Edition du mardi 23 janvier 2018

Education et formation : les priorités de la Région

« Nous voulons être ambitieux pour notre jeunesse car nous n’avons d’autre impératif que de la préparer au mieux aux défis du 21ème siècle. » (Philippe Richert).

« Sur un budget régional de 2,5 Mds d’euros, la part consacrée à la formation et à l’éducation est de 1 milliard (41%). C’est considérable. C’est la traduction de ce que faisaient déjà les trois anciennes régions. Nous allons travailler dans la continuité plutôt que dans la rupture. »

conférence de presse de rentrée de Philippe Richert

conférence de presse de rentrée de Philippe Richert (DR)

Philippe Richert, président du Grand Est a ainsi donné le ton de la conférence de presse de rentrée, ce jeudi 1er septembre, au lycée polyvalent Georges Baumont de Saint-Dié-des-Vosges. Il était accompagné de Gérard Cherpion, député et vice-président de la Région en charge de la Formation, des conseillers régionaux David Valence (également maire de St Dié) Atissar Hibour et Elisabeth Poirson, du recteur de la région académique Grand Est. Ils furent accueillis par le proviseur Olivier Odille.

Chiffres clés

D’emblée, le président a rappelé les chiffres clés de cette rentrée scolaire ! un budget d’1 milliard, 216.000 lycéens, 50.000 places offertes pour la formation professionnelle continue, 37.000 apprentis, 15.400 étudiants du sanitaire et social, 195.000 étudiants.
Mais au-delà des chiffres, il y a une volonté politique. Celle du changement. « Nous avons besoin d’équité territoriale » a

précisé Philippe Richert. Celle-ci se traduira par 49 chantiers importants (connexion au haut débit pour tous, accompagnement des familles etc. « Cela prendra un peu de temps. Il n’y aura pas d’harmonisation à marche forcée.

Le président a décliné les trois priorités auxquelles il est attaché.
Première priorité : Le cadre de vie des lycéens et des apprentis. Le parc immobilier est constitué de 225 lycées Education Nationale, 28 établissements d’enseignement agricole, 8 établissements spécialisés. Au total, 5,2 Millions de m2 et 2840 bâtiments. L’entretien du part représente 163 M€ cette année.
L’entretien des lycées sera suivi à l’avenir par 12 agences territoriales en cours d’installation qui auront pour mission de répondre aux attentes des citoyens et des partenaires de la Région « dans un souci de proximité ».
Le rôle « important » des agents techniques territoriaux des 5.352 établissements d’enseignement (ATTEE) n’est pas négligé, au contraire. Ils participent au cadre de vie agréable des élèves et des enseignants.

« L’esprit d’entreprendre »

Deuxième priorité : faire des jeunes, des citoyens engagés. « Au-delà des efforts techniques et financiers, nous voulons encourager l’esprit d’entreprendre « a souligné le président Richert. « Nous voulons les accompagner sur le chemin de la réussite ». Mais l’éducation et la formation, c’est aussi apprendre à vivre ensemble. D’où les nombreuses actions menées dans le cadre du « Mois de l’Autre » pour mieux se connaître et connaître les différences.

Troisième priorité : soutenir le développement économique par l’orientation et la formation. «  La formation professionnelle continue constitue l’une des orientations phares de la Région » a rappelé Philippe Richert qui met l’accent sur le bilinguisme (notamment français-allemand) et la formation aux métiers du sanitaire et social (la région consacre plus de 92 M€ à ce secteur).
Bref, le Grand Est met de gros moyens, en relation avec l’Education nationale « dans l’intérêt de l’enfant, pour lui permettre d’avoir une place dans la société. Pour tout cela, nous devons dépasser tous les clivages ».

Former pour des emplois

Le recteur Gilles Pécout qui a fait « un pèlerinage sur la tombe de Jules Ferry » a salué « l’approche globale de tous les maillons de la chaîne éducative » et « la convergence sur les enjeux éducatifs ».
Gérard Cherpion a rappelé l’intérêt de la formation : « Il y a trop de demandeurs d’emploi dans notre pays. Peut-on se permette d’être en concurrence ? demande-t-il. Nous devons être complémentaires pour répondre au mieux aux formations qui débouchent sur des emplois. »
Le président et les personnalités qui l’accompagnaient ont ensuite visité le lycée Georges Baumont qui forme 786 élèves du CAP au BTS grâce à ses filières générales et technologiques comme l’ingénierie, la création industrielle, l’éco-conception, l’environnement etc. Il accueille également 83 internes et sert plus de 1177 repas par jour aux élèves et au personnel. 150 enseignants, personnels administratifs et 33 adjoints techniques (ATTEE) font vivre l’établissement au quotidien.

Marcel GAY

Lire Aussi