Edition du jeudi 23 novembre 2017

Madrid vs Barcelone : castagne en vue

Ce n’est pas un match de foot. D’ici les élections anticipées en Catalogne prévues le 21 décembre 2017, il peut se passer beaucoup de choses tant le climat est tendu entre indépendantistes et unionistes.

Madrid vs Barcelone : castagne en vue

c

Tout est allé très vite, depuis vendredi 27 octobre. Le parlement de Catalogne a tout d’abord voté l’indépendance de la province. Avec 70 voix seulement sur 135 élus. Le président indépendantiste Carles Puigdemont a déclaré que la Catalogne était désormais un Etat souverain.
Quelques heures plus tard, Madrid annonçait la mise sous tutelle de la Catalogne et la destitution du parlement régional et de son président. Il annonçait aussi des élections anticipées.

La fuite des entreprises

Que peut-il se passer désormais ? Qui sortira vainqueur de ce bras de fer entre la fière Espagne et la majestueuse Catalogne ? Les indépendantistes catalans sont-ils suffisamment nombreux pour imposer leur point de vue ? Sont-ils prêts à entrer en résistance ? Sont-ils prêts à accepter le départ des entreprises puisqu’on sait que 1.500 d’entre elles ont quitté la province depuis les cinq semaines que dure la crise. Et, parmi celles-ci, le siège de grands groupes.
Les événements de Catalogne ont aussi été funestes pour le commerce local. Les restaurants et les hôtels enregistrent une chute vertigineuse de leur chiffre d’affaires.

« La Catalogne, c’est nous tous »

De leur côté, les unionistes ont décidé de se mobiliser. Dimanche 29 octobre, ils étaient entre 300.000  et un million dans les rues de Barcelone pour  refuser l’indépendance. Ils ne veulent pas entendre parler de séparation avec l’Espagne. « Votarem, votarem ! » (Nous voterons) scandaient les manifestants, en reprenant à leur compte le slogan des indépendantistes en faveur d’un référendum d’autodétermination. « La Catalogne, c’est nous tous » affirment les unionistes qui refusent la déclaration unilatérale d’indépendance.
A Madrid, Mariano Rajoy a décidé d’appliquer l’article 155 de la Constitution. Il a nommé le numéro 2 du gouvernement Soraya Saenz de Santamaria pour diriger la province rebelle d’ici les élections.
Mais personne ne sait ce qui peut se passer durant les sept semaines qui nous séparent du scrutin. Certes, Puigdemont a demandé à ses troupes de rester dans la légalité. Mais indépendantistes sont remontés contre Madrid et veulent en découdre. Castagne en vue.
Ils savent aussi que l’élection n’est pas gagnée d’avance. Les trois partis catalans favorables à l’indépendance pourraient, selon un sondage publié dans El Mundo, ne recueillir que 65 sièges sur 135.

E.L.

Lire Aussi