Edition du vendredi 15 décembre 2017

JO de Paris 2024 : le sport régional en fête

Ce mercredi 13 septembre 2017, le Comité International Olympique (CIO) votera à Lima (Pérou) la ratification de l’accord tripartite pour l’organisation des Jeux Olympiques et Paralympiques de 2024 à Paris. Le Grand Est s’associe à la fête.

Les jeux dans le centre de Paris (illustration Paris 2024)

Les jeux dans le centre de Paris (illustration Paris 2024)

Cette désignation officielle de Paris comme ville organisatrice représente un incontestable enjeu tant pour la capitale en elle-même, que pour tout le pays, le mouvement sportif français qui l’anime au quotidien et les passionnés qui pourront vivre le sport de haute performance au plus près.
Tous les acteurs du sport dans le Grand Est seront ainsi réunis, demain, dans les trois CREPS de la région : Nancy, Reims et Strasbourg parmi lesquels les sportifs, les clubs, les ligues régionales, ainsi que de jeunes licenciés UNSS1. A cette occasion, des rencontres avec de jeunes sportifs espoirs et des tables rondes seront notamment organisées.
Afin de confirmer l’implication du Grand Est dans l’aventure olympique Paris 2024, en partenariat avec le mouvement olympique et sportif régional, Philippe Richert, Président de la Région Grand Est et Jean-Luc Marx, Préfet du Bas-Rhin et du Grand Est, sous le parrainage de champions olympiques et paralympiques, ont souhaité célébrer la désignation de Paris pour l’organisation des Jeux Olympiques et Paralympiques 2024, le mercredi 13 septembre, à partir de 18h, au sein des trois Centres de Ressources, d’Expertise et de Performance Sportive (CREPS) du Grand Est, à Reims, Nancy et Strasbourg.

Dans les trois CREPS du Grand Est

Au CREPS de Nancy, à partir de 18h, seront notamment présents Jean-Paul Omeyer, Conseiller régional du Grand Est, Président de la Commission Sport, Jean-Nicolas Birck, adjoint au chef de pôle Sport à la Direction régionale et départementale de la Jeunesse, des Sports et de la Cohésion Sociale (DRDJSCS), Alain Lux, Président du Comité National Olympique et Sportif (CROS) Lorraine, Dominique Nato, Directeur du CREPS de Nancy, ainsi que Nicolas Peifer, médaillé d’Or paralympique à Rio en 2016 en tennis double, et Pierre-Jean Peltier, médaillé de bronze en quatre de couple en aviron aux JO de 2008 à Pékin.
Il sera également possible d’assister, à partir de 16h45, à l’entraînement de différents pôles et de visiter le site du CREPS.

Au CREPS de Reims, à partir de 18h30, seront notamment présents Valérie Hatsch, Sous-préfète de Reims, Guillaume Maréchal, Conseiller régional du Grand Est, Damien Collard, Président du Comité National Olympique et Sportif (CROS) Champagne-Ardenne, François Cravoisier, Président du CREPS de Reims, accompagné de son Directeur Bruno Génard, ainsi qu’Amel Bouderra (basket) et Lucas Créange (tennis de table), sportifs de la Team Grand Est.

Au CREPS de Strasbourg, de 18h à 20h et à la Maison des Sports, de 20 h à 22 h, seront notamment présentes Marièle Colas et Huguette Zeller, Conseillères régionales du Grand Est, Brigitte Dempt, Directrice régionale et départementale adjointe de la Jeunesse, des Sports et de la Cohésion Sociale du Grand Est (DRDJSCS), Jean-Marc Haas-Becker, Président du Comité National Olympique et Sportif (CROS) Alsace, et Daniel Schmitt, Directeur du CREPS de Strasbourg.

Chiffres clés du sport dans le Grand Est
1,3 million de licenciés (23,2% de la population),  
Plus de 10 000 emplois dans le secteur du sport,
Plus de 14 000 clubs dans le Grand Est,
Près de 300 événements sportifs subventionnés,
Plus de 350 clubs professionnels et/ou de haut-niveau accompagnés pour la saison 2016-

2017,

Environ 50 structures relevant des projets de performance fédérale : pôles France, pôles France Jeune, pôles espoir et structures associée dont
3 Centres de Ressources, d’Expertise et de Performance Sportive (CREPS) : 13 pôles France et

23 pôles espoirs

1 100 athlètes de haut niveau identifiés sur les listes ministérielles,
Près de 700 sportifs de haut niveau et espoirs régionaux soutenus en 2017,
9 athlètes médaillés aux Jeux Olympiques et Paralympiques de Rio,
179 ligues et comités sportifs régionaux amenés à fusionner d’ici 2018,
1 Maison Régionale des Sports,
Budget Sport de la Région en 2017 : 17 M€.
Des structures idéales pour les sports collectifs (photo: Paris 2024)

Des structures idéales pour les sports collectifs (photo: Paris 2024)

Le sport dans le Grand Est

 

A la rencontre du sport dans les Vosges

A la rencontre du sport dans les Vosges

L’engagement de la Région Grand Est en faveur du sport, facteur d’attractivité et d’identité régionale, est destiné aux principaux acteurs sportifs que sont les athlètes, les clubs et les ligues régionales. Il s’articule autour de deux grandes priorités : participer à la structuration du sport de haut niveau, en lien avec les trois CREPS, et encourager une offre de pratique sportive de proximité, permettant de créer un maillage des disciplines sur l’ensemble du territoire. Ainsi, six dispositifs composent la politique sportive du Grand Est : le soutien aux manifestations sportives, aux sportifs de haut niveau, aux clubs de haut niveau, aux investissements sportifs, aux ligues et aux comités sportifs régionaux ainsi qu’à l’acquisition de leur matériel sportif.

