Des broussailles de buis pour protéger la terre

Parce que la surface de notre Terre subit les conséquences mortifères de l’activité humaine, une petite start-up née au sud du Larzac, Buxor, valorise la broussaille pour revitaliser les sols.

Cochons en semi‐liberté dans un milieu ouvert, auparavant impénétrable. On aperçoit les nouvelles pousses de buis dès la 1ère année.
Cochons en semi‐liberté dans un milieu ouvert, auparavant impénétrable. On aperçoit les nouvelles pousses de buis dès la 1ère année. (photo Buxor)

En parallèle de son activité d’éleveur reconnu par les chefs pour ses cochonnets du Larzac, Nicolas Brahic fonde la société BUXOR en 2012. L’activité de cette startup agro écologique consiste à valoriser de la broussaille  (1) et d’autres matières ligneuses pour l’heure non valorisées.
Ces végétaux récoltés et broyés permettent :
• La protection des milieux grâce au débroussaillement : biodiversité dynamisée, protection contre les feux de forêt, exploitations pastorales ou autres…
• L’aggradation (2), la régénération, la dépollution des sols sur lesquels la matière broyée est épandue
• L’amélioration et la sécurisation des productions agricoles grâce à des sols vivants : quantité, qualité, meilleure résistance aux maladies, pas ou peu d’arrosage, pas de travail du sol.
• La création d’emplois locaux pérennes
En outre :
• La production d’énergie locale et renouvelable
• La possibilité de produire un aliment complet par le biais d’un élevage d’insectes

Une approche basée sur la boucle vertueuse « soleil ‐ végétaux ‐ sol »

Un sol vivant est capital pour l’ensemble de la vie écosystémique et a un impact direct sur la qualité de l’air, de l’eau, des végétaux, des animaux… et in fine des humains.
La restitution de biomasse aux sols, et notamment de la lignine, est indispensable pour initier les chaînes trophiques générant la vie dans un sol, et la création d’humus. La revalorisation de la broussaille est une solution majeure dans la phase actuelle de transition vers le développement durable que notre pays et notre société doivent conduire.
En réalité, la société Buxor ne fait que redécouvrir cette boucle vertueuse et un schéma agricole ancestral connu dans le Larzac. Les coupeurs de buis ont été pendant des siècles des acteurs clés permettant un agro‐sylvo‐pastoralisme durable et la production d’amendements.

Débroussailler durablement ou comment « cultiver la forêt »

Un principe simple de valorisation des broussailles (schéma Buxor)
Un principe simple de valorisation des broussailles (schéma Buxor)

Aujourd’hui le débroussaillage est souvent perçu comme une contrainte et une charge. Des fonds sont versés aux paysans pour l’ouverture de certains milieux. Le paradigme peut évoluer en considérant cette broussaille comme une ressource à valoriser.
Mais un débroussaillage « durable » doit être précis et demande un grand savoir‐faire, si l’on veut favoriser certaines repousses, les vitesses de ces repousses, avoir des coupes à ras pour éviter les blessures des animaux et laisser les systèmes racinaires en place, respecter le cycle naturel de biomasse rendu au sol forestier (quantité adaptée prélevée), sélectionner les plants sans toucher aux arbres. L’entreprise du Larzac a mis au point des prototypes. Elle a aujourd’hui un recul de quelques années sur plusieurs parcelles tests de la ferme, mettant en évidence ces impacts. Ainsi, l’activité s’apparente à une moisson régulière : la broussaille se révèle être source d’énergie renouvelable.

Les applications

L’application principale réside dans la capacité à créer ou recréer un sol vivant sur des parcelles en particulier :
• sols mourants, sols épuisés par des années d’engrais chimiques, pollués, érodés.
• sols à entretenir de façon durable et écologique, par exemple dans le cadre d’une conversion à une agriculture biologique ou naturelle
• gestion de sols urbains, péri‐urbains, techniques
• pour la protection d’un écosystème, d’une biodiversité locale,
• Pour accroître le potentiel de stockage du carbone par le sol
Parler d’aggradation des sols aujourd’hui est bienvenu après de longues années où ceux‐ci ont été fortement dégradés soit naturellement soit par les activités humaines.
D’autres applications existent :
• Le broyat produit est aujourd’hui commercialisé pour des litières animales et des sols équestres notamment, du fait de ses propriétés très intéressantes pour ces usages. Plusieurs pistes de galop, carrières, marcheurs ont été fournis, avec un excellent retour client. Certains d’entre eux sont des centres de formation reconnus nationalement.

• Le débroussaillage durable évoqué ci‐avant est également un moyen efficace de protéger les milieux des incendies de forêts, que ce soit par la création de couloir prévenant la propagation du feu, ou de chemin d’accès facilitant le travail des pompiers.
• En outre, le broyat en décomposition dégage de la chaleur pendant plusieurs mois (60‐80°C en cœur de tas), qui permet le chauffage de la ferme et d’un élevage de larves, pour l’alimentation animale. Ces dernières sont saproxylophages, c’est‐à‐dire qu’elles se nourrissent du broyat décomposé : il s’agit d’une belle illustration du principe de boucle vertueuse.
Les déjections des larves représentent un excellent amendement pour le sol, en agissant sur la biodisponibilité des nutriments pour les plantes.

Les broussailles revalorisées sont vendues aux particuliers (photo Buxor)
Les broussailles revalorisées sont vendues aux particuliers (photo Buxor)

Soutiens et experts

Plusieurs experts et personnalités se sont penchés sur ce projet avec bienveillance, et certains le soutiennent explicitement. Scientifiques, biologistes du sol, écoles d’ingénieurs, centres de recherche ou de formation agronomiques, etc.
Nicolas Brahic intervient régulièrement en reportages, interviews, conférences. Il a reçu en 2016 le 1er prix des « Trophées de l’Excellence Bio » au salon de l’agriculture à Paris pour la cohérence d’ensemble de sa démarche.

[1] Toutes plantes ligneuses, de quelque espèce, envahissant les sous‐bois et les terrains incultes : arbustes, épineux, maquis, etc.

[1] En opposition au terme dégradation

En savoir plus ici