Edition du vendredi 25 mai 2018

Camille Cottin ne fait plus sa « Connasse »

« Rose m’a fait du bien », confie l’actrice, à propos de son personnage de fille « cool » dans « Larguées ».

Camille Cottin (au centre) joue la fille "cool" entre sa soeur coincée (incarnée par Camille Chamoux) et sa mère "larguée" (interprétée par Miou-Miou).

Camille Cottin (au centre) joue la fille « cool » entre sa soeur coincée (incarnée par Camille Chamoux) et sa mère « larguée » (interprétée par Miou-Miou).

Au Peninsula, palace parisien chic, où elle enchaîne les interviews, Camille Cottin « fait sa capricieuse» : au lieu du velouté de petit-pois, elle demande un club sandwich avec frites. Si elle fait son actrice, par contre elle ne fait plus sa « Connasse », ce personnage de Parisienne gonflée, qui l’a fait connaître avec la mini-série du même nom diffusée par Canal+.

Eloïse Lang et Noémie Saglio, créatrices de la série, l’avait choisie sur casting pour incarner cette demoiselle sans gêne, arrogante, qui ose ce qu’on ne se permettra jamais. « Comme c’était de la caméra cachée, les gens pensaient que j’étais moi-même une connasse qui me filmait, ils n’avaient pas compris que c’était écrit, que j’étais comédienne, et que c’était un travail », précise Camille Cottin, qui se dit plutôt timide et pudique.

« Il y a eu le film, qui a très bien marché, et puis j’ai fait Dix pour cent », ajoute la comédienne, dont l’image a alors changé : les gens ont compris qu’elle « peut jouer avec des gens, apprendre un texte », elle qui avait déjà une quinzaine d’années de théâtre, notamment avec la troupe de Pierre Palmade. Signe de sa notoriété, Camille Cottin (40 ans à la fin de l’année) fait désormais la couverture de magazines féminins (« Elle ») et culturels (« Télérama »).

« C’est une héroïne parce qu’elle assume ses choix »

Co-réalisé par son duo de créatrices, « Connasse, princesse des cœurs » avait fait plus d’un million d’entrées au cinéma ; ensuite, chacune a fait son film avec Camille. Noémie Saglio a tourné « Telle mère, telle fille », avec Juliette Binoche, où mère et fille sont enceintes en même temps. Et Eloïse Lang a réalisé « Larguées » (actuellement en salles), dans lequel Camille Cottin a Miou-Miou pour mère, et pour sœur sa copine Camille Chamoux (dont elle a mis en scène le spectacle « L’esprit de contradiction »).

Des deux frangines, l’actrice joue la fille cool, qui se balade en santiags et mini-short dans un club de vacances. « J’étais contente de jouer Rose parce que c’est un personnage qui n’a pas de colère, pas de nervosité, les derniers personnages que j’ai interprétés étaient des personnages enclins au combat, au conflit, et c’était presque thérapeutique pour moi. Je suis plutôt quelqu’un de nerveux, je suis rock’n roll, mais elle m’a fait du bien, Rose », dit la comédienne, récompensée pour ce rôle par un Prix d’interprétation au Festival de l’Alpe d’Huez.

« La coolitude c’est un atout, de même que pour moi la gentillesse est une forme d’intelligence, sa coolitude est vraiment quelque chose d’apaisant », ajoute Camille, en braquant ses yeux bleus. « C’est encore assez tabou les femmes qui ne veulent pas d’enfant, ce n’est pas du tout un truc assimilé par la société. Pour moi, c’est une héroïne parce qu’elle assume ses choix, elle n’impose pas son mode de vie aux autres, elle ne fait pas de reproche à ceux qui ont choisi de vivre autrement, elle a un côté très marginal et elle le vit sereinement », confie cette mère de deux enfants (un garçon, une fille).

« Là où je me retrouve, c’est qu’elle n’est pas sur le dos des autres, elle leur laisse de l’espace, et puis le rapport à la fête, elle est vraiment carpe diem, c’est un aspect de ma personnalité. Je suis très angoissée par exemple, alors que Rose n’est pas du tout angoissée », dit Camille Cottin, qui s’affirme aussi exigeante dans le travail que la réalisatrice Eloïse Lang. « Elle me rassure énormément, j’adore lui filer les clés de la bagnole. C’est générateur d’angoisse quand je me retrouve à travailler avec quelqu’un qui n’est pas exigeant, ça va générer une agressivité terrible chez moi, c’est presque de l’ordre de l’enfance ».

« En famille on peut être épidermique »

Le film dérivé de la mini-série "Connasse" a été vu par plus d'un million de spectateurs.

Le film dérivé de la mini-série « Connasse » a été vu par plus d’un million de spectateurs.

Camille Cottin connait bien une des vraies filles de Miou-Miou, la cinéaste Jeanne Herry (« Je l’adore, elle est brillantissime »), qui a réalisé deux épisodes de « Dix pour cent », la série de France 2 dans laquelle elle joue Andrea, agent d’artistes. « Miou-Miou dit qu’on ne ressemble pas du tout à ses filles, mais je pense que ça l’a touché quand elle a lu le scénario, d’incarner cette femme qui a deux filles de notre âge. Comme Eloïse touche assez juste dans les rapports familiaux, ça raconte qu’en famille on peut être épidermique, on peut s’aimer passionnément et en même temps ne plus se supporter en deux secondes ».

De la saison 3 de « Dix pour cent », en tournage, elle ne lâchera rien : « Je déteste dire des trucs », se défend Camille Cottin. Alors elle parle de son rôle : « Ce qui est très agréable, c’est que c’est un personnage emblématique, je crois, à un moment où des gens manifestent dans la rue pour empêcher le mariage homosexuel, en ça c’est une belle occasion. On est dans un moment où la télé et les séries s’autorisent beaucoup de choses, de travailler avec des gens de cinéma, d’aborder des sujets assez subversifs ».

Tout comme « Larguées », finalement : « Je pense que c’est féministe malgré soi, Eloïse fait les films qu’elle a envie de voir, s’inspire de ce qu’elle connaît, elle a deux sœurs, une mère ; là où ça peut être féministe, c’est que c’est porté par des femmes mais ce sont des sujets assez universels, c’est pas l’humour cupcake, ça aborde la sexualité féminine à fond les ballons », dit Camille.

D’autant que le rôle de la mère, 60 ans, est joué par Miou-Miou : « Elle a été une icône de la libération de la femme, de la libération sexuelle, et elle n’a pas changé. Quand on l’écoute parler, elle est toujours la même dans sa perception du monde, dans son amour des autres, elle ne se force pas, elle est anti-système, Miou-Miou, elle est l’étendard de cette génération de femmes qui se reconstruisent, revivent des histoires d’amour, voyagent… », assure Camille Cottin, qui évoque sa mère, 72 ans, partie seule en Inde, et qui « a une pêche incroyable ».

Patrick TARDIT

Lire Aussi