Les métiers du sport

Outre ces interventions financières, la loi NOTRe a permis à la Région de prendre en charge la gestion d’une partie des activités des Centres de Ressources, Expertise et Performance Sportive (CREPS). La collectivité régionale participe ainsi à l’organisation des CREPS de Nancy, Reims et Strasbourg.
Ces structures sont de véritables outils de développement de la politique sportive régionale, afin de renforcer l’accueil et le suivi des plus de 1 000 sportifs reconnus de haut niveau par le Ministère des Sports et licenciés dans le Grand Est. Les CREPS développent également un réseau important de formation aux métiers du sport, de l’animation et de l’éducation populaire sur l’ensemble du territoire, partie intégrant des compétences « formation » et « apprentissage » de la Région.

Un plan pluriannuel

Depuis 2016, la Région assume la gestion du foncier des trois établissements et a d’ores et déjà engagé un premier programme de rénovation sur les trois sites pour un montant total de 4 M€. En parallèle, la Région travaille étroitement avec les Directeurs des CREPS à l’élaboration d’un projet de développement spécifique qui intègre un plan pluriannuel d’investissement complémentaire.
Consciente de l’enjeu, tant francilien que national, de l’organisation de Jeux Olympiques et Paralympiques de 2024 à Paris, le Grand Est souhaite ainsi se positionner comme base arrière et faire valoir à cette occasion les nombreux atouts de ses territoires dans l’accueil et l’organisation d’événements sportifs mondiaux, suscitant un engouement populaire extraordinaire, et renforçant l’attractivité économique et touristique de la région.

Pour soutenir le sport, l’Etat en région intervient autour de 3 axes

  • Renforcer la gouvernance territoriale du sport.

Pour favoriser une bonne coordination entre les multiples partenaires, l’Etat en région a lancé, il y a bientôt        1 an, en partenariat avec le Conseil Régional, le Schéma régional du développement du sport (SRDS) comme un outil de réflexion, de pilotage et de gouvernance des politiques publiques sur le territoire. Cette gouvernance est renforcée par des dynamiques territoriales fortes telle la convention cadre avec le Recteur, en voie de signature, qui va englober les dispositifs en vigueur dans les 3 académies du Grand Est. La collaboration entre les services académiques et ceux de la DRDJSCS, qui vise à favoriser le double parcours, scolaire et sportif, se décline à travers des modalités concrètes telles la mise en place de conventions locales de fonctionnement, l’attribution d’heures supplémentaires d’enseignement, des détachements de professeurs d’EPS dans les pôles, la création d’un réseau des établissement de l’excellence sportive, la prévention des conduites dopantes, des hébergements CROUS prioritaires pour des étudiants engagés dans un parcours sportif, des aménagements de scolarité dans le secteur des formations paramédicales…

  • Accompagner les sportifs de haut niveau dans la région.
    Cette mission est conduite par les Conseillers Techniques Sportifs qui sont des cadres d’Etat. Pour le Grand Est, ce ne sont pas moins de 69 agents de l’Etat, experts de leur discipline, qui interviennent quotidiennement auprès du mouvement sportif pour encadrer les sportifs des pôles, former les cadres, conduire des projets d’observation et d’analyse, participer à l’organisation et au développement de la fédération sportive auprès de laquelle ils sont placés.
    Par ailleurs, l’Etat en région accompagne le développement du sport de haut niveau en soutenant les structures déclinant les plans de performances fédéraux et l’aménagement d’emplois des SHN. Ainsi en 2017, l’enveloppe s’élève à plus de 300 000 €.
    Enfin, cette politique de soutien prend forcément appui sur les 3 CREPS dont, il faut le souligner, une partie des personnels permanents, direction et enseignants, sont des agents du Ministère, chargé des Sports.
  • Développer une culture sportive à portée de tous les pratiquants.

Au-delà des compétitions et des résultats de nos athlètes, le sport contribue avant tout à la vie de nos territoires. Il trouve sa place dans une dynamique de développement d’un territoire, tant sur le plan économique qu’en terme de bien-être et de service aux habitants.
Il est un vecteur d’éducation et de cohésion nationale, c’est la vocation du déploiement de la campagne annuelle de soutien au « sport pour tous » portée par le CNDS. Ainsi, plus de 11 M€ ont été répartis en 2017 aux clubs, comités départementaux, régionaux et ligues du Grand Est pour promouvoir la pratique sportive du plus grand nombre.
Pour participer à la construction du programme sociétal autour de la candidature de Paris, l’enveloppe dédiée au CNDS a été abondée en 2017 à hauteur de 20 M€ au plan national au bénéfice du plan « Héritage de la candidature de paris à l’organisation des Jeux 2024 ». Ce plan a d’ores et déjà permis le financement d’équipements sportifs de proximité dans plusieurs communes du territoire.

Lire Aussi