Edition du lundi 16 juillet 2018

La motion de censure est rejetée

Comme il fallait s’y attendre la motion de censure déposée par la droite a été rejetée par l’Assemblée. La loi Travail a donc été adoptée  en première lecture dans un climat très tendu marqué par de nombreuses manifestations.

Avec seulement 246 voix pour, la droite et la gauche de la gauche n’ont pas réussi à se mettre d’accord pour faire chuter le gouvernement. Il en aurait fallu 288.
Les « frondeurs » du parti socialiste n’ont donc pas voté la motion de censure déposée par Christian Jacob au nom des Républicains et Philippe Vigier pour l’UDI. Ils n’ont pas voulu mêler leurs voix à celles de droite et des dix députés du Front de Gauche en dépit des appels de Christian Jacob de « passer à l’acte » en censurant le gouvernement.
Manuel Valls a stigmatisé « la démarche aventureuse » de certains députés qui ont envisagé de déposer « une motion de censure de gauche » contre la loi El Khomri passée en force par le gouvernement à l’aide du 49-3 (adoption sans vote de l’Assemblée). « Je ne laisserai pas détruire la gauche de gouvernement, la social-démocratie française » a lancé le Premier ministre en promettant que « le temps de la clarification est venu. »

Des manifs

Pendant ce temps, de nombreux manifestants s’étaient rassemblés contre la loi travail. A Toulouse, à Rennes, à Caen, à Lyon mais aussi dans la capitale, des milliers de personnes sont venus dire leur mécontentement contre la loi travail.
Des heurts ont parfois opposé les manifestants aux forces de l’ordre. « Nous sommes tous des casseurs » pouvait-on lire sur une banderole parisienne. De fait il y a eu de la casse un peu partout. Et quelques interpellations. Sept à Paris, quinze à Nantes, six à Caen.
Et cela pourrait continuer puisque d’autres journées de mobilisation sont prévues contre la loi El Khomri.
Désormais, le projet de loi va être transmis dans la foulée au Sénat où il sera examiné la semaine prochaine avant d’être débattu en séance publique à partir du 13 juin.

E.M.

Lire Aussi