Edition du lundi 16 juillet 2018

Les époux Fillon entendus par la police

François et Pénélope Fillon ont passé plusieurs heures dans les locaux de la police. Ils étaient entendus dans le cadre des emplois fictifs présumés d’assistante parlementaire. Ils auraient apporté des éléments « utiles » à la manifestation de la vérité.

Les époux Fillon, dimanche, à La villette

Les époux Fillon, dimanche, à La villette (capture BFMTV)

A la suite des révélations du Canard Enchaîné sur les sommes importantes perçues par Pénélope Fillon, [embauchée comme assistante parlementaire de son époux (entre 1998 et 2002) puis de Marc Joulaud, suppléant devenu député lorsque François Fillon est devenu ministre (entre 2002 et 2007), ensuite comme collaboratrice de la Revue des Deux-Mondes, appartenant à Marc Ladreit de Lacharrière], le Parquet National Financier a ouvert le 25 janvier 2017 une enquête préliminaire pour « détournement de fonds publics » et pour « abus de biens sociaux et recel de ces délits ».
L’enquête est rondement menée par les policiers de l’Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales (OCLCIFF). Après l’audition de l’ancien directeur de la Revue, Michel Crépu qui a affirmé n’avoir jamais entendu parler d’une quelconque mission littéraire confiée à Mme Fillon et l’audition de la journaliste Christine Kelly, auteur d’une biographie sur François Fillon, les enquêteurs ont procédé à des perquisitions pour savoir si les salaires de Mme Fillon (environ 500.000 € en sept ans) correspondaient à un travail effectif.
Les choses se sont accélérées ce lundi après-midi lorsque Pénélope et François Fillon ont été convoqués par les policiers pour être entendus séparément. Arrivés vers 15 heures dans les locaux de la police à Versailles, ils en sont ressortis vers 21 heures après avoir « apporté des éléments utiles à la manifestation de la vérité afin d’établir le travail réalisé par Madame Fillon » précise un communiqué publié par l’équipe de campagne de François Fillon.
En outre, le propriétaire de la Revue des Deux-Monde a également été entendu par la police.

Quelle suite pour l’enquête ?

Que peut-il se passer désormais ?
Plusieurs cas de figure sont envisageables. Soit les époux Fillon peuvent prouver que Pénélope a bien rempli son contrat d’attachée parlementaire, son emploi n’étant pas fictif, et l’enquête pour « détournement de fonds publics » sera classée sans suite. Mais il faut aussi qu’il en soit de même pour les soupçons « d’abus de biens sociaux ».
Autre possibilité : les enquêteurs estiment qu’il y a matière à engager des poursuites. Dès lors, soit le PNF ouvre une enquête judiciaire et confie le dossier à un juge d’instruction qui pourra ou non mettre les protagonistes en examen (à l’exception de François Fillon, député). Soit le PNF renvoie le dossier devant une juridiction de jugement, en l’occurrence le tribunal correctionnel.
Quel que soit désormais le sort judiciaire de cette affaire, sur le terrain politique le mal est fait. François Fillon n’apparaîtra plus comme l’homme droit et intègre qu’il voulait être. D’autant que d’autres affaires pourrait sortir, comme le laisse entendre le député et candidat EELV Yannick Jadot.
Affaire à suivre…

Emilien Lacombe

Lire Aussi