Metz : une classe de CM2 à l’honneur

Une classe de CM2 de l’école élémentaire Jean Monnet à Bellecroix de Metz est arrivée finaliste du Concours des Olympes de la Parole 2019.Elle sera reçue en mairie.

Concours : les Olympes de la parole
Concours : les Olympes de la parole

Ce concours « Les Olympes de la Parole » est un concours national scolaire, organisé chaque année par
l’Association française des femmes diplômées des universités (AFFDU) en partenariat avec le Ministère de l’Éducation Nationale, le Secrétariat d’État chargé de l’égalité entre les femmes et les hommes et le Haut Conseil à l’Égalité.
La classe de CM2 de Delphine Noël, de l’école élémentaire Jean Monnet de Metz-Bellecroix, finaliste du concours « Les Olympes de la Parole 2019 », sera reçue en mairie en présence de Dominique Gros, Maire de Metz, et Danielle Bori, Adjointe au Maire chargée de l’éducation, jeudi 13 juin 2019 à 9h15 dans le Salon des Mariages de l’Hôtel de Ville.
Ce concours annuel original vise à développer l’éducation à l’égalité entre filles et garçons. Il a pour objectif d’inciter les élèves à réfléchir sur la place de chacun/chacune à l’école, et dans la société, à travers le thème central de l’égalité entre les filles et les garçons, entre les femmes et les hommes.

La place des femmes dans l’espace public

Le concours s’adresse aux classes de l’école élémentaire, de collège et de lycée (général, technologique, professionnel et agricole) de l’enseignement public et privé sous contrat. Les lycées français à l’étranger sont également invités à participer.
Le sujet du concours pour l’édition 2018/2019 était : « La place des femmes et des filles dans l’espace public ».
L’espace public est, par définition, accessible à tout le monde. Pourtant, garçons et filles, hommes et femmes n’ont pas le même usage de la rue, des transports, de la cour de récréation, des espaces de jeux et de loisirs… Ils et elles n’ont pas le même rapport à l’espace extérieur.
Quelle est aujourd’hui la place des filles et des femmes dans l’espace public ? Quelles difficultés particulières y rencontrent-elles ? Comment, à votre avis, pallier ces difficultés pour faciliter un usage véritablement mixte de l’espace public ?