Edition du jeudi 23 novembre 2017

De gros nuages noirs au-dessus de Lorraine Airport

Plusieurs dossiers aux prud’hommes, trois plaintes au pénal, des arrêts maladie à foison, un climat social délétère : le comportement avilissant de la directrice générale, Françoise Herment, n’est plus supportable. « On songe à la remplacer » confie un élu.

wp_20161012_14_20_40_proL’aéroport de Metz-Nancy-Lorraine rebaptisé en 2015 Lorraine Airport a fêté en grande pompes, début octobre, son 25ème anniversaire. Avec 258.000 passagers en 2015, le plus petit des quatre aéroports du Grand Est a du mal à décoller. Surtout depuis l’arrivée du TGV en 2007. Depuis cette date, quelque 100.000 passagers ont préféré le train à l’avion. L’établissement public géré par la Région Grand Est, accuse depuis un déficit chronique de 1,2 M€.
Certes, les problèmes financiers sont importants. Mais ce n’est pas ce qui préoccupe au premier chef Philippe Richert qui a réuni, le 10 octobre 2016 à Louvigny, le Conseil d’administration de l’aéroport qu’il préside. Ce qui préoccupe vraiment le président du Conseil régional, c’est le climat social qui règne dans cette entreprise où travaillent une centaine de salariés. Une vraie poudrière.

Deux dossiers aux Prud’hommes

« Le malaise date de l’arrivée de Françoise Herment-Léonard, la directrice générale » confie un vieux salarié sous le sceau de l’anonymat. « Elle dénigre publiquement les gens, elle les traite d’incapables, elle les harcèle à longueur de journée. Certains n’y ont pas résisté. Ils sont tombés malades. D’autres ont engagé des procédures. »
En effet, le 20 janvier 2017, à 14 heures, le conseil des prud’hommes de Metz examinera deux dossiers sensibles. Ceux de Béatrice Joss, ancienne DRH qui a été arrêtée pour « maladie professionnelle » en 2013 avant d’être licenciée en décembre 2014, après 16 ans et 3 mois au poste de DRH. Elle a porté plainte devant le conseil des prud’hommes pour harcèlement.
Et celui de Jean-François Denoyer, ancien directeur-adjoint de l’aéroport, en arrêt maladie pour les mêmes raisons.

Trois dossiers au pénal

Ce n’est pas tout. Trois salariées : Mme Durand, Mme Saadi et Mlle Trifor n’ont pas hésité à engager plusieurs procédures judiciaires dont une procédure pénale contre l’aéroport et contre sa directrice, Françoise Herment. Pour harcèlement. Pour en arriver là, il faut que les faits reprochés à la direction générale soient particulièrement graves.
Dans leur plainte, les trois anciennes salariées de l’aéroport affirment avoir vécu un véritable « calvaire ». Elles parlent dans un journal local « d’humiliation, de dénigrement, de vexations » régulières et répétées.
Leur avocat, Me Mehdi Adjemi confirme, toujours dans la presse régionale : « Ce que me disent mes clientes font apparaître des propos ou des comportements répétés qui ont sérieusement dégradé leurs conditions de travail et porté atteinte à la fois à leur dignité et à leur santé mentale. Elles sont détruites. »

Services rendus

wp_20161012_14_17_28_proMais qui est ce tyran en jupon ? Françoise Herment-Léonard, 52 ans, est originaire de la Meuse. Elle a longtemps travaillé à la Région Lorraine dans le giron de l’ancien président socialiste Jean-Pierre Masseret. Elle lui doit tout. Nommée au service communication du Conseil régional, Françoise Herment a brillé par son incompétence. C’est sans doute pour la remercier de ses talents et des services rendus que, plus tard, Masseret la nommera à la direction de l’aéroport.
La voilà donc, par le fait du prince, à la tête d’une entreprise d’une centaine de personnes ! Elle, une petite fonctionnaire certes très dévouée à son ancien patron, mais sans aucune aptitude pour la fonction.
Pour compenser sans doute un manque évident de compétence dans le management et la gestion d’une entreprise, Françoise Herment va se distinguer par sa suffisance et le mépris qu’elle affiche envers ses subordonnés. Jusqu’à les rendre malades !
Mais cela ne lui suffit pas. Cette fonctionnaire grassement payée par la Région va vivre sur un grand pied. Grosse voiture de fonction payée par Lorraine Airport et changée régulièrement, frais de bouche gargantuesques, voyages à l’autre bout de la planète aux frais de la princesse, abus en tous genres… Pourquoi se priver puisque les élus, négligents et/ou complices, ferment les yeux ? Que les contribuables, comme toujours, paient sans rechigner ?

