Edition du samedi 18 novembre 2017

Région : Un budget de 2,3 Milliards d’euros

Le Conseil régional du Grand Est, réuni jeudi 29 juin 2017 en séance plénière sous la présidence de Philippe Richert, a approuvé le compte administratif pour l’exercice budgétaire 2016. Il s’établit à 2.320 M€ en dépenses (hors crédit revolving), principalement dédiés aux grandes politiques régionales d’intervention.

Philippe Richert, président du Grand Est

Philippe Richert, président du Grand Est

Le compte administratif a pour objet de rendre compte de l’exécution du budget de la Région au titre de l’exercice 2016, tant en dépenses qu’en recettes. Dans un contexte inédit de fusion des Régions, l’année 2016 a contribué au solde des politiques et dépenses votées antérieurement et à la mise en œuvre de nouveaux dispositifs. Le bilan de cette année « charnière » est positif car la situation financière est maîtrisée et la dette, contenue.
Malgré un contexte d’économies budgétaires, la Région ne sacrifie pas ses interventions et poursuit son effort d’investissement.

 Un budget essentiellement dédié aux politiques d’intervention

Le volume des dépenses réelles de la Région Grand Est s’établit à 2.320 M€ (2.306,6 M€ hors crédits revolving) au titre de l’exercice 2016.  720,14 M€ sont dédiés aux investissements opérationnels, dont 550,54 M€ consacrés aux dépenses d’intervention dans les domaines suivants :

  • l’enseignement et les lycées : 174,5 M€,
  • les transports : 174,5 M€,
  • les actions économiques : 63,6 M€,
  • l’aménagement des territoires : 55,8 M€,
  • les fonds européens, l’action européenne et internationale : 30,1 M€,
  • l’environnement : 26,2 M€,
  • la culture, les sports et les loisirs : 13,4 M€,
  • la formation professionnelle et l’apprentissage : 9,8 M€.

Des indicateurs de gestion bien orientés en 2016 et un encours de dette contenu

Le taux d’épargne brute, en progression, est de 18,5% pour l’année 2016 (contre 17,9% en 2015).
L’emprunt fait partie intégrante des ressources budgétaires de la Région. Il finance obligatoirement des dépenses d’investissement et permet de conserver des équilibres financiers sains. Au 31 décembre 2016, l’encours de la dette régionale se monte à 2 364,8 M€ et la capacité de désendettement est restée stable à 6,5 ans.
L’objectif de la mandature est se maintenir sous le seuil de 7,5 années et de contenir l’endettement annuel net entre 50 et 90 M€. Celui-ci s’élève à 49,9 M€ pour l’année 2016 et traduit une tendance positive à la préservation d’une bonne santé financière.

Des recettes fiscales attribuées plus que votées

A l’exclusion du revolving et hors reprise du résultat, les ressources de la Région s’élèvent à 2.295,4 M€ pour l’année 2016. Si l’on exclut les recettes pour lesquelles la Région ne détient pas de pouvoir de taux1, la part de l’impôt ne représente que 12%, de ses recettes, hors revolving.

Lire Aussi