Edition du vendredi 20 avril 2018

Fillon : Une information judiciaire !

Le parquet national financier a choisi d’ouvrir une information judiciaire dans le Pénélope gate. Il a confié le dossier à trois juges. Que peut-il se passer maintenant ?

Les époux Fillon, dimanche, à La villette

Les époux Fillon, dimanche, à La villette (capture BFMTV)

Un mois, jour pour jour, après l’ouverture d’une enquête préliminaire sur les emplois présumés fictifs de l’épouse de François Fillon, le parquet national financier (PNF) a donc décidé d’ouvrir une information judiciaire pour « détournements de fonds publics, abus de biens sociaux et recel, trafic d’influence et manquement aux obligations de déclaration à la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique. » Rien que ça !
Le dossier a été confié à trois juges d’instruction du pôle financier du TGI de Paris.
Cette information judiciaire est ouverte contre personne non dénommée selon le communiqué du parquet. Autrement dit, les juges d’instruction vont s’intéresser non seulement à François Fillon et à son épouse Pénélope mais vraisemblablement aussi aux enfants du couple et à toute autre personne concernée par ce dossier.

Plusieurs options

 

  • Que peuvent faire les juges ? Plusieurs options s’offrent à eux.
    Ils peuvent évidemment mettre en examen tout de suite François Fillon et son épouse. Mais il est peu probable qu’ils mettent en examen le candidat à l’élection présidentielle à moins de deux mois du premier tour. Ils peuvent mettre en examen uniquement Pénélope Fillon et/ou les enfants. Même si certains faits peuvent être prescrits, le délit de recel d’abus de biens sociaux et de détournement de fonds publics ne l’est pas.
  • Ils peuvent continuer à instruire le dossier. Et par conséquent procéder à de nouvelles perquisitions et de nouveaux interrogatoires sous le régiment éventuel de la garde à vue. Comme pour les deux ex-assistants parlementaires de Marine Le Pen la semaine dernière. Ou simplement comme témoins-assistés.
  • Ils peuvent enfin attendre que les élections présidentielles soient passée et reprendre toute l’affaire après le 18 juin afin de respecter « la trève républicaine ».

    Fillon restera candidat

Cette nouvelle phase du dossier judiciaire ne fera pas changer François Fillon dans sa détermination de rester candidat à la présidentielle. Il l’a rappelé vendredi soir, lors d’un meeting à Maisons-Alfort : « Si nos convictions déclenchent autant de fureur, si ma personne est attaquée avec autant d’acharnement, c’est qu’elles heurtent ce consensus mou qui anime la droite lorsqu’elle marche à l’ombre et qu’elle réforme à minima. »
Rappelons que « l’affaire » Fillon est née le 24 janvier 2017 lorsque le Canard Enchaîné a révélé que l’épouse du candidat avait perçu plus de 500.000 € de salaires comme attachée parlementaire de son époux puis de son suppléant devenu député, alors que personne ne l’a vue travailler, plus 5.000 €/mois pendant 18 mois à la Revue des Deux-Monde pour deux petits articles seulement. Qu’elle a touché 45.000 € d’indemnités de licenciement payés par l’Assemblée nationale. Les enfants du couple ont également été rémunérés 84.000 € alors qu’ils étaient encore étudiants.
L’affaire Fillon est loin d’être terminée.

M.G.