Edition du samedi 16 décembre 2017

Fausse alerte attentat : un ado interpellé dans la Marne

remonter-la-piste-des-hackers

Remonter la piste des hackers (Photo credit: IntelFreePress via Visualhunt / CC BY-SA)

Un adolescent de 16 ans a été interpellé, aujourd’hui, dans la Marne. Il est soupçonné d’être l’un des deux auteurs de la fausse alerte qui a mobilisé les forces de l’ordre, samedi à Paris. 

Une vaste opération de police a été menée, samedi 17 septembre, dans le quartier des Halles, à Paris, à la suite d’un appel téléphonique selon lequel « une prise d’otage à l’église Saint-Leu » était en cours. Aussitôt d’alerte est donnée, les forces de l’ordre bouclent le quartier. Les autorités croient utile d’envoyer un message « alerte attentat » via l’application mobile SAIP (Système d’alerte et d’information aux populations).
Deux heures plus tard, le doute est levé. Il s’agissait d’un canular. Une enquête est ouverte pour « dénonciation de crime imaginaire et divulgation de fausses informations ».

Deux hackers

Deux hackers ont revendiqué, sur les réseaux sociaux, être les auteurs de cette plaisanterie de mauvais goût, appelé « swat » (canular). Leurs pseudos sont «Tylers Swatting» et «Zakhaev Yamaha», âgés de 16 et 17 ans.
Ils se sont vantés d’avoir fait « déplacer des hélicos, le gouvernement et 50 voitures de police ». Et même d’être passés à la télé. « On a fait le buzz, fanfaronnent les jeunes interviewés par l’Obs. Si les gens ont eu peur, c’est leur problème. » L’un deux ajoute : « J’ai dit que j’étais caché dans la cave et que dix maghrébins étaient entrés avec des armes dans l’église » plaisante l’autre.
L’enquête n’a pas traîné. Aujourd’hui, un jeune homme de 16 ans, prénommé Dylan a été interpellé. Son comparse ne devrait pas tarder à le rejoindre dans les locaux de la police. Ils risquent deux ans de prison et 30.000 € d’amende. Plus une facture de plusieurs dizaines de milliers d’euros pour les frais occasionnés par la mobilisation des forces de l’ordre et de leur matériel.

E.L.

Lire Aussi