Edition du dimanche 23 juillet 2017

    Murielle Bolle reste en prison

    Témoin clé de l’affaire Grégory, la belle-sœur de Bernard Laroche est poursuivie pour « enlèvement de mineur de 15 ans suivi de mort. »

    Murielle-Bolle-Ina.fr_

    Murielle-Bolle-Ina.fr_

    Cette fois, la justice semble s’accrocher à une piste sérieuse dans l’affaire de la mort du petit Grégory Villemin, 4 ans, dont le corps sans vie a été retrouvé dans les eaux noires de la Vologne le 16 octobre 1984. Il y a donc plus de 32 ans.
    La chambre de l’instruction de la cour d’appel de Dijon a décidé, cet après-midi, de maintenir Murielle Bolle, aujourd’hui âgée de 48 ans, derrière les barreaux. Elle avait été interpellée à son domicile le 29 juin dernier et placée en garde à vue pour « enlèvement de mineur de 15 ans suivi de mort. »

    Des aveux précis

    Les enquêteurs et les magistrats dijonnais sont donc convaincus désormais du rôle essentiel que la jeune-femme, alors âgée d’une quinzaine d’années, a joué dans le rapt de l’enfant. Elle avait elle-même témoigné en ce sens, quinze jours après l’assassinat de Grégory.
    Murielle Bolle avait alors expliqué aux gendarmes d’abord, au juge d’instruction ensuite, qu’elle était avec son beau-frère, Bernard Laroche, ce 16 octobre 1984. Il était venu l’attendre à la sortie du collège. Elle était montée dans sa voiture où se trouvait déjà le jeune fils de Laroche. Ensemble ils étaient montés jusqu’à la maison des Villemin. Bernard Laroche avait attrapé l’enfant qui jouait devant la maison de ses parents, ils étaient redescendus dans un autre village. Là, sur une petite place, Bernard Laroche était descendu de voiture avec Grégory et était revenu seul, quelques instants plus tard.
    C’est le lendemain, en voyant le journal, que Murielle Bolle a compris ce qui s’était passé.

    Passage à tabac

    Sur la foi de ce témoignage, Bernard Laroche a été interpellé et jeté en prison par le juge Lambert avant d’être libéré quelques mois plus tard, et être assassiné par le père du petit Grégory, Jean-Marie Villemin.
    Car Murielle Bolle s’est rapidement rétractée. Pourquoi ?
    C’est ici que plusieurs témoignages viennent remettre la jeune-fille au cœur de l’enquête, 32 ans après les faits. Un cousin, notamment, a récemment affirmé aux enquêteurs qu’il avait assisté à un passage à tabac de la jeune fille par les membres de sa propre famille. D’autres témoignages ont été recueillis qui vont dans le même sens.
    Ce qui donne à penser aux gendarmes et aux magistrats dijonnais que Murielle Bolle s’est rétractée sous la terrible pression de sa famille. Mais ils sont persuadés qu’elle a dit la vérité lorsqu’elle s’est confiée aux gendarmes la première fois.
    Le scénario de l’enlèvement et de la mort de l’enfant puis la revendication écrite de l’assassinat leur semble maintenant cohérent. Ils pensent à un complot familial. Selon les enquêteurs, l’enfant aurait donc été enlevé par Bernard Laroche et remis au couple Marcel et Jacqueline Jacob, grand-oncle et grand-tante de Grégory. Tous deux ont été mis en examen, le 16 juin 2017 pour « enlèvement et séquestration suivis de mort » et placés sous contrôle judiciaire, après avoir été incarcérés quelques jours.

    M.G.

    Lire Aussi