France

Goncourt des lycées 15 romans en lice

L’Académie Goncourt a dévoilé la sélection des livres en compétition pour le Prix Goncourt 2018.

Éric Fottorino, pour Dix-sept ans (Gallimard)
Éric Fottorino, pour Dix-sept ans (Gallimard)

Cette présentation marque également le coup d’envoi du Prix Goncourt des lycéens 2018. Créé et organisé par le ministère de l’Éducation nationale et la Fnac, avec l’accord de l’Académie Goncourt, ce prix donne l’opportunité à près de 2 000 lycéens de se plonger dans une lecture passionnée et de faire entendre leur voix pour élire leur lauréat, parmi les 15 auteurs sélectionnés. Il contribue à l’engagement du ministère de l’Éducation nationale pour développer le goût de la lecture et promouvoir l’éducation artistique et culturelle.

Les temps forts

Durant deux mois, les élèves de 58 lycées, de classes de seconde, première ou terminale, générales, technologiques ou professionnelles, vont lire et étudier l’ensemble des ouvrages de cette sélection 2018. Pour nourrir leur réflexion, ils auront l’opportunité d’échanger et de débattre avec les auteurs en lice lors des rencontres organisées par la Fnac, entre le 8 et le 18 octobre dans 7 villes de France, au sein de plusieurs établissements du réseau Canopé.
Les lycéens auront ainsi toutes les cartes en main pour choisir leurs 3 finalistes régionaux lors de délibérations régionales qui se dérouleront lundi 12 novembre. À l’issue de la délibération nationale, qui aura lieu à Rennes le jeudi 15 novembre, le Prix Goncourt des Lycéens sera décerné.

En novembre dernier, Alice Zeniter avait remporté le Prix Goncourt des Lycéens 2017 avec son roman « L’Art de perdre » publié aux éditions Flammarion.

LES 15 ROMANS SÉLECTIONNÉS POUR LE PRIX GONCOURT DES LYCÉENS 2018 SONT :

Meryem Alaoui, pour La Vérité sort de la Bouche du cheval (Gallimard)
Inès Bayard, pour Le Malheur du bas (Albin Michel)
Guy Boley, pour Quand Dieu boxait en amateur (Grasset)
Pauline Delabroy-Allard, pour Ҫa raconte Sarah (Minuit)
Adeline Dieudonné, pour La Vraie Vie (L’Iconoclaste)
David Diop, pour Frère d’âme (Seuil)
Clara Dupont-Monod, pour La révolte (Stock)
Éric Fottorino, pour Dix-sept ans (Gallimard)
Paul Greveillac, pour Maîtres et esclaves (Gallimard)
Gilles Martin-Chauffier, pour L’Ère des suspects (Grasset)
Nicolas Mathieu, pour Leur Enfants après eux (Actes Sud)
Tobie Nathan, pour L’Évangile selon Youri (Stock)
Daniel Picouly pour Quatre-vingt-dix secondes (Albin Michel)
Thomas B. Reverdy, pour L’Hiver du mécontentement (Flammarion)
François Vallejo, pour Hôtel Waldheim (Viviane Hamy)

France,