Edition du mercredi 18 juillet 2018

Mobilisation générale contre le grand froid

Dès mardi, la France va connaître une vague de froid intense. Le gouvernement et les associations caritatives se mobilisent pour que personne n’ait à en souffrir.

a-la-rue

A la rue (Photo credit: Franco Folini via VisualHunt.com / CC BY-SA

Le mercure va chuter de façon spectaculaire un peu partout dans le pays en début de semaine. Il faut s’attendre à des températures allant jusqu’à moins 10° et parfois même moins 15° dans certaines régions de l’est de la France. La situation pourrait durer jusqu’en fin de semaine.
D’ores et déjà le gouvernement a mis en place le Plan Grand Froid qui prévoit « un pilotage national quotidien ». Concrètement, le Premier ministre Bernard Cazeneuve demande que tous les services de l’Etat soient mobilisés pour venir en aide aux personnes les plus vulnérables.
Ainsi, souhaite-t-il qu’un « bilan quotidien des besoins » soit établi avec les préfets pour gérer au plus près la situation. Il demande « la pleine mobilisation des collectivités territoriales et des grands opérateurs associatifs (mobilisation de gymnases, salles communales, accueils de jour etc.) « . De même, le Premier ministre demande une mobilisation de « la sécurité civile, de la police et de la gendarmerie ainsi que des sapeurs-pompiers pour le repérage et la mise à l’abri des personnes concernées. »

141.500 SDF en France

Les associations caritatives sont, elles-aussi, mobilisées pour faire face à une situation exceptionnelle. Que ce soit le collectif précarité-pauvreté, l’association Mobilisation pour les sans-abris, le réseau solidarité de Metz ou celui de Nancy, de Strasbourg, de Châlons-en-Champagnetoutes les associations caritatives sont sur le pont.
Dans son 21ème et dernier rapport sur l’état du mal-logement en France, l’association Abbé Pierre rappelle qu’il y a 3,8 Millions de mal-logés en France dont 2,1 millions vivent sans eau ni électricité.
En outre il y a 141.500 SDF, soit 50% de plus en dix ans. Il est urgence de prendre en charge ces personnes parmi lesquelles il y a de nombreux enfants.
Le plan Grand froid a pour but de venir en aide prioritairement à ces personnes démunies.

Les morts de la rue 

Le froid et la misère tuent encore, devant nos portes, sous nos fenêtres. Et nous ne le voyons pas, nous ne le savons pas. Un collectif des morts de la rue recense autant que possible ces décès anonymes.
En 2017, alors que l’année commence à peine, 9 personnes sont mortes dans la rue. En France. Age moyen : 50 ans. En 2016, 454 personnes sont mortes dans la rue, 498 en 2015, 513 en 2014, 453 en 2013. Age moyen : environ 48 ans.
Le collectif rend hommage publiquement à ces morts de la rue, souvent anonymes. Morts de froid, de faim, de misère dans l’indifférence générale.

Des précautions à prendre

Le ministère de la Santé rappelle que le froid peut avoir des conséquences sur la santé : « gelures, hypothermies, déclenchement de crises d’asthme et d’angines de poitrine, développement d’infections broncho-pulmonaires ».
Les personnes dites à risque : personnes âgées, enfants en bas-âge, personnes souffrant de troubles cardiaques ou respiratoires… doivent prendre plus de précautions que les autres. Il est préférable qu’elles restent chez elles sauf, évidemment, nécessité absolue.
La vigilance est recommandée si l’on utilise un appareil de chauffage d’appoint. Le risque d’intoxication au monoxyde de carbone est d’autant plus élevé que le chauffage fonctionne longtemps. Le monoxyde de carbone étant un gaz inodore, il est d’autant plus dangereux.
Bien évidemment, le froid s’accompagne d’une surconsommation d’électricité. Le transporteur de courant, RTE a prévenu qu’il pourrait procéder à des coupures d’électricité, par endroit, n’excédant pas deux heures.
En attendant le retour à des températures plus clémentes, prudence sur les routes comme dans les habitations.

E.L.

Lire Aussi