Edition du samedi 21 octobre 2017

Rassemblement devant le tribunal de Metz

Le président d’une association dénommée BDS (Boycott, Désinvestissement, Sanctions) comparaîtra le 5 octobre devant la cour d’appel de Metz pour avoir appelé au boycott de médicaments israéliens.

 

Manif devant le tribunal de Metz le 5 octobre (affiche BDS)

Manif devant le tribunal de Metz le 5 octobre (affiche BDS)

Dans un communiqué, l’association BDS explique : « Le collectif BDS 57 agissait, en janvier 2015, dans le cadre d’une campagne nationale pour inciter les pharmaciens à ne pas commercialiser les génériques TEVA, mais à les remplacer par les mêmes génériques d’autres marques pharmaceutiques. Avant que le parquet ne fasse appel, suivi immédiatement par les trois plaignants (TEVA, France-Israël et Avocat Sans Frontière), ces derniers avaient été déboutés en première instance, au mois de février dernier.

Droit international bafoué

L’arrière-plan de ce procès est connu depuis des décennies : l’annexion et la colonisation de territoires palestiniens, l’entrave à la liberté de circuler librement (check point), les déplacements forcés de populations et la destruction de leurs moyens d’existence, le blocus de villes entières (acte de guerre). Les représentants français du Conseil de Surveillance de l’ONU ont, à plusieurs reprises et par un vote solennel, condamné les multiples violations du droit international commises par Israël. Ils condamnent mais restent passifs.

Le jeudi 5 octobre, jour de la comparution en appel, de 12h30 à 14h00, nous vous invitons à un rassemblement non-violent et antiraciste avec prises de parole, devant le tribunal de Metz. L’Etat israélien bafoue le droit international, notre objectif sera de le dénoncer et de témoigner de notre soutien ainsi que de notre entière solidarité au président du collectif BDS 57, militant de la cause palestinienne et membre de l’Union Juive Française pour la Paix.
Lien vers le communiqué de la coordination BDS France

Lire Aussi