Leticia Gonzalez, première femme docteure Honoris Causa de l’Université de Lorraine !

Leticia Gonzalez est professeure en chimie théorique à l’Université de Vienne (Autriche). Entretien.

Leticia Gonzalez, première femme docteure Honoris Causa de l'Université de Lorraine (photo U.L.)
Leticia Gonzalez, première femme docteure Honoris Causa de l’Université de Lorraine (photo U.L.)

Elle recevra les titres et insignes de docteur Honoris Causa le lundi 12 novembre 2018 à partir de 16h lors d’une cérémonie qui se déroulera à la Faculté des sciences et technologies à Vandœuvre-lès-Nancy (Amphi 5). A cette occasion, elle donnera une conférence en anglais “Light and darkness in theoretical chemistry. My ongoing journey”.

Quelles sont vos relations avec le Laboratoire de Physique et Chimie Théoriques (LCPT) et l’Université de Lorraine et depuis quand durent-elles ?

Je connais les professeurs Antonio Monari et Xavier Assfeld depuis longtemps suite à la participation à des conférences et à des réunions de réseaux européens, mais c’est en 2013 que nous avons décidé de joindre nos forces et avons effectué notre première demande de financement franco-autrichienne. En 2015, j’ai été professeure invitée à Nancy et plus tard j’ai accueilli un collègue du LPCT à Vienne pendant quelques mois. Cet échange mutuel fut le début d’une coopération très productive. En 2016, les deux laboratoires ont publié leur premier article commun. Depuis, et avec l’aide de l’Agence Nationale de la Recherche (ANR, France) et du Fond pour la Recherche (FWF, Autriche) nous avons co-signé 5 publications dans des journaux internationaux de haut facteur d’impact et d’autres sont en préparation.

Que représente le titre de Doctor Honoris Causa pour vous ?

Recevoir un titre honorifique est extraordinaire et compte énormément pour moi. Je suis profondément honorée et je suis très reconnaissante envers les nombreuses générations d’excellents étudiants et collègues qui ont contribué de manière extraordinaire à nos travaux scientifiques. Savoir que notre travail est reconnu et apprécié motivera d’autant plus les jeunes scientifiques à se tourner vers une discipline qui, bien qu’intimidante à première vue, est fascinante une fois connue de l’intérieur.

Quels sont vos projets de recherche et en particulier ceux que vous développez avec le LPCT ?

Mon groupe s’intéresse à simuler numériquement l’évolution temporelle de systèmes moléculaires après qu’ils aient interagi avec la lumière, notamment les radiations solaires. Avec le LPCT, nous avons commencé l’étude de molécules dans des environnements biologiques complexes, telles que les protéines ou l’ADN, afin de déterminer comment la lumière peut influencer les fonctions biologiques. Cette connaissance nous sera utile pour mieux comprendre les mécanismes complexes à l’œuvre dans notre corps, mais pourra aussi, à l’avenir, nous aider à concevoir des médicaments intelligents activables par la lumière visible.

Leticia Gonzalez a été interviewée par Factuel



Lire Aussi