Edition du vendredi 20 juillet 2018

Le Grand Est repense sont offre touristique

Le Conseil régional du Grand Est a adopté le nouveau Schéma Régional de Développement du Tourisme en Grand Est (SRDT) pour la période 2018-2023. L’économie touristique représente six milliards de C.A.

Le schéma régional de développement touristique

Le schéma régional de développement touristique

Conçu comme un véritable plan de croissance en matière d’offre touristique, ce Schéma résulte d’une large concertation entre la Région et les acteurs du tourisme du Grand Est, et définit les priorités pour les années 2018 à 2023 afin de faire valoir un tourisme de sens et d’excellence.
Avec plus de 6 milliards d’euros de consommation annuelle, l’économie touristique contribue non seulement à l’essor de la Région Grand Est, mais aussi à son image de marque et donc à son attractivité globale.
Aujourd’hui, la Région Grand Est souhaite bâtir son économie touristique autour d’un tourisme de valeurs, porteur de sens et de croissance, structuré autour de 4 fondements clés :

– une économie touristique construite autour de la rencontre, du lien social, de l’expérience et des savoir-faire partagés afin d’apporter aux visiteurs un tourisme expérientiel et créatif, basé sur l’enrichissement personnel,
– une offre de tourisme déclinée en cinq destinations composantes de la région, l’Alsace, l’Ardenne, la Champagne, la Lorraine et les Vosges et autour de six thématiques « signature » : le tourisme patrimonial et culturel, le tourisme de mémoire, le tourisme de nature, l’œnotourisme et la gastronomie, l’itinéraire, le thermalisme et le bien-être,
– le développement et la mise en œuvre d’un plan de croissance innovant avec des enjeux de croissance définis pour chacune des destinations du Grand Est,
– le cadre partenarial du Schéma Régional de Développement du Tourisme favorisant une meilleure coopération et une meilleure coordination entre acteurs publics et acteurs privés et représentant une année de consultation.

Le 21 avril au Parc Sainte-Croix

Le Schéma Régional de Développement du Tourisme Grand Est constitue un document stratégique et novateur, permettant à la Collectivité et aux acteurs touristiques de partager un même cadre d’intervention. Elle présentera aux acteurs touristiques, et à la presse ce schéma le samedi 21 avril 2018 au Parc de Sainte Croix au matin.

La Région Grand Est souhaite ainsi devenir la région française obtenant les meilleures performances de croissance en matière d’économie touristique pour les six prochaines années. Au-delà de la qualité de son offre, c’est surtout la capacité des acteurs privés et publics à innover et à anticiper la demande qui va porter cette croissance. L’innovation se doit d’être le moteur de l’économie touristique, en guidant les stratégies marketings des destinations, en encourageant les nouvelles organisations territoriales et en favorisant l’émergence de nouvelles technologies.

LES PACTES DE DESTINATION

Le 20 février dernier, à l’occasion de la présentation du schéma régional de développement du Tourisme à plus de 200 professionnels du tourisme, les cinq destinations qui composent l’espace touristique régional ont été rappelées :
En structurant son organisation touristique autour du principe de destinations, la Région Grand Est renforce l’image de marque de ses territoires. Ces destinations, reflets du Grand Est et représentatives de son patrimoine, correspondent à des logiques marketing et à des logiques de mutualisation des ressources du territoire. Pour chacune de ces destinations, des réflexions seront menées autour des cadres d’organisation et de gouvernance afin de permettre à la Région d’engager, à ses côtés, le plus grand nombre d’acteurs, dans un objectif de management collectif et coopératif.

5 orientations stratégiques

Bateau mouche sur l'Ill à Strasbourg (DR)

Bateau mouche sur l’Ill à Strasbourg (DR)

1- PROPOSER UNE OFFRE DE SENS ET D’EXCELLENCE

Aujourd’hui, les voyageurs, touristes et visiteurs, sont à la recherche d’authenticité, de lien et de proximité avec les habitants des territoires visités. Le retour à la nature, la « digital detox » ou encore la « slow life » font partie d’un tourisme qui se veut plus créatif et expérientiel.
Soutenir la croissance par une offre « sur mesure et territorialisée » :
– définir dans chaque pacte de destination des thématiques prioritaires,
– créer un fonds d’investissement régional touristique en soutien au financement des services.
Développer un tourisme créatif, porteur de sens :
– développer et promouvoir des thématiques touristiques « signatures » du Grand Est, – favoriser un tourisme pour tous en support d’une offre de tourisme collectif et associatif.
Développer un hébergement de qualité :
– inciter la montée en gamme de l’hôtellerie pour en faire un levier de croissance (hébergements innovants et insolites, accompagnement à la transmission d’hébergements hôteliers, etc.), – développer des meublés de tourisme de haute qualité dans des zones ciblées.
Soutenir l’excellence de l’offre et des services par des démarches qualité :
– s’appuyer sur des labels nationaux et internationaux,
– harmoniser le niveau de prestations pour impliquer les acteurs dans des « Communautés d’excellence ».

