Edition du dimanche 23 juillet 2017

    Politique. Baroin avec Sarkozy contre Juppé

    Le sénateur-maire de Troyes et président de l’association des maires de France a officialisé son engagement auprès de Nicolas Sarkozy pour les primaires à droite au Grand Rendez-vous d’Europe 1, Le Monde et iTélé.

    Capture.JPG baroin

    Capture d’écran iTélé

    Répondant aux questions des journalistes, François Baroin n’a pas tergiversé pour affirmer, ce dimanche, qu’il s’engagerait aux côtés de Nicolas Sarkozy en novembre prochain pour les primaires. « Mon choix est fait depuis longtemps, je n’ai pas de doute sur sa candidature » a affirmé le sénateur-maire.
    Fidèle depuis toujours de Jacques Chirac dont il le fils spirituel, François Baroin a tenu à se démarquer d’Alain Juppé en termes peu diplomatiques. « Juppé n’a pas confiance en moi et je n’ai pas confiance en lui » a-t-il martelé, en ajoutant « la confiance est la clé de tout en politique ».
    Il est vrai que les deux hommes sont à couteaux tirés depuis qu’en novembre 1995, le Premier ministre de Jacques Chirac, à l’époque Alain Juppé a retiré brutalement à François Baroin la fonction de porte-parole du gouvernement. Depuis, Juppé et Baroin se détestent.

    « Tête baissée »

    Malgré les sondages aujourd’hui très favorables au maire de Bordeaux, Baroin a décidé de s’engager auprès de celui qui lui a offert à plusieurs reprises des postes prestigieux de ministre. Lui proposera-t-il celui de Premier ministre en 2017 s’il est élu président de la République pour la deuxième fois ?
    Réponse de Baroin : « A ma connaissance, Il n’y a qu’un nom sur un bulletin de vote ». Puis il ajoute cette pique : « La primaire ne peut pas être la primaire des sondages. Il y aura une campagne et on ira tête baissée ».
    François Baroin a fait aussi cette analyse de politique générale : « Les Français sont inquiets, ils sont impatients, l’autorité de l’État est en train de se déliter dans tous les sens (…) En regardant la situation du pays, il faudra restaurer l’autorité de l’État. Il faut une énergie au-dessus de la moyenne, et je pense que Nicolas Sarkozy, très incontestablement, a une énergie au-dessus de la moyenne. »

    M.G.

    Lire Aussi