Edition du dimanche 25 juin 2017

    La mutation écologique, parlons-en !

    La lettre de Gérard Charollois

    Gérard Charollois, président' de Convention Vie et Nature (DR)

    Gérard Charollois, président’ de Convention Vie et Nature (DR)


    Parmi les « éléments de langage » de la politique, la mode est à la « mutation écologique ». Explications.

    Excepté aux partis républicains français et étasunien qui ignorent le mot écologie, tous les autres candidats se réclament d’une prise de conscience de la nécessité de cette mutation écologique.
    Il conviendrait d’expliquer ce concept, définir ce qu’il recouvre, quelles implications concrètes il comporte.
    Pour les politiques, il s’agit de favoriser des filières, offrir des subventions et des exonérations à des firmes, des groupements industriels qui ont su peindre en vert leurs intérêts privés.
    Leur mutation écologique n’échappe en rien à la logique de la société de dévastation fondée sur un seul puissant pilier : le profit vorace et immédiat.

    Miroir aux alouettes

    La transition énergétique constitue un magnifique alibi pour investir et spéculer, pour bétonner et ‘’artificialiser’’, pour déménager la nature et implanter des infrastructures, pour capter de l’argent public en améliorant son image, en se donnant bonne conscience, en affichant une vertu environnementale, tout en contribuant à assassiner la diversité biologique de la terre.
    Je propose une toute autre « mutation écologique ».
    En présence d’un projet d’infrastructure, d’une innovation technologique, d’un mode de production, il faut examiner leurs incidences sur la faune, la flore et les milieux naturels au même titre que celles sur la santé humaine.
    Sortir d’un anthropocentrisme criminel représente notre mutation écologique, celle qui place le vivant au centre des valeurs.
    Champs d’éoliennes sur toutes les collines ou de panneaux photovoltaïques au lieu et place de forêts pourraient bien ne constituer que des miroirs aux alouettes, exactement comme le furent, il y a une quinzaine d’années, les « biocarburants », avant que les dupes se rendent compte qu’il ne s’agissait que « d’agro-carburants », polluants et dévoreurs d’espaces.
    D’aucuns imaginent opter entre tel ou tel mode énergétique, sans comprendre que les filières s’additionnent pour spéculer et additionnent leurs nuisances.
    Y aurait-il des esprits assez innocents pour ne pas avoir compris que dans une société de marché, l’unique religion est le profit et que tout le reste n’est qu’habillage pour faire accepter les destructions de nature.
    Après cette critique, je propose :
    – d’une part de réduire les gaspillages d’énergie en sanctionnant les éclairages abusifs, par exemple ;
    -d’autre part, inviter les ingénieurs à concevoir des technologies exemptes d’incidences létales pour la biodiversité.
    Une mutation écologique, c’est mettre la nature à l’ordre du jour.

    Gérard Charollois
    Convention Vie et Nature

    Lire Aussi