Edition du vendredi 24 février 2017

    Affaire Fillon : ça se gâte sérieusement !

    Le parquet national financier (PNF) a écarté ce jeudi 16 février 2017 un classement sans suite de l’enquête ouverte pour suspicion de détournement de fonds publics à l’encontre des époux Fillon et de leurs enfants.

    Mme Eliane Houlette est la procureur du parquet national financier.

    Mme Eliane Houlette est la procureur du parquet national financier. (Capture Youtube intervew du CESE)

    L’affaire des emplois présumés fictifs de Pénélope Fillon et des deux enfants du couple empoisonne la campagne électorale du candidat de la droite et du centre à la présidentielle depuis les révélations du Canard Enchaîné.
    Dans un communiqué publié ce matin, le procureur du parquet national financier, Eliane Houlette, écarte pour l’instant le classement sans suite de l’enquête préliminaire ouverte le 25 janvier 2017 pour des faits « susceptibles d’être qualifiés de détournement de fonds publics, abus de biens sociaux et recel de ces délits mettant en cause, notamment, M. et Mme Fillon ».
    Les enquêteurs de l’Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales (OCLCIFF) ont rendu hier, mercredi, les premiers éléments de leurs investigations.
    Dès ce matin, la procureur du PNF écrit : « En tant qu’autorité de poursuite, il est de mon devoir d’affirmer que les nombreux éléments déjà recueillis ne permettent pas d’envisager, en l’état, un classement sans suite de la procédure. Les investigations vont se poursuivre dans le strict respect des règles qui gouvernent le code de procédure pénale. » La procureur ajoute : « La seule mission du parquet national financier est d’appliquer la loi, fondement du pacte démocratique ».

    Toutes les conséquences

    Un communiqué du parquet national financier

    Un communiqué du parquet national financier

    Ce communiqué se veut d’abord une réponse aux avocats de François Fillon qui demandaient récemment un dessaisissement du PNF estimant qu’il n’était pas compétent. C’est ensuite une réponse juridique à ceux qui voulaient que la justice ne vienne pas interférer dans le calendrier électoral.
    Désormais, le PNF est face à deux options : soit il ouvre une information judiciaire et confie le dossier à un juge d’instruction qui pourra procéder à de nouvelles investigations et auditions et, le cas échéant, mettre en examen l’un ou l’autre des acteurs. Soit il renvoit les époux Fillon avec ou sans leurs enfants devant une juridiction de jugement via une citation directe.
    Quel que soit le cas de figure retenu, en écartant le classement sans suite de l’enquête, le parquet financier donne à penser que les éléments recueillis par les enquêteurs sont suffisamment graves, en l’état, pour poursuivre les investigations.
    François Fillon et son camp vont devoir en tirer les conséquences. Toutes les conséquences. Et vite.

    Marcel GAY

    Lire Aussi