Edition du vendredi 23 juin 2017

    Les Etats-Unis se retirent de l’accord de Paris

    A la tête du deuxième pays le plus pollueur du monde, Donald Trump tient là l’une de ses promesses de campagne.

    fonte des glaces- Futura sciences-

    fonte des glaces- Futura sciences-

    L’accord signé en décembre 2015 à Paris par 196 Etats a pour but de contenir la hausse de la température moyenne mondiale « bien en deçà » de 2°C par rapport à l’ère préindustrielle. Cela suppose que chaque pays fasse des efforts en matière de pollution pour parvenir à cet objectif.
    Or, pendant sa campagne électorale, Donald Trump avait promis de sortir de cet accord trop contraignant selon lui pour l’économie américaine qui n’a rien à faire de polluer la planète. Trump, milliardaire sans vergogne et sans scrupule ne pense qu’aux dollars pour lui-même et pour les Américains fusse au détriment des autres nations.

    Conséquences financières

    La communauté internationale s’inquiète face au réchauffement climatique. Et n’a pas manqué de critiqué les positions dangereuses du président américain. « La Chine va continuer à mettre en oeuvre les promesses faites lors de l’accord de Paris », a ainsi promis le chef du gouvernement chinois jeudi à Berlin.
    « Le monde peut compter sur l’Europe pour conserver le leadership mondial en matière de climat. Ensemble, nous soutiendrons Paris, nous défendrons Paris », a déclaré de son côté Miguel Arias Canete, négociateur pour l’UE lors de la COP21.
    La question se pose désormais de savoir si les pays émergents ne seront pas tentés de suivre les Américains pour préserver leur essor économique. C’est notamment le cas de l’Inde, du Brésil ou de l’Afrique qui pourraient ne pas vouloir prendre en charge la part financière laissée par les Etats-Unis. L’accord de Paris prévoit que les pays riches fourniront une aide de 100 milliards de dollars aux pays plus pauvres à partir de 2020. Mais le retrait des Etats-Unis remet en cause ce principe.
    Si Washington ne revient pas sur l’énorme pollution des Etats-Unis, le réchauffement pourrait être de 3°C d’ici 2100, avec les conséquences dramatiques que cela suppose : fonte des glaces aux pôles, montée des océans, inondation des terres, multiplication des incendies, sécheresses, modification de la flore etc.

    Emilien LACOMBE

     

     

     

    Lire Aussi