Monde
Partager
S'abonner
Ajoutez IDJ à vos Favoris Google News

Vaccins anti-Covid et urgence urinaire

C’est l’un des nombreux effets secondaires de la vaccination anti-Covid : les problèmes urinaires plus ou moins graves sont très nombreux. Explications.

Vessie et prostate (Flickr)
Vessie et prostate (Flickr)

Nous avons souvent évoqué ici les conséquences délétères des vaccins contre le SARS-CoV-2, ce virus à l’origine de la pandémie de la Covid-19. Un article récent intitulé « Les vaccins de moins en moins efficaces et de plus en plus nocifs » nous a valu les foudres des géants du numérique qui contrôlent l’information au niveau planétaire. Ces derniers décident unilatéralement ce qui relève de la vérité journalistique (La Pravda, en russe) et ce qui relève des fake news. Et malheur à qui ose proposer une autre approche de l’information scientifique : ils sont bannis de la communauté, traités de complotistes, de conspirationnistes… Bref, la liberté d’expression revue et corrigée par les adeptes de Joseph Goebbels, sans doute. Quant aux réseaux sociaux, associés aux grands médias, ils se sont coalisés pour défendre LA vérité décrétée par les puissants lobbies du secteur sanitaire à coups de fact-checking bidon destinés à décrédibiliser les confrères séditieux.
Même les meilleurs scientifiques du pays ont été interdits de témoigner publiquement devant la commission parlementaire du Sénat comme nous l’avons écrit. Ils alertaient sur l’explosion des effets secondaires graves des vaccins ARNm contre la Covid-19.

M.G.

Vessie et prostate

Jean-Marc Sabatier (DR)
Jean-Marc Sabatier (DR)

En effet, force est de constater que ces effets délétères sont nombreux et divers. Ils affectent tous les organes : le cœur (myocardites, péricardites), le foie (hépatites) la peau (réactions cutanées), etc.
Mais on recense de plus en plus de problèmes de l’appareil urinaire inférieur chez l’homme. C’est-à-dire des problèmes de vessie et de prostate.
Selon Jean-Marc Sabatier * qui s’exprime ici à titre personnel, « il s’agit d’une inflammation de la vessie ou de la prostate induite par la suractivation, via la protéine Spike vaccinale, du récepteur pro-inflammatoire AT1R du système rénine-angiotensine (SRA). Les récepteurs ECA2 (cible de la protéine Spike du virus SARS-CoV-2) et AT1R (responsable des effets délétères) -tous deux appartenant au SRA- se retrouvent au niveau des cellules de ces organes.
La vessie est un organe du système urinaire dont la fonction est de recevoir l’urine produite par les reins avant son évacuation au cours de la miction. La prostate est une glande du système reproducteur chez l’homme. Elle entoure l’urètre qui est le canal qui permet à l’urine de s’écouler. La fonction principale de la prostate est de produire une partie du liquide séminal. La prostate contrôle la continence urinaire.
Des troubles sur les organes sexuels de l’homme et de la femme que Jean-Marc Sabatier avait décrits dans un article que nous republions ci-dessous.

* Jean-Marc Sabatier est directeur de recherches au CNRS et docteur en Biologie Cellulaire et Microbiologie, affilié à l’Institut de Neuro Physiopathologie (INP) à l’université d’Aix-Marseille.

Les risques de la Covid-19 (et des vaccins) sur les organes sexuels et la fertilité

Europe France Monde