Edition du samedi 16 décembre 2017

Pourquoi retarder l’initiation au tabagisme est capital

File 20171129 28899 1y017io.jpg?ixlib=rb 1.1
En matière de tabagisme, la précocité fait de gros dégâts.
Valentin Ottone/flickr, CC BY-SA

Philippe Arvers, Université Grenoble Alpes

L’initiation précoce au tabagisme représente un souci majeur en santé publique. Elle prédit en effet une plus forte dépendance et une plus faible capacité à cesser de fumer. Les sujets ayant commencé à fumer avant l’âge de 16 ans ont une probabilité deux fois plus élevée que ceux qui ont commencé à fumer après cet âge de demeurer fumeur à l’âge de 60 ans.

En 2008, nous avons effectué une analyse secondaire des études Inserm (1993) et ESPAD (1999, 2003 et 2007) sur les jeunes âgés de 15-16 ans. Les « fumeurs précoces », que nous avons définis comme des personnes ayant commencé à fumer avant l’âge de 12 ans, ont tendance à avoir une consommation d’autres substances plus importantes.

En prenant en compte simultanément ces différents critères, les conduites addictives associées au tabagisme restent toutes significatives dans l’analyse (modèle de régression logistique). Ainsi, la consommation précoce de tabac est associée à :

  • une consommation de plus de 10 cigarettes par jour (risque augmenté de 55 %)
  • une consommation précoce de cannabis (risque multiplié par 4)
  • une expérimentation d’autres drogues illicites que le cannabis (risque augmenté de 31 %)
  • une consommation précoce d’alcool (risque multiplié par 3)
  • des ivresses précoces (risque augmenté de 43 %).

Mortalité augmentée, risque accru de maladies

La précocité de l’initiation est également synonyme de dégâts amplifiés sur la santé de ces fumeurs… Une étude publiée en 2017 a analysé les données de la National Health Interview Survey (de 1997 à 2005) qui portait sur plus de 90 000 sujets âgés de 30 ans ou plus, fumeurs ou anciens fumeurs. Parmi eux, 7,3 % avaient commencé à fumer régulièrement avant l’âge de 13 ans.

Cette étude montre que, pour ceux qui fument actuellement, la précocité de consommation de tabac (ici, avant 13 ans) augmente le risque de développer :

  • une maladie cardio-vasculaire ou métabolique (risque augmenté de 67 %)
  • une maladie pulmonaire (risque augmenté de 79 %)
  • un cancer lié au tabagisme (risque multiplié par 2)

De plus, la mortalité toutes causes confondues est augmentée de 18 % parmi ces fumeurs « précoces ».

Cette étude montre aussi – ce qui est important – que, pour ceux qui ne fument plus, la précocité de consommation de tabac (ici, avant 13 ans) augmente le risque de développer :

  • une maladie cardio-vasculaire ou métabolique (risque augmenté de 38 %)
  • une maladie pulmonaire (risque augmenté de 89 %)
  • un cancer lié au tabagisme (risque augmenté de 44 %)

De plus, la mortalité toutes causes confondues est augmentée de 19 % parmi ces anciens fumeurs « précoces ».

Il est donc important de retarder l’initiation au tabagisme, tout comme l’initiation à l’alcool ou au cannabis.


The ConversationLes data visualisations de cet article ont été réalisées par Marie Simon.

Philippe Arvers, Médecin addictologue et tabacologue, Université Grenoble Alpes

La version originale de cet article a été publiée sur The Conversation.

The Conversation

Lire Aussi