Notre-Dame-des-Landes : pourquoi les « zadistes » ne sont pas partis

Des heurts avec les forces de l'ordre 'capture EuroNews)
Des heurts avec les forces de l’ordre ‘capture EuroNews)

Hugo Melchior, Université Rennes 2

Il devait être aux alentours de trois heures du matin, ce lundi 9 avril, lorsque des centaines de gendarmes, accompagnés de huissiers de justice, ont lancé l’offensive d’envergure sur la ZAD de Notre-Dame-des-Landes annoncée depuis des jours, afin de procéder à « l’expulsion des occupants les plus radicaux ». Ont été désignés ainsi celles et ceux qui ont refusé de « régulariser leur situation » en portant un «projet agricole», malgré les injonctions répétées des autorités depuis le mois de janvier, et qui par là même continuent de se positionner en marge de la légalité.

Alors que de très nombreux journalistes ont été empêchés d’accéder à la zone par les forces de l’ordre au nom de leur «sécurité» et s’en sont émus auprès de la préfète, la première journée d’opération s’est achevée. Déjà de nombreuses interactions violentes ont été relevées sur place, mais aussi des scènes de résistances pacifiques de la part d’habitants et de dizaines de personnes arrivées sur place, ces derniers jours, afin d’apporter leur soutien pratique aux habitants de la ZAD pour qu’ils puissent y demeurer.

Par ailleurs, des manifestations de soutien aux occupants de la ZAD qui ont décidé de résister pied à pied, comme à l’automne 2012 en réaction à «l’Opération César», sont prévues dans de nombreuses villes partout sur le territoire, comme à Nantes et à Rennes ce lundi. Mais le soutien populaire aux «habitants de la ZAD» va-t-il s’exprimer largement dans l’espace public aujourd’hui et dans les prochains jours ? Va t-on assister à Notre-Dames-des-Landes ou à Nantes à des manifestations forte d’une affluence comparable à celles du 17 novembre 2012, du 11 mai 2013, du 22 février 2014, des 5 et 4 juillet 2014, du 9 janvier 2016 ou encore du 27 février 2016? Il s’agissait alors pour les dizaines de milliers d’opposants de dire prioritairement «Non à l’aéroport».

En dépit du dispositif sécuritaire censé être dissuasif (2 500 gendarmes mobiles, grilles anti-émeutes) et le recours à une stratégie de saturation de l’espace, en dépit des premiers «succès» remportés par les autorités publiques avec la destruction de plusieurs espaces de vie et, autres lieux de sociabilité et «porteurs de projets» («le hangar des 100 noms», «la Tour du Lama fâchée», «La vigie», «Jessy James»), assimilés à des «squats» par les autorités, l’opération de maintien de l’ordre jugée à haut risque, la tragédie de Sivens avec la mort du militant écologiste Rémi Fraisse continuant à hanter les mémoires, demeure néanmoins sans garantie de succès.

Le gouvernement avait bien prévenu les « habitants de la ZAD » que sa main ne tremblerait pas concernant le devenir immédiat de celles et ceux appelés à être expulsés de leurs habitations et à quitter librement les lieux. Après avoir renoncé au projet d’aéroport au mois de janvier, avec l’assentiment d’une majorité de l’opinion publique, il avait dit que « le retour de l’État de droit » serait sa priorité, convaincu d’avoir le souffle de cette même opinion publique dans le dos.

Les habitants de la ZAD avaient donc le choix suivant : soit se soumettre aux injonctions gouvernementales et de la justice, c’est-à-dire régulariser leur situation; soit se démettre, c’est-à-dire quitter les lieux de gré ou de force. Cela correspondait à un choix cornélien pour nombre d’eux qui ont décidé en dernière instance de ne pas choisir, quitte à devoir résister sur place à cette entreprise programmée de «démantèlement» de leur façon d’habiter de concert cet espace.

Sans doute les décideurs politiques escomptaient-ils que les habitants de la ZAD dans leur grande majorité finiraient par partir d’eux-mêmes à partir du moment où le projet aéroportuaire était ajourné. Il n’en a rien été. Les habitants de la ZAD ne sont pas partis spontanément, bien décidés à enraciner durablement leurs multiples communs.

Mais pourquoi donc une telle obstination à vouloir habiter collectivement cette zone humide, alors que la bataille au long cours contre le projet d’aéroport à Notre-Dame-des-Landes a été remportée ?

Le couperet est tombé

Les dernières concertations entre l’exécutif et les élus locaux favorables à la construction d’une nouvelle zone aéroportuaire à Notre-Dames-des-Landes (Loire-Atlantique) en ce début d’année, de même que l’ultime appel de l’ancien Premier ministre Jean‑Marc Ayrault, n’auront pas suffi à modifier l’orientation qui semblait se dessiner depuis la remise du rapport des trois médiateurs, le 13 décembre 2017, en dépit de la volonté affichée par ces derniers de laisser ouvert le champ des possibles.

Le couperet est tombé : le projet du nouvel aéroport du Grand Ouest, qui avait été relancé par Lionel Jospin et Dominique Voynet en octobre 2000, et dont le concessionnaire devait être la multinationale Vinci pendant 55 ans, a été définitive ajourné par Emmanuel Macron au profit d’une modernisation et d’un réaménagement de l’actuel aéroport de Nantes-Atlantique. Celui-ci ne pouvait plus attendre davantage : la déclaration d’utilité publique (DUP), votée le 10 février 2008, arrivait à échéance le 9 février 2018.

En abandonnant, le 17 janvier 2018, la perspective du transfert d’aéroport à Notre-Dame-des-Landes, Emmanuel Macron renie une de ses promesses formulées pendant la campagne présidentielle. Le 6 avril 2017, invité de « L’Émission politique », il s’était montré très clair quant à ses intentions, brandissant l’argument de la règle majoritaire en référence à la nette victoire du « oui » lors de de la consultation publique, organisée par l’État le 26 juin 2017, en Loire-Atlantique, dans le but de conférer au projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes l’onction du suffrage universel.

Aussi devra-t-il subir les procès en reniement et en renoncement de la part des nombreux partisans du projet (habitants, décideurs économiques, élus de droite comme de gauche, collectivités) qui dénoncent déjà