Edition du vendredi 20 avril 2018

Meurtre de la députée Jo Cox. Un suspect aux affinités néonazies

D’après Southern Poverty Law Center, un groupe de défense américain des droits civiques, le meurtrier présumé de Jo Cox, tuée à Birstall jeudi, était un partisan néo-nazi. Portrait d’un homme tourmenté.

Thomas Mair meurtrier présumé de la députée travailliste Jo Cox

Thomas Mair, meurtrier présumé de la députée travailliste et europhile Jo Cox. Crédit : The Sun.

L’histoire se répète. Comme à chaque fois qu’un drame ébranle une famille, une communauté, une nation, le suspect se fond dans la masse. Celui du meurtre de Jo Cox est toujours prêt à rendre des services de jardinage. Ses voisins du lotissement de Fieldhead Estate (Yorkshire), où il vit dans une petite maison mitoyenne le décrivent comme « discret » et « poli ». Mais ils font référence à son « passif de maladie mentale ».
Doit-on ce passage à l’acte à un coup de folie ou à une revendication terroriste ?

Thomas Mair, 52 ans est soupçonné d’avoir assassiné la députée travailliste et europhile Jo Cox, jeudi à Birstall dans le nord de l’Angleterre.  Son geste est toujours inexpliqué, mais la piste politique prend de l’épaisseur. Plusieurs témoins rapportent qu’au moment de l’agression, le suspect aurait crié « Britain First »  à cette élue qui n’avait de cesse de faire l’éloge de la diversité et qui avait pris à bras le corps la cause des réfugiés syriens. Elle menait d’ailleurs de front une campagne anti Brexit.

Littéralement, ces deux mots « Britain Fist » signifient « La Grande Bretagne d’abord », mais ils désignent aussi un parti d’extrême droite fondé par des anciens du British National Party.

Un passif néo-nazi

Une association américaine de défense des droits civiques, le Southern Poverty Laws Center dépeint Thomas Mair comme un partisan néo-nazi, connu pour sa « longue histoire avec le nationalisme blanc ».

Sur le site internet de l’organisation, on peut lire que :

« Mair était un partisan dévoué de l’Alliance nationale, qui a été pendant des dizaines d’années l’organisation néo-nazie la plus importante des Etats-Unis ».

Ouvrages sur la fabrication d’explosifs, sur les munitions… Il aurait notamment dépensé plus de 620 dollars dans des ouvrages de ce groupe qui prône la suprématie de la race blanche et l’éradication du peuple juif. Les autorités ont écarté la piste de l’attaque terroriste internationale, et n’ont pas encore confirmé qu’il s’agissait d’un acte de terrorisme intérieur.

Un homme malade mentalement

D’après son frère cité par le Daily Telegraph, Thomas Mair connu sous le nom de »Tom » ou « Tommy » n’est « pas du tout politisé » ni « violent ». Il souffrirait de troubles du comportement et aurait suivi un traitement pour sa maladie mentale.

Si la police n’a pas confirmé l’identité du meurtrier présumé, elle a indiqué ne pas rechercher d’autre suspect pour le moment. Après la tuerie d’Orlando et de Magnanville, l’histoire du terrorisme semblerait bien se répéter, sous un autre visage cette fois-ci.

Lire Aussi