Edition du mercredi 13 décembre 2017

Hérault : le suspect arrêté

Les gendarmes ont interpellé, hier en fin d’après-midi, près de son domicile, l’auteur présumé du meurtre d’une aide-soignante de la maison de retraite pour missionnaires de Montferrier, près de Montpellier. Il s’agit d’un ancien militaire de 47 ans. Ses motivations restent floues.

maison-de-retraite-de-montferrier-34

Maison de retraite de Montferrier (34) (Photo capture d’écran EuroNews)

Un homme cagoulé et armé a fait irruption, jeudi soir vers 22 heures, dans la Maison de Retraite des Missions Africaines, Les Chênes Verts, située à Montferrier-sur-Lez, dans la banlieue nord de Montpellier. Cet EPAHD qui accueille une soixantaine de pensionnaires, est une maison de retraite catholiques pour des prêtres missionnaires en Afrique. Mais elle accueille aussi une dizaine de sœurs et quelques laïcs.
L’individu dont on ne connaît pas les motivations, s’en est pris à deux femmes, employées de l’établissement. L’une d’elles a été ligotée pendant que l’autre a été frappée de trois coups de couteau. Après avoir réussi à se libérer, celle qui n’était pas blessée a réussi à donner l’alerte après que l’agresseur eut pris la fuite.
Les secours ont découvert l’aide-soignante, une femme de 53 ans, sans vie. Aussitôt, les résidents de la maison de retraite ont été mis en sécurité et des recherches ont été effectuées dans le bâtiment pour tenter de trouver le meurtrier. Mais les gendarmes et le GIGN appelés sur place n’ont pas trouvé l’agresseur. Un hélicoptère de la gendarmerie a survolé la zone durant une partie de la nuit. Sans succès.
En revanche, les gendarmes ont trouvé un véhicule abandonné près de l’établissement qui semble appartenir au suspect. A l’intérieur de cette voiture, ils ont découvert des armes factices.

De gros bouchons

Au petit matin quelque 130 gendarmes étaient déployés dans toute la région de Montpellier à la recherche de cet homme « potentiellement dangereux » selon les mots du procureur de la République de Montpellier, Christophe Barret. Lors d’une conférence de presse, le procureur expliquait que « la piste locale » était privilégiée et que « rien ne rattache les faits à une piste terroriste. »

L’émotion reste forte à Montferrier-sur-Lez et dans les environs où personne ne comprend cet acte gratuit. « Elle était aide-soignante, d’une grande gentillesse, explique son époux sur RT5L. Comment peut-on lui faire du mal comme ça ? Elle est morte et moi je suis détruit. Elle n’avait aucun problème avec personne, elle était agréable et serviable. »

La chasse à l’homme se poursuit dans tout le département de l’Hérault. Le meurtrier présumé serait un ancien militaire âgé de 47 ans, domicilié dans un village voisin. Sa compagne a été interpellée.

E.L.

Lire Aussi