Edition du mercredi 22 novembre 2017

Rapt de Mexy : une affaire crapuleuse au tribunal de Nancy

Cinq hommes comparaissent depuis ce matin devant le tribunal correctionnel de Nancy pour le rapt d’une jeune femme, en juin 2014, à son domicile de Mexy, près de Longwy. Parmi eux, une figure du grand banditisme, le messin Marc Bertoldi.

Marc Bertoldi fiché au grand banditisme

Marc Bertoldi fiché au grand banditisme (capture Youtube)

Les faits remontent à la nuit du dimanche 29 au lundi 30 juin 2014. Il était aux environs de minuit lorsque deux hommes cagoulés et armés brisent une vitre du pavillon de Stéphanie, une jeune et jolie jeune femme de 38 ans, à Mexy, près de Longwy, en Meurthe-et-Moselle. Ils pénètrent l’intérieur. La jeune femme est en compagnie d’un ami luxembourgeois, Gérard Lopez, 44 ans, un riche homme d’affaires connu notamment pour être l’actionnaire majoritaire de l’écurie de Formule 1 Lotus et, depuis peu, patron du club de foot de Lille. La jeune femme est enlevée sous la menace.
« C’est une affaire mystérieuse et étrange » explique alors le procureur de Nancy. Personne ne comprend ce rapt éclair dans un village sans histoire. Les policiers de la PJ de Nancy et de l’Office central de lutte contre le crime organisé (OCLCO) apprennent vite que Stéphanie a géré il y a peu une boutique de prêt-à-porter luxe à Luxembourg-ville. Depuis son divorce, elle mène grand-train et fréquente la jet-set luxembourgeoise. Elle roule en Porsche et passe parfois ses week-ends à Monaco où elle se rend en jet privé.
L’imposant dispositif mis aussitôt en place par les policiers n’a pas permis de retrouver la jeune femme. Mais, curieusement, les ravisseurs vont la reconduire dans l’agglomération de Longwy, où habitent ses parents, le 3 juillet vers 4 heures de matin.

Un coup monté ?

Les enquêteurs ne comprennent pas pourquoi les malfaiteurs s’en sont pris à Stéphanie plutôt qu’à Gérard Lopez qui a sans doute une autre surface financière. Ce dernier rentrait en jet privé du Venezuela. Etait-il par hasard chez son amie ? S’agit-il d’un règlement de comptes financier ? D’une vengeance amoureuse ?
Les policiers se demandent alors s’il ne pourrait pas s’agir d’un coup monté avec ou sans la complicité de la victime ? Une trace de sang dans l’appartement de Mexy va conduire les enquêteurs sur la piste d’un individu de Nanterre.
Un proche de la famille de la victime intrigue particulièrement les limiers de la PJ. Il s’agit de Marc Bertoldi. Fiché au grand banditisme, ce messin est suspecté par les autorités belges d’avoir joué un rôle important dans le vol de diamants (40 millions d’euros) sur le tarmac de Zaventem, près de Bruxelles, en 2013.  D’abord incarcéré, Bertoldi a été placé sous contrôle judiciaire en décembre 2013.
Deux jours après le rapt il a été entendu par les policiers. Ils apprennent que « la grand Marco » s’est rendu à Lille puis à Paris pour savoir, dit-il, qui était derrière l’enlèvement de « sa cousine ». Il aurait réussi à la faire libérer.
Mais ce scénario de film de série B ne convainc pas les policiers. Ils pensent que Bertoldi aurait tout organisé, avec quelques complices dans le but de soutirer une forte somme d’argent à Gérard Lopez . On parle de 5,5 M€. Mais Gérard Lopez n’aurait versé ‘’que’’ 300.000 € de rançon.
Le 12 novembre, Bertoldi a été interpellé en Haute-Savoie. Quatre autres individus sont également mis en cause pour leur participation présumée à cette affaire. Ils ont été mis en examen pour « enlèvement et extorsion en bande organisée ».
Ils sont depuis ce matin et jusqu’à demain, sur le banc des prévenus du tribunal correctionnel de Nancy. Mais ils nient les faits qui leur sont reprochés.

E .L.

Lire Aussi