Népotisme

Livrée à elle-même, sans aucun contrôle d’aucune sorte, la directrice générale va dépasser les bornes. Elle choisit, décide, tranche. Seule. Elle embauche des membres de sa famille. Sa nièce Maryline Léonard, comme DRH, sa belle-fille à la com, puis encore la copine de sa fille, puis encore le fils d’une amie (il a désormais quitté l’entreprise).
Mieux. Françoise Herment a décidé, il y a quelques temps, de créer un nouveau parking pour les clients des vols low cost. Elle impose que ce vaste terrain, situé derrière l’aéroport, soit recouvert de pierres de Jaumont (pierre jaune de Moselle). L’ennui, c’est que ce revêtement est totalement inadapté. Il faudra tout enlever et mettre un enrobé traditionnel. Hors de prix ? Quelle importance !
« Nous savons tout cela, explique Walter Broccoli, nouveau conseiller régional, membre du conseil d’administration de Lorraine Airport. Mais nous avons hérité de cette situation. Philippe Richert la découvre depuis le mois de janvier dernier. C’est l’un des chantiers sur lesquels nous travaillons. » Après un temps de réflexion, Walter Broccoli concède « oui, on songe à la remplacer ».
Avant qu’il y ait un drame ?

Marcel GAY

Françoise Herment où l’art de l’embrouille

Françoise Herment parle beaucoup. Pour ne pas dire grand-chose.  Après plus d’une demi-heure de conversation téléphonique, ses réponses sont souvent évasives et embrouillées. Il a fallu insister pour obtenir quelques bribes de réponses claires et assumées.
Les plaintes pour harcèlement ? « Je n’en suis pas informée, je ne connais que les dossiers aux prud’hommes. »
Le climat social délétère dans l’entreprise ? « L’une des personnes qui s’exprime à visage découvert dans la presse, c’est moi qui ait vu qu’elle était en souffrance. C’est à mon initiative qu’elle a été vue par le CHSCT. Lorsque l’Inspection du Travail a été alertée, j’ai demandé que tout le monde soit entendu. »
-Avez-vous conscience d’avoir harcelé et détruit plusieurs de vos collaborateurs directs ?
Pas de réponse.
L’embauche de sa nièce comme DRH de l’aéroport ? « Oui, c’est vrai, mais c’est un contrat de professionnalisation en alternance. » Et sa belle-fille à la communication ? Françoise Herment pinaille : « Non, ce n’est pas tout à fait ma belle-fille. » Bref, c’est la compagne de son fils qui porte son futur petit-fils.
Le parking impraticable à cause des grosses pierres de Jaumont ? « Je souhaite avoir un parking à tarif réduit avec accès passagers. La pierre de Jaumont c’est un rappel à la ville de Metz. Il y a une cohérence. »
Mais la grosse caillasse sur laquelle aucune voiture ne peut rouler ? « Je ne suis pas responsable de la grosseur des pierres, c’est une entreprise qui a fait les travaux. »
Quel diplôme, quelles compétences a-t-elle pour gérer une entreprise de la taille de l’aéroport ? « Toute ma vie professionnelle a été jonchée (sic) de formations que je faisais avec plaisir… Je n’ai pas demandé à prendre la direction de l’aéroport, je n’ai rien demandé. C’est l’ancien DGS, Joël Berger qui m’a proposé le poste en mai 2012. Je l’ai accepté. »
M.G.

Lire Aussi