Edition du dimanche 23 juillet 2017

    Prémontrés : Valérie Debord porte plainte

    La présidente du Centre culturel des Prémontrés et vice-présidente du conseil régional Grand Est, Valérie Debord, a déposé plainte pour coups et blessures contre le directeur des Prémontrés, Alain de Manheulle.

    Une pétition de M. Alain de Maheulle

    Une pétition de M. Alain de Maheulle

    Le climat s’est fortement dégradé au cours des derniers mois entre la présidente du Centre Culturel Lorrain des Prémontrés, Valérie Debord, par ailleurs vice-présidente du Grand-Est et le directeur général des Prémontrés, Alain de Manheulle.
    A l’origine de cette brouille, sans doute une histoire de gros sous, comme l’écrit le directeur général sur son compte Facebook. « La région Grand Est a diminué de 30 la subvention de fonctionnement versée à notre association (soit 150.000 €) sans respecter la convention triennale signée par la région Lorraine en cours d’application (2015-2017). Pire, le texte de cette décision ne mentionne plus les mots « lorraine » et « culture ». (…) Pourtant notre Centre Culturel s’autofinance à plus de 80% et fait vivre 31 salariés. »
    Le directeur général évoque « une mort annoncée » et lance un comité de soutien pour « éviter l’irréparable. »

    Refoulé par un vigile

    L’ennui pour lui, c’est que rien n’a bougé. Les élus sont restés sourds à ses appels à l’aide. Jusqu’à ce vendredi 7 juillet, où se tenait un Conseil d’administration extraordinaire auquel le directeur général n’avait pas été convié.
    Que s’est passé ? Si l’on en croit le journal l’Est Républicain, le directeur général s’est présenté vers 17 h 30 aux Prémontrés pour assister au C.A. Mais il a été refoulé par un vigile. Furieux d’être écarté de la salle de réunion, Alain de Manheulle aurait alors été pris d’une véritable crise de folie, se couchant par terre, frappant, criant… Et s’en serait pris à tout le monde, y compris à la police. C’est au cours de cette grande agitation que la présidente Debord aurait été frappée à la main par son directeur général qui tenait un trousseau de clés.
    Finalement, Alain de Manheulle a été maîtrisé et placé en garde à vue dans les locaux du commissariat de police de Pont-à-Mousson où Valérie Debord a déposé plainte.
    Quant au conseil d’administration, il a décidé « une mise à pied conservatoire avec effet immédiat » en vue d’écarter Alain de Manheulle de ses responsabilités. En outre, le C.A. attend du Conseil régional qu’il engage une action en justice.
    Quelle ambiance !

    Marcel GAY

    Lire Aussi