Edition du dimanche 19 novembre 2017

80 millions d’euros supplémentaires pour les territoires du Grand Est

Manuel Valls, Premier ministre, et Philippe Richert, président de la Région Grand Est ont signé l’avenant aux Contrats de Plan Etat-Région (CPER) 2015-2020 d’Alsace, de Champagne-Ardenne et de Lorraine, tel qu’il résulte de la phase de revoyure, ce vendredi 2016, à Nancy.

lor_n_tech_gd

Un soutien à l’écosystème numérique LORnTech

 Dans le cadre du nouveau périmètre régional, la revoyure permet de mobiliser une contribution supplémentaire de 80 M€ (+ 50 M€ de la région, + 30 M€ de l’Etat). Le montant total des CPER du Grand Est s’élève ainsi à 2,076 milliards d’euros.
Le Contrat de Plan permet de programmer les projets qui, durant six ans, mobiliseront l’État et la Région pour l’avenir du territoire. La Région Grand Est compte actuellement trois CPER opérationnels sur lesquels sont prévus des ajustements limités, permettant de consolider la concrétisation des programmes envisagés. La revoyure vise à rehausser encore l’ambition de programmes de travaux, à prendre en compte les priorités de la nouvelle Région et à s’adapter aux évolutions de programmation intervenues depuis la signature des trois Contrats de Plan.

Des engagements financiers

A l’issue d’une phase d’échanges techniques entre la Région et l’Etat, en avril et mai 2016, le président de la Région Grand Est et le Préfet de Région ont réuni, le 13 juin dernier, les préfets de départements, les recteurs, le directeur de l’Agence Régionale de Santé, ainsi que les représentants des 10 départements, de maires et de présidents d’agglomération, dans un esprit de dialogue, pour préciser les principes généraux de cette revoyure.
Les priorités ont été données à la mobilité et à l’enseignement supérieur. Les principaux engagements financiers ont été pris dans un accord commun entre l’Etat et la Région.

  • Sur le volet mobilité : une contribution supplémentaire de 80 M€ (+ 50 M€ de la Région, + 30 M€ de l’Etat) permettra de dynamiser les opérations majeures, notamment ferroviaires inscrites aux trois CPER. Une enveloppe d’urgence de 65 M€ sera affectée à la réalisation des travaux de remise à niveau des lignes capillaires régionales et ceci pour faire face au désengagement de l’Etat et de la SNCF de l’entretien de ces voies.
  • Sur le volet enseignement supérieur : la Région Grand Est prendra en charge la maîtrise d’ouvrage globale du programme immobilier de l’Université de Reims-Champagne-Ardenne (URCA), redéfini autour de 6 projets prioritaires pour un coût actualisé de 78,2 M€.

Les engagements des trois anciennes régions sont confirmés comme les projets majeurs qui y étaient inscrits. On peut notamment retenir dans le :

CPER ALSACE

  • La déviation de Châtenois : aménagement de la RN 59 entre Saint-Dié et Sélestat ;
  • L’amélioration de l’accessibilité et le renforcement de l’offre multimodale dans les ports de Strasbourg, Mulhouse et Colmar ;
  • La création d’une 4ème voie ferroviaire entre Strasbourg et Vendenheim.

CPER CHAMPAGNE-ARDENNE

  • L’achèvement des travaux de l’autoroute A304 ;
  • Le soutien au programme immobilier de l’Université Reims Champagne-Ardenne (URCA) ;
  • L’électrification de la ligne Paris-Troyes ;
  • La remise à niveau de la ligne ferroviaire Charleville-Mézières / Givet.

CPER LORRAINE

  • L’aménagement de la RN 4 ;
  • Le soutien à l’écosystème numérique LORnTECH ;
  • L’amélioration de l’offre et de l’accessibilité des équipements et services dans les territoires ruraux.

La revoyure des CPER permettra de mettre en œuvre des projets importants pour le territoire régional, sur lesquels Philippe Richert s’était fortement engagé au vu de l’urgence de certains et de la nécessité d’accompagner les territoires concernés.

Lire Aussi