille jusqu’à l’automne 2021, a expliqué que beaucoup d’anesthésistes de par le monde étaient en relation. Quand les premiers Covid sont apparus, ils ont dit ‘’il faut intuber’’. Lui, il a intubé les premiers malades. Mais il s’est vite aperçu que ça les tuait. Pourquoi les autres ne l’ont-ils pas vu ?
Or, on continue dans certains hôpitaux à intuber les patients. Il fallait ventiler autrement. Et il fallait les soigner.
Comment peut-on accepter que la Covid soit la seule maladie au monde dont on a décrété qu’elle ne se soignait pas ? On dit aux malades de rester chez eux avec du Doliprane. Or, on sait qu’il y a des médicaments qui soignent précocement, comme l’ont dit le Pr Raoult et d’autres. Comme pour toutes les infections virales, il faut soigner précocement. Il y a des médecins qui soignent. Mais ils sont convoqués par l’ordre des médecins, suspendus, radiés.
C’est le plus gros scandale de cette histoire qui perdure encore. Et personne n’en parle.

*Hélène Banoun a publié des articles sur la Covid dans des revues scientifiques internationales et en a expertisé d’autres. Aujourd’hui retraitée, elle n’a aucun lien d’intérêts avec qui que ce soit.

Simulations de pandémies depuis 2010 : ce qu’elles nous apprennent de très déplaisant sur la Covid-19

 

Europe France Monde