Edition du samedi 21 octobre 2017

Front commun contre le CETA

Le président de la République doit exiger la suspension provisoire de l’accord économique et commercial avec le Canada.

CETA Aktion Bundeskanzleramt | by Global2000 CETA Aktion Bundeskanzleramt | by Global2000

CETA Aktion Bundeskanzleramt | by Global2000 CETA Aktion Bundeskanzleramt | by Global2000

Il est des causes qui rassemblent, bien au-delà de certaines divergences de points de vue. La lutte contre le changement climatique, l’emploi, la préservation de la démocratie, la protection de la santé des citoyen.ne.s et la disparition de l’élevage, en France, en font partie. C’est pourquoi, défenseur.se.s de l’environnement et des droits humains, professionnel.le.s des filières d’élevage, associations de consommateur.trice.s et syndicats de travailleur.se.s font, aujourd’hui, front commun face à l’application imminente du CETA : un accord dont les risques sur le plan économique, social, démocratique et écologique ont été confirmés.
Dans un texte commun, les signataires ci-dessous demandent la suspension de l’application provisoire du CETA.
L’Accord économique et commercial global (AEGC) ou Comprehensive Economic and Trade Agreement (CETA) est un traité international de libre-échange entre l’Union européenne et le Canada, signé le 30 octobre 2016. Premier accord commercial bilatéral de l’Union Européenne avec une grande puissance économique, il suscite cependant de nombreuses critiques.

 Promesses de campagne

Face aux risques avérés pour l’environnement, la santé, l’emploi et l’élevage français, le président de la République doit exiger, à Bruxelles, la suspension de l’application provisoire du CETA !
Toutes et tous demandent, ensemble, au Président de la République de tirer toutes les conséquences des conclusions sans appel de la Commission d’expert.e.s qu’il a désignée en exigeant la suspension immédiate de l’application provisoire du CETA, programmée le 21 septembre.
Suspendre l’application provisoire du CETA reviendrait, pour le président de la République, à honorer une promesse de campagne. Cette volonté politique serait, également, un gage de cohérence et de crédibilité pour son Gouvernement, engagé dans le vaste chantier des États généraux de l’alimentation.

Signataires

Action Aid France – Peuples Solidaires
AFDN Association française des diététiciens nutritionnistes
Agir pour l’Environnement
Alofa Tuvalu
Amis de la Terre
Association Léo Lagrange pour la Défense des Consommateurs
ATES – Association pour le Tourisme Equitable et Solidaire
ATTAC
Bioconsom’acteurs
Bloom
CCFD-Terre Solidaire
CERAS
CFE-CGC Confédération Française de l’Encadrement – CGC
CFTC Confédération française des travailleurs chrétiens
CGT Confédération générale du travail
CIWF France
Collectif Roosevelt
Confédération Paysanne
Eau et Rivières de Bretagne
Ethiquable
Fédération artisans du Monde
FNE France Nature Environnement
FNH Fondation pour la Nature et l’Homme
Filières paysannes
foodwatch
FSU Fédération syndicale unitaire
Générations Futures
Greenpeace
Humanité et Biodiversité
Institut Veblen
Interbev
Max Havelaar France
Mouvement pour l’Économie Solidaire
Mouvement Utopia
Notre affaire à tous
OGM dangers
Plateforme du commerce équitable
Réseau Action Climat France
Réseau Foi et Justice Afrique Europe
SNESUP-FSU Syndicat national de l’enseignement supérieur
SOL Alternatives Agroécologiques et Solidaires
Solidaires
Syndicat national d’apiculture
Terre et Humanisme
UFC-Que Choisir
WECF France
WWF France
350.org

 

Lire Aussi