Un journaliste refuse la légion d’honneur

Rédacteur en chef de Reporterre.net, le quotidien en ligne de l’écologie, Hervé Kempf n’a pas voulu de la légion d’honneur que lui proposait Ségolène Royal. Refus dicté par « l’état déplorable de la liberté de la presse en France. »

herve-kempf
Le journaliste Hervé Kempf

« Non, merci Mme Royal ». Dans un éditorial au vitriol publié jeudi dans son journal, Hervé Kempf explique ce qui l’a conduit à refuser la prestigieuse décoration. Le journaliste précise qu’il a d’abord reçu un appel du chef de cabinet de la ministre de l’Ecologie lui demandant s’il acceptait d’être décoré de la légion d’honneur. « J’ai retenu mon envie de rire, écrit-til, puis, le courriel est arrivé. »
Voici l’essentiel : « Comme j’ai pu vous en informer par téléphone, Mme la ministre Ségolène Royal envisage de vous décorer de l’ordre national de la légion d’honneur pour votre action en faveur de l’environnement et du développement durable. Nous souhaiterions connaître votre sentiment par rapport à cette possible décoration. »

La presse des milliardaires

La réponse est plutôt rude. « Chère Madame Royal…. Je vous remercie de votre attention mai ai l’honneur de refuser cette distinction. Elle me paraît tout à fait incompatible avec l’exercice du métier de journaliste dont un principe de base est, pour assurer sa liberté, de se tenir à distance des personnes de pouvoir et d’en refuser les avantages ou distinctions qu’elles voudraient lui prodiguer. »
Le journaliste poursuit : « Permettrez moi d’ailleurs, de vous rappeler l’état déplorable de la liberté de la presse : quasiment tous les grands médias, écrits et audiovisuels appartiennent à des milliardaires ou à des grandes entreprises. »
Hervé Kempf publie la carte dressée à ce sujet par l’observatoire des médias Acrimed. Il rappelle aussi les attaque menées régulièrement contre la liberté de la presse et, notamment la loi sur le secret des affaires, les procès d’oligarques contre les médias libres.
L’éditorialiste constate que les journalistes sont de plus en plus fréquemment empêchés d’informer le public. Et, enfin, que les aides à la presse sont généreusement distribuées aux journaux des milliardaires.
Le rédacteur en chef termine ainsi : « Au fait, Mme Royal, vous nous avez refusé jusqu’ici une interview. Maintenant que vous voulez me donner une décoration, ça sonne vraiment bizarre ce refus. On se parle bientôt ? »
Il y a au moins un journaliste digne de ce nom en France. Ca fait plaisir.

https://reporterre.net/Non-merci-Mme-Royal-je-ne-veux-pas-de-la-Legion-d-honneur

Marcel GAY


Lire Aussi