Un voleur bien désemparé lorsqu’il découvre un mausolée à l’emplacement de son butin. « Le voleur est le fil rouge de cette histoire », précise le réalisateur.

« Le Miracle du Saint Inconnu », alléluia !

« C’est à la fois un film sur la croyance, le rapport à la foi, et le lien entre la foi et l’argent », confie Alaa Eddine Aljem, le réalisateur marocain de cette fable attachante.