Edition du lundi 16 juillet 2018

Ce soir, le combat décisif !

 Les deux candidats à la présidentielle, Emmanuel Macron et Marine Le Pen vont s’affronter à la télévision, ce soir, au cours d’un débat sans merci où il s’agira de convaincre les indécis.

23-avril-2017-presidentielle-1er-tour-resultats

Les deux finalistes du premier tour

Dernier temps fort d’une campagne électorale inédite dans les annales de la 5ème République, le débat télévisé de ce soir devant les caméras de TF1, France2 et des chaînes d’information s’annonce déterminant. A la fois moment incontournable de la vie politique et spectacle de télé-réalité, ce grand rendez-vous télévisuel n’est pas sans risques pour les deux prétendant la magistrature suprême.
Car il s’agira d’un vrai combat entre deux débatteurs aguerris qui doivent aller chercher les indécis pour remporter « la » victoire. Tous les coups sont permis. Dans le rôle des arbitres, Nathalie Saint-Cricq et Christophe Jakubyszyn, chefs du service politique de France2 et TF1.
D’un côté, Emmanuel Macron, 39 ans, favori des sondages, arrivé en tête lors du premier tour de la présidentielle avec 24% des suffrages. Il a l’avantage de nombreux soutiens, à droite comme à gauche, et se veut le candidat du libéralisme, de l’Europe, de l’ouverture des frontières. Objectif : mettre l’adverse dans les cordes en dénonçant le flou de son programme et ses hésitations sur la sortie de l’Euro, le caractère inacceptable de sa vision de l’immigration. Macron aurait tort de chercher le KO. Une victoire aux poings serait préférable.

Frapper fort

De l’autre, Marine Le Pen, 48 ans, arrivée en seconde position au premier tour avec 21% des suffrages. Vieille habituée de la politique et des débats, redoutable tacticienne, elle est dans la position du challenger. Elle n’a donc pas d’autre choix que de frapper fort. Sur l’immigration, notamment, la sortie de l’Europe et de l’Euro. Elle ira chercher Macron sur le côté ultra-libéral de son programme économique, son job de banquier, sa politique étrangère dans le sillage des Etats-Unis et de l’OTAN. Marine Le Pen cherchera le KO de ce jeune venu en politique à coups de petites phrases et de coups de canif.

Combat périlleux

En tout cas, le match durera plus de deux heures. C’est le temps qu’il faudra aux deux débatteurs pour tenter de convaincre l’électorat flottant, encore indécis. On sait que plus du tiers des électeurs de la France insoumise (19,6%) ont décidé de voter Macron. Mais deux tiers environ ont une préférence pour le vote blanc ou l’abstention. Chez les électeurs de droite (20% de Fillon), une moitié seulement iraient vers Macron.
Il reste donc un énorme potentiel d’électeurs à conquérir pour l’un comme pour l’autre candidat d’ici le 7 mai. C’est-à-dire dans quatre jours. Le débat de ce soir est donc tout simplement capital.
Mais il y a plus. Après les présidentielles il y aura les législatives des 11 et 18 juin. Il y a fort à parier que les deux candidats auront à l’esprit ce combat politique à venir, ce troisième tour qui pourrait bien conduire à une cohabitation dès le début du quinquennat.
Du jamais vu.

Marcel GAY

Lire Aussi