Edition du samedi 16 décembre 2017

Grégory : Jacqueline Jacob va pouvoir rentrer chez elle

Mise en examen depuis le mois de juin pour enlèvement et séquestration suivie de mort, la grand-tante de l’enfant assassiné en 1984 va pouvoir rentrer chez elle.

Le petit Grégory Villemin (capture CreepyNews)

Le petit Grégory Villemin (capture CreepyNews)

 

Les avocats de Jacqueline Jacob, Frédéric Berna et Alexandre Bouthier l’ont annoncé en sortant de l’audience de la chambre de l’instruction de Dijon, ce lundi après-midi. Leur cliente mise en examen pour enlèvement et séquestration suivie de mort en juin dernier et placée sous contrôle judiciaire strict loin des Vosges, va enfin pouvoir rentrer chez elle. Elle ne pourra toujours pas rencontrer son époux, Marcel Jacob, lui aussi mis en examen des mêmes chefs de poursuite.
Les époux Jacob sont soupçonnés par les enquêteurs d’être les commanditaires et les acteurs de l’assassinat du petit Grégory Villemin, le 16 octobre 1984. L’enquête a été relancée 30 après les faits. Selon un nouveau scénario élaboré selon les dernières techniques d’investigation de la gendarmerie le petit garçon aurait d’abord été enlevé par Bernard Laroche, l’oncle de l’enfant en compagnie de Muriel Bolle, sa belle-sœur et remis aux époux Jacob.

Le 4 décembre 2017

Des preuves ? Toujours aucune. Mais les logiciels de la gendarmerie auraient construit ce scénario sur la base de nouvelles expertises graphologiques et d’une étude nouvelle du dossier.
Jacqueline Jacob, 72 ans, qui jusqu’ici, avait préféré garder le silence a été entendu vendredi dernier pendant 2 h 30 par la juge. Elle a affirmé qu’elle se trouvait à son travail, à l’usine textile, le jour de la disparition et du meurtre de Grégory, tout comme son mari, Marcel Jacob. Une feuille de présence l’atteste.
Pourtant, le parquet général de Dijon doute de cette authenticité, comme elle doute de l’alibi de Marcel Jacob qui sera entendu, lui le 4 décembre 2017. Son avocat, Me Stéphane Giuranna ne manquera pas de demander le retour de son client à son domicile.

Lire Aussi