France

Du coup ? Ras-le-bol !

Dans la rue, à la maison, à la télé ou à la radio, il n’est pas une phrase qui ne soit ponctuée par la locution « du coup ». Du coup, c’est agaçant.

Dictionnaire de l'Académie française (photo site de l'Académie française)
Dictionnaire de l’Académie française (photo site de l’Académie française)

C’est un tic de langage insupportable, une expression envahissante, un chiendent sémantique qui se répand comme la mauvaise herbe dans toutes les conversations. Du coup est partout, tout le temps, chez les enfants comme chez leurs parents. Une infection, un vrai virus purulent dans la langue de Molière !
-Je pars le premier, du coup tu fermeras la porte…
-J’ai soif, du coup je vais boire un verre d’eau…
Du coup par ci, du coup par-là, du coup à toutes les sauces. Pour dire quoi ? Pour dire « donc », ou « par conséquent » ou « de ce fait ».
Si l’on en croit l’Académie française, l’expression est donc incorrecte dans ce sens-là.
En revanche, nous disent les Immortels  : « La locution adverbiale du coup a d’abord été employée au sens propre : Un poing le frappa et il tomba assommé du coup. Par la suite, on a pu l’utiliser pour introduire la conséquence d’un évènement : Un pneu a éclaté et du coup la voiture a dérapé. Mais, ainsi que le dit Le Bon Usage, il exprime « l’idée d’une cause agissant brusquement », et à sa valeur consécutive s’ajoute donc une valeur temporelle traduisant une quasi-simultanéité. Du coup est alors très proche d’aussitôt. On ne peut donc pas employer systématiquement du coup, ainsi qu’on l’entend souvent, en lieu et place de donc, de ce fait, ou par conséquent. On évitera également de faire de du coup un simple adverbe de discours sans sens particulier.
On dit : Il a échoué à l’examen. De ce fait, il a dû le repasser l’année suivante . On ne dit pas: Il a échoué à l’examen. Du coup, il a dû le repasser l’année suivante. »
Du coup, tout devient clair non?

Quelque part

Il y a quelques années, la mode était à l’expression « quelque part », employée à tort et à travers. « Je pense, quelque part, que ce n’était pas le bon choix. » Or, nous dit encore l’Académie française, « Quelque part s’emploie pour parler d’un lieu indéfini, qu’on ne peut ou ne veut nommer. Il est caché quelque part, nous voudrions bien savoir où.
La mode s’est répandue d’utiliser cette locution pour exprimer le vague de sa pensée.
Je pense, quelque part, que… Quelque part, on peut dire…
Si l’on veut faire état de sa réserve ou de sa perplexité, on dispose des expressions d’une certaine manière, en quelque façon, en quelque sorte, etc. »
L’expression exprime bien le lieu. Je me souviens de mon oncle qui, lorsqu’il était fâché après mon frère ou moi nous disait : « Je vais vous mettre mon pied quelque part ».
Pas besoin d’un dictionnaire : on savait où c’était. L’expression était correctement utilisée.

Emilien Lacombe

France,