Edition du mercredi 22 novembre 2017

Baston à Bure : plusieurs blessés

Des incidents ont éclaté entre manifestants et forces de l’ordre, ce mardi 15 août en marge d’un rassemblement contre le projet Cigéo d’enfouissement des déchets nucléaires.

Plusieurs centaines de manifestants ont voulu en découdre avec les forces de l'ordre (Capture France Bleu Sud-Lorraine)

Plusieurs centaines de manifestants ont voulu en découdre avec les forces de l’ordre (Capture France Bleu Sud-Lorraine)

Le festival Les Bure’Lesques organisé par les opposants au projet de stockage des déchets radioactifs à Bure (Meuse) s’est bien déroulé, du 11 au 13 août. Mais ce mardi 15 août, un appel à manifester du Collectif contre l’enfouissement des déchets radioactifs a tourné à l’affrontement avec les forces de l’ordre.
Dans l’après-midi, alors que quelques centaines de personnes quittaient la salle des fêtes de Bure pour se rendre à Saudron (Haute-Marne), le cortège a été stoppé par un barrage de gendarmes.
Certains manifestants, tout de noir vêtus et cagoulés, n’ont pas hésité à jeter des pierres et des cocktails molotov contre les gendarmes mobiles. Lesquels ont riposté en faisant usage de canon à eau, de grenades assourdissantes et de lacrymogènes.
On déplore plusieurs blessés du côté des manifestants mais aussi deux blessés parmi les gendarmes.

Pour la Préfecture de  la Meuse: « les opposants ont commencé à progresser dans Bure et ont emprunté une petite rue en direction de Saudron (52). A la vue des gendarmes pré-positionnés de manière préventive, les opposants s’en sont immédiatement pris aux forces de l’ordre en leur jetant des pierres. Les gendarmes ont dû lancer 3 grenades pour se protéger. »

La préfecture ajoute : « les opposants ont reculé. Ils se sont ensuite dirigés vers Saudron (52) à travers champs. Arrivés à Saudron (52), ils ont attaqué les gendarmes avec des pierres et des cocktails Molotov. Pour se défendre, les forces de l’ordre ont dû faire usage de grenades, de flashball. Et d’un lanceur d’eau. »

Dans un communiqué, les militants antiCigéo précisent :

” Aujourd’hui, la manifestation devait se déployer entre Bure et Saudron, pour rejoindre le lieu où se trouve l’enceinte néolithique récemment découverte et appelée à disparaître sous les coups de pelleteuse de l’Andra. L’objectif était de poser un acte fort pour concrétiser l’opposition au projet CIGÉO. Nous refusons que l’Andra, qui empoisonne déjà le quotidien des habitants de la région, s’apprête à faire disparaître définitivement ces vestiges de notre passé tout en hypothéquant notre avenir.
Fouilles systématiques des véhicules, blocage de la manifestation à la sortie de Bure, salves de grenades lacrymogènes et de désencerclement dans les champs et les villages, tirs de canon à eau dans le petit village de Saudron (50 habitants) : les autorités n’ont reculé devant rien pour empêcher les 1000 opposant.e.s prénsent.e.s de manifester et ont blessé plusieurs personnes, dont quelques-unes gravement.
Aux promoteurs de cette poubelle nucléaire, nous voulons rappeler qu’en nous empêchant de manifester, ils ne font qu’attiser un peu plus une colère légitime – et largement partagée – contre ce projet imposé.
Ce n’est pas en réprimant les manifestations qu’on fera disparaître la contestation contre un projet dont les failles s’avèrent chaque jour plus graves. Est-ce à coup de canon à eau que l’Andra compte noyer les risques d’incendie et d’explosions souterrains ? Espère-t-elle faire disparaître les rejets radioactifs de CIGÉO sous un nuage de gaz lacrymogènes ?”

Plus d’informations sur  @ZIRAdies

et ici

Lire Aussi