Edition du samedi 21 octobre 2017

Nancy, 15ème métropole de France

A compter d’aujourd’hui, 1er juillet 2016, Nancy devient la quinzième métropoles françaises (M15). Un rééquilibrage territorial par rapport à l’Euro-métropole de Strasbourg.

Capture.JPG stan

La place Stanislas (photo iha.fr)

La Communauté urbaine du Grand Nancy (CUGN) devient, en ce premier jour de juillet, la 15ème métropole de France. Un titre très envié que l’on doit à l’action conjuguée des élus, de droite et de gauche, sous la houlette d’André Rossinot (UDI) président du Grand Nancy, Laurent Hénart, (UDI) maire de Nancy et Mathieu Klein (PS), président du Conseil départemental.

Certes, Nancy n’entrait pas forcément dans les critères fixés par la loi Mapam de 2014, notamment en termes de population (elle compte moins de 400.000 habitants). Mais Nancy est au cœur d’une aire urbaine de 476.000 habitants et d’un ‘’écosystème’’ de 1,4 millions d’habitants si l’on prend en compte le sillon lorrain (Thionville, Metz, Nancy, Epinal).
C’est donc en raison d’un équilibre des territoires qu’il faut raisonner : Entre Paris et Strasbourg, il était nécessaire de créer une autre métropole dans le Grand Est.

André Rossinot, président

Le 8 Juillet, André Rossinot deviendra le premier président de Nancy-Métrople. « Il est désormais de notre responsabilité de faire vivre cette métropole en favorisant l’épanouissement de tous les talents de notre territoire, dans un esprit d’innovation et d’intelligence collective qui a toujours constitué notre force » expliquait récemment André Rossinot à nos confrères du Point.
Les enjeux de la Métropole sont en effet très importants comme l’explique Laurent Hénart : « Une métropole peut récupérer des compétences dévolues jusque-là au Département ou à la Région. Comme par exemple les transports, pilotés à Nancy et autour de Nancy par quatre opérateurs. Avec la Métropole, il n’y en aura qu’un. »
Même constat de la part de Mathieu Klein ! « La métropole de Nancy peut être une locomotive pour tout le département. La dynamique doit entraîner le sud-lorrain. Une métropole, oui, à condition qu’elle soit solidaire. »

E.L.

Lire Aussi