Edition du lundi 16 juillet 2018

Attentat à l’aéroport d’Istanbul : au moins 10 morts

Un échange de coups de feu suivi de deux explosions a provoqué la mort d’au moins dix personnes et de plusieurs dizaines de blessés, ce soir, à l’aéroport Atatürk d’Istanbul selon un scénario assez proche de celui de Bruxelles il y a quelques mois. Deux kamikazes seraient en cause.

Capture.JPG turquie2

Attentat à Istanbul- (réseaux sociaux)

Deux explosions et des coups de feu ont retentis un peu après 21 heures à l’aéroport international d’Istanbul. Un attentat dans lequel au moins une dizaines de personnes ont trouvé la mort et des dizaines d’autres ont été blessés. Selon les premiers témoignages, il semblerait que deux kamikazes aient tiré à la kalachnikov sur les voyageurs avant de se faire exploser peu avant de passer au contrôle de sécurité. Les deux explosions qui ont retenti dans le terminal des vols internationaux a provoqué une panique incroyable.
Des dizaines d’ambulances ont convergé vers l’aéroport pour secourir les blessés alors que la police établissait un large périmètre de sécurité.
Le ministre de la Justice turc, Bekir Bozdag, a confirmé l’information devant les députés, à Ankara.
Des photos diffusées sur les réseaux sociaux montraient d’important dégâts matériels à l’intérieur du terminal et des passagers gisant au sol. Les vols au départ de l’aéroport ont été annulés.
Le premier ministre Binali Yildirim a pris la direction d’une cellule de crise pour coordonner les opérations de secours.
Abdullah Agar, un expert des affaires de sécurité et de terrorisme, interrogé par CNN-Türk, a privilégié la thèse d’un attentat djihadiste. « Cela ressemble beaucoup à leurs méthodes », a-t-il dit, en référence aux attaques survenues dans l’aéroport et le métro de Bruxelles.
La Turquie a été frappée depuis l’an dernier par une série d’attentats meurtriers, attribués aux rebelles kurdes et à l’organisation Etat Islamique. Le 23 décembre 2015, un attentat à l’aéroport Sabiha-Gökçen, sur la rive asiatique d’Istanbul, avait causé la mort d’une personne. Il avait été revendiqué par les Faucons de la liberté du Kurdistan (TAK),.

E.L.

Capture

Lire Aussi