Edition du jeudi 24 août 2017

    Nancy, la nuit, la violence

    nancy-la-nuit

    Nancy, la nuit (Photo credit: dhodho.net via Visual hunt / CC BY-SA)

    Un jeune vosgien de 17 ans est décédé, ce mardi, après avoir reçu un coup de poing à la sortie d’une discothèque de Nancy. Des policiers tirés comme des lapins, lundi, à Laxou, dans la banlieue nancéienne. La ville de Stanislas renoue avec la violence des années 2010.

    Un jeune lycéen originaire de Saint-Nabord (88), scolarisé au lycée Jeanne d’Arc de Remiremont, est décédé hier, des suites de ses blessures. Le jeune homme était allé jeudi soir, avec un copain et une copine, dans une discothèque située dans la tour Thiers, juste en face la gare de Nancy. Un peu après 3 h 40, les trois jeunes gens préfèrent quitter les lieux après une petite tension avec d’autres clients. Rien de plus. Un responsable de la discothèque les raccompagne alors jusqu’à la sortie, place de la République.
    C’est là que les trois jeunes rencontrent un ou plusieurs individus avec lesquels les choses vont mal se passer. Pour une raison inconnue, le lycéen vosgien reçoit un violent coup de poing au visage. Il tombe, se relève difficilement. Il a le visage en sang. Il a du mal à tenir debout mais il poursuit son chemin. Quelques centaines de mètres. Arrivés sur le Pont des Fusillés, les amis du lycéen préfèrent appeler les secours.

    Une enquête de la PJ

    Le jeune homme est conduit aux urgences. Fracture du nez. Il quitte l’hôpital le vendredi matin, un peu avant 11 heures, où ses parents viennent le chercher. Mais, dans l’après-midi, l’état du blessé s’aggrave. Le jeune homme est conduit d’abord à l’hôpital de Remiremont puis il est transféré à Nancy, dans un état comateux où il décèdera ce mardi.
    Une enquête a été ouverte par le SRPJ de Nancy. Les policiers sont à la recherche de l’auteur du coup de poing, place de la République. Ils ont d’ailleurs lancé un appel à témoins et demandent à toute personne qui aurait des informations relatives à cette altercation à les appeler au 03.83.17.2944.
    Cette affaire a créé une vive émotion sur les réseaux sociaux car le jeune lycéen était bien connu sur la toile et ses copains le dérivent comme un garçon gentil et d’une bonne humeur légendaire.

    Deux balles en pleine rue

    Depuis quelques années, la violence devient banale dans les rues de Nancy. Lundi, 19 septembre, des policiers de Nancy qui se rendaient à bord d’un véhicule banalisé sur les lieux d’un incendie criminel, à Laxou, ont été pris pour cible par un ou plusieurs individus qui ont tiré dans leur direction. Une balle a explosé une vitre latérale de la voiture, une autre s’est fichée dans le pare-brise. Par chance, les policiers n’ont pas été blessés.
    Ces affaires créent un climat d’insécurité dans la ville de Stanislas et rappellent les violences du début des années 2010 quand une bande de petites frappes faisait régner la terreur dans la nuit nancéienne. On se souvient de la mort, le 3 janvier 2010, de Grégory Lhomme, 34 ans, passé à tabac sans raison par d’ignobles individus. Ceux-ci ont été démasqués. Les meneurs, trois frères, ont été jugés et condamnés à des peines de 15 à 20 ans de réclusion.
    Mais il y a eu d’autres agressions depuis. Place de la Croix de Bourgogne, le 6 avril 2016, deux individus cagoulés et armés ont abattu un jeune homme de deux balles, en pleine rue. Sans parler des agressions sexuelles et des bagarres qui réveillent chaque nuit le quartier de la rue Mon Désert, de la rue Jeanne d’Arc ou Jean-Jaurès.
    Jusqu’où ? Jusqu’à quand ?

    Marcel GAY

    Lire Aussi