« Blindspotting », ça déménage

Le premier film de Carlos Lopez Estrada a reçu le Prix de la Critique au Festival du Cinéma Américain de Deauville.

Daveed Diggs et Rafael Casal, qui jouent les rôles principaux, ont également co-écrit "Blindspotting".
Daveed Diggs et Rafael Casal, qui jouent les rôles principaux, ont également co-écrit “Blindspotting”.

Parmi les films sélectionnés au Festival du Cinéma Américain de Deauville, ils étaient nombreux à évoquer l’Amérique d’aujourd’hui, dans ce qu’elle a de pire, le racisme, la violence, la misère, les inégalités… « Blindspotting », premier long-métrage réalisé par Carlos Lopez Estrada (sortie le 3 octobre), évoque tout cela, mais avec en plus une tonalité un peu différente, un peu d’humour dans ce monde de brutes. Ce qui lui probablement valu de recevoir le Prix de la Critique du festival normand.

Ce film a été co-écrit avec deux amis et collaborateurs du réalisateur, Rafael Casal et Daveed Diggs, qui tiennent également les rôles principaux, deux potes d’enfance à Oakland, qui survivent avec un job de déménageurs. Et ça déménage, dans ce récit. Quelques jours avant la fin de sa liberté conditionnelle, au volant du camion de déménagement, arrêté à un feu rouge, l’un des deux est témoin d’une bavure policière, un policier blanc tire dans le dos d’un homme qui s’enfuit, Noir bien sûr, abattu en pleine rue.

Ne sachant trop que faire de ce témoignage embarrassant, il continue d’abord comme d’habitude, à faire équipe avec son compère du genre nerveux et violent, qui s’attire et attire les ennuis aux autres, telle une bagarre qui a mené son ami en prison. Les deux s’agacent notamment de la « gentrification » de leur ville, la galère des gens du quartier, et l’arrivée de nouveaux habitants, plus à l’aise socialement et financièrement. « Blindspotting » est imprégné de la culture de la rue et de musique urbaine, et laisse une pointe d’espoir dans un amer quotidien.

Patrick TARDIT

« Blindspotting », un film de Carlos Lopez Estrada (sortie le 3 octobre).



Lire Aussi