Edition du vendredi 20 avril 2018

Fillon : semaine décisive

L’affaire Fillon pourrait connaître un coup d’accélérateur dans les tout prochains jours. Panique dans les rangs de la droite à deux mois du premier tour de la Présidentielle.

Mme Eliane Houlette est la procureur du parquet national financier.

Mme Eliane Houlette est la procureur du parquet national financier. (Capture Youtube intervew du CESE)

Le feuilleton politico-judiciaire de l’affaire Fillon devrait connaître un rebondissement cette semaine si l’on en croit les révélations du Journal du Dimanche reprises et complétées par plusieurs médias. Le parquet national financier (PNF) qui s’est autosaisi après les révélations du Canard Enchaîné selon lesquelles Pénélope Fillon, l’épouse du candidat de la droite et du centre à la présidentielle, aurait occupé un emploi fictif d’attaché parlementaire, pourrait décider de poursuivre le couple.
L’enquête préliminaire porte sur des soupçons de « détournements de fonds publics » et soupçons « d’abus de biens sociaux ». Après les auditions du couple Fillon et de leurs enfants et de plusieurs témoins, après les perquisitions effectuées en divers endroits où Pénélope Fillon est censée avoir travaillé, notamment à l’Assemblée nationale, les enquêteurs ont le choix entre trois options.

Trois options

Première option : un classement sans suite du dossier. Peu probable compte tenu des éléments contenus dans l’enquête et publiés régulièrement dans la presse. Deuxième option : ouverture d’une information judiciaire. Dans ce cas le dossier serait confié à un juge d’instruction qui aura tout loisir de procéder à de nouveaux interrogatoires, à de nouvelles perquisitions et, le cas échéant, à mettre en examen l’un ou l’autre des acteurs de ce dossier.
Enfin, troisième option : renvoyer le couple Fillon et d’autres, éventuellement, devant une juridiction de jugement.
Cette citation directe pourrait alors indiquer que le PNF a fait son boulot d’enquête et qu’il y a dans le dossier suffisamment d’éléments pour qu’un tribunal correctionnel prenne une décision. L’avantage, c’est que l’on éviterait les habituelles longueurs judiciaires. Mais l’inconvénient pour le couple Fillon et spécialement pour François Fillon, c’est que l’issue est incertaine. Soit Pénélope et François Fillon sont relaxés et le candidat à la présidentielle peut poursuivre sa campagne. Soit lui ou elle ou les deux sont condamnés. Et l’aventure politique de François Fillon sera terminée.
C’est dans cette optique que s’inscrit la réflexion de François Bayrou qui pourrait envisager de se présenter à l’élection présidentielle. Il prendra sa décision entre le 15 et le 20 février, a-t-il précisé, dimanche, sur France3. Si Bayrou se présente (pour la quatrième fois !) la désorganisation politique de la droite engendrée par l’affaire Fillon serait alors à son comble. De nombreux élus s’inquiètent en raison du calendrier serré avant le dépôt des candidatures (17 mars).
La France va vivre des heures… historiques !

Marcel GAY

Lire Aussi