Promouvoir un tourisme durable :
– s’appuyer sur les Parcs Naturels Régionaux (PNR) afin de promouvoir « l’atout nature » du Grand Est, – proposer une offre touristique autour des Grands Lacs (lac du Der, de Gérardmer, Pierre Percée, etc.).
– développer le tourisme à vélo (Schéma régional des vélo-routes voies vertes),
– co-construire une charte de l’emploi touristique durable (formation, qualification, mobilité, etc.).

Construire une offre autour de destinations et de thématiques « signature » :
– Tourisme de mémoire : mettre en réseau les sites et promouvoir une offre autour des sites mémoriels,
– Itinérance : accompagner les initiatives locales de mise en tourisme fluvial (canal des Ardennes, de la Marne au Rhin, des boucles de la Moselle, etc.) et développer le tourisme à vélo,
– Œnotourisme et gastronomie : accompagner des démarches valorisant le patrimoine œnotouristique, promouvoir les fleurons de la gastronomie,
– Tourisme de nature : soutenir et développer les « pôles » nature régionaux, soutenir la promotion du label Villes et Villages Fleuris, des parcs et jardins,
– Tourisme patrimonial et culturel : promouvoir une offre construite autour des fêtes de fin d’année,
– Thermalisme et bien-être : soutenir les stations thermales dans leur démarche de diversification et promouvoir leur offre.

Renforcer la compétitivité et l’image de marque des destinations :
– promouvoir les événements les plus stratégiques en termes d’images et de contribution économique, – accompagner les événements valorisant les sites touristiques d’envergure.

2- CONSTRUIRE L’ATTRACTIVITE TOURISTIQUE AUTOUR DE DESTINATIONS TOURISTIQUES STRUCTURANTES

La place Stanislas, à Nancy (DR)

La place Stanislas, à Nancy (DR)

En prenant le parti de s’appuyer sur des marques de destinations pour renforcer l’attractivité touristique régionale, la Région Grand Est fait le choix d’une organisation touristique plus efficiente mais surtout plus coopérative. Le recours à une logique de marque doit ainsi permettre de doter chaque destination d’une culture qui lui est propre. L’objectif est de passer d’une logique de territoire à une logique de destination, puis d’une logique de destination à une logique de marque de destination.

Organiser l’espace touristique en 5 destinations au cœur de l’Europe, leviers de l’attractivité du Grand Est :
– établir des Pactes de destinations entre la Région, les acteurs institutionnels locaux et les acteurs publics et privés des 5 destinations touristiques régionales,
– doter les destinations d’un cadre de gouvernance et d’un budget d’actions.
Définir le positionnement marketing et les enjeux de croissance par destination :
– engager de vraies politiques territoriales d’offres en spécialisant les destinations, – encourager, animer et coordonner les stratégies de développement des destinations.

Encourager les synergies et une gouvernance partagée des destinations :
– mailler tout le territoire autour des 5 destinations et de leurs marques afin de favoriser l’émergence de nouveaux services.

Encourager les pratiques collaboratives transfrontalières, européennes et internationales :
– renforcer le sentiment d’appartenance à l’Europe,
– développer la collaboration entre les opérateurs touristiques des pays frontaliers et ceux du Grand Est.

Faire évoluer l’écosystème institutionnel vers des pratiques plus coopératives : – accompagner les offices de tourismes dans leurs nouveaux métiers, – encourager les rapprochements entre les différentes structures.

