Edition du mercredi 18 juillet 2018

Test sur les crèmes solaires pour enfant: l’UFC porte plainte!

A l’heure où commencent les vacances scolaires estivales, l’UFC-Que Choisir publie un test particulièrement inquiétant sur les crèmes solaires pour enfants. Au vu de la très faible protection aux UVA constatée sur près d’un tiers des produits testés, l’association alerte les parents sur les risques induits du fait de mentions laissant croire à une pleine protection de l’enfant et dépose plainte contre les 5 fabricants concernés pour pratique commerciale trompeuse et tromperie.

ufc-que-choisir-crèmes solaires

Les crèmes solaires pas toujours efficaces (Photo UFC)

En effet, l’UFC-Que Choisir a testé en laboratoire de 17 produits de protection solaire  d’indices élevés (50 et 50+) destinés aux enfants et présentés sous forme de crèmes, sprays et laits solaires. Alors que leurs emballages débordent de mentions rassurantes, les résultats révèlent de graves carences en termes de protection aux UV, alors que le strict minimum pour des crèmes solaires est de protéger de ces rayons nocifs !

– Une protection très insuffisante contre les UVA pour près d’une crème sur trois ! Si la totalité des 17 produits testés protège correctement des UVB, en revanche cinq d’entre eux (1) n’offrent pas -et de loin- la protection minimale contre les UVA requise par les experts français (2) et les autorités européennes (3). Bien qu’ils n’occasionnent pas de traces visibles (coup de soleil), les UVA sont tout aussi responsables des cancers de la peau. Les consommateurs ne peuvent pas non plus se fier aux produits de grande marque, en effet le ‘lait solaire spécial enfant’ de CLARINS est le plus mal noté de notre test et écope, au côté du spray solaire ‘Photoderm kid’ de BIODERMA, de la recommandation peu enviable ‘NE PAS ACHETER’.

– Des mentions d’étiquetage faussement rassurantes : Ces résultats sont d’autant plus inadmissibles que tous ces produits sont porteurs d’indices élevés ainsi que des mentions ‘Haute protection’ ou ‘Très haute protection’ et affichent sur leur emballage le logo ‘UVA’ laissant croire à tort aux consommateurs que les produits sont pleinement protecteurs.

– Les crèmes solaires ‘bio’ ne tiennent pas leurs promesses ! Alors que les produits biologiques mettent en avant leur composition à base d’ingrédients naturels, force est de constater que les filtres anti UV à base de minéraux qu’ils utilisent sont inefficaces pour arrêter correctement les UVA. Sur les 5 produits testés, 2 offrent une protection à peine correcte et 3 une protection très insuffisante ! Autre argument du ‘bio’ battu en brèche : l’absence d’impact sur l’environnement.  Alors que l’on connait depuis longtemps la toxicité sur la flore marine des filtres solaires utilisés dans les crèmes solaires conventionnelles, certaines études montrent un impact tout aussi néfaste des filtres utilisés dans le bio.

Soucieuse de garantir la sécurité des consommateurs, particulièrement les plus jeunes, l’UFC-Que Choisir :

  • Dépose plainte auprès du tribunal de Paris contre les fabricants CLARINS, BIODERMA, BIOSOLIS, ALGA MARIS et LOVEA pour pratique commerciale trompeuse et tromperie,
  • Et dans l’attente de la mise en œuvre de l’action publique, presse les fabricants concernés de retirer sans délai leurs produits des rayons et de procéder à un rappel. A défaut l’Association saisira la Direction Générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes (DGCCRF).

  • Rappelle aux parents que le meilleur moyen de protéger les enfants contre le soleil est de ne pas les exposer notamment pour les plus jeunes et d’éviter les heures où l’ensoleillement est le plus fort. Elle les invite à consulter son guide d’achat crème solaire gratuitement consultable sur le site quechoisir.org.

(1) Lait solaire spécial enfant 50+ de Clarins, Photoderm kid 50+ de Bioderma, Lait solaire kids 50+ « bio » de Biosolis, crème solaire enfant 50+ « bio » d’Alga Maris et Spray hydratant kids « bio » 50 de Lovéa.

(2) Information aux industriels, recommandation européenne : mise à jour portant sur les conditions d’étiquetage des produits de protection solaire – Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) – Janvier 2007

(3) Recommandation de la Commission Européenne du 22 septembre  2006 relative aux produits de protection  solaire  et aux allégations  des  fabricants  quant à leur efficacité.

Lire Aussi