3- SOUTENIR LA COMPETITIVITE DES ENTREPRISES ET DES TERRITOIRES

Meisenthal, l'art verrier

Meisenthal, l’art verrier (B.Jamot)

Le SRDT s’inscrit en cohérence avec les 3 schémas régionaux stratégiques : le CPRDFOP (Contrat de Plan Régional de Développement des Formations et de l’Orientation Professionnelles), le SRDEII (Schéma Régional de Développement Économique, d’Innovation et d’Internationalisation), et le SRADDET (Schéma Régional d’Aménagement, de Développement Durable et d’Égalité des Territoires). Ces 3 schémas portent des politiques et des stratégies qui permettent d’accompagner le développement du tourisme et qui concernent les acteurs touristiques publics et privés.
Renforcer les compétences par la formation et la professionnalisation au service de l’excellence :
– élaborer un Contrat d’Objectifs Territorial (COT) dans le secteur de l’hôtellerie Restauration Tourisme.
– en lien avec le CRT Grand Est, et en complément du COT, soutenir le dispositif « compétences tourisme » et les plans de formation destinés aux professionnels.

Faciliter le développement de l’emploi touristique :
– promouvoir les métiers liés aux activités du tourisme auprès des publics en orientation ou en réorientation,
– favoriser la mutualisation des emplois.

Soutenir et valoriser l’entrepreneuriat en accompagnant les entreprises :
– déployer, au niveau régional, un Lab Tourisme,
– créer une « task force » régionale afin d’accompagner les porteurs de projets touristiques structurants en émergence ou en consolidation.
Accompagner les territoires et les pôles touristiques structurants dans une logique « gagnant-gagnant » : – structurer les destinations intra régionales exemplaires.

Améliorer les mobilités physiques et numériques pour répondre aux attentes des clients et des professionnels :
– mettre en place un système d’information multimodale (SIM) et développer une tarification TER spécifique pour l’accès aux sites.

4- PLACER LE DIGITAL ET L’INNOVATION AU CŒUR DE LA STRATEGIE

Les innovations technologiques et le digital représentent l’essentiel des innovations dans le secteur du tourisme. Elles permettent, d’une part, d’enrichir les expériences des touristes, d’autre part, de faciliter leurs déplacements lors de leur séjour. L’enjeu est ainsi de former les professionnels pour qu’ils se les approprient afin d’améliorer leurs services et prestations.
Imaginer et proposer de nouveaux services pour une meilleure consommation :
– créer un fonds d’investissement régional en soutien au développement de l’intelligence artificielle au service du comportement prédictif des clients,
– développer des outils numériques et des services innovants (application pour les domaines skiables avec services liés à la géolocalisation, application de valorisation des paysages et de la biodiversité en Grand Est).

Vallée de la Meuse, Révin, (Bruno Gouhoury)

Vallée de la Meuse, Révin, (Bruno Gouhoury)

Penser et organiser l’attractivité du Grand Est avec le digital :
– construire avec le Comité Régional du Tourisme Grand Est une stratégie numérique, – favoriser par l’innovation numérique le tourisme expérientiel.
Manager la donnée touristique :
– créer une plateforme régionale de management des données (réunion des trois systèmes d’information sur une unique plateforme et/ou fusionner dans un seul système d’information), – améliorer la gestion de la relation client.

Placer l’innovation au cœur de la stratégie :
– développer une plateforme de ressources sur le tourisme durable,
– disposer d’une ingénierie au service des destinations (permettre et favoriser l’échange entre les professionnels en créant des espaces numériques de partages).

5- CONSTRUIRE UNE GOUVERNANCE INNOVANTE DU DEVELOPPEMENT TOURISTIQUE

Les pactes de destinations permettent d’instaurer sur les territoires une nouvelle organisation, une nouvelle gouvernance coopérative et collaborative pour que, sur le plan marketing, les financeurs publics mais aussi les professionnels, puissent agir ensemble. C’est une véritable innovation organisationnelle qui sera mise en œuvre par la Région. Cet axe vise 4 objectifs :

Réservoir de Bouzey, près d'Epinal (Gilles Pecqueur)

Réservoir de Bouzey, près d’Epinal (Gilles Pecqueur)

Se doter d’un Comité Régional du Tourisme adapté aux nouvelles ambitions régionales :
– créer, d’ici à 2019, le Comité Régional du Tourisme Grand Est (CRT), qui coordonne les 5 destinations et les 6 thématiques « signature », favorise le partenariat public-privé et les gouvernances partagées, et développe une ingénierie de qualité.
Se doter d’une capacité collective d’intelligence économique :
– constituer, au sein de ce CRT, un observatoire touristique régional.
Donner plus de place aux professionnels :
– organiser des temps d’échanges réguliers avec les professionnels par la mise en place d’assises régionales, de fabriques et d’une gouvernance publique – privée des pactes de destination.
Suivre, faire vivre et évaluer le schéma régional de développement du tourisme : – mettre en place un pilotage partagé, – suivre et évaluer en continu le SRDT.

Lire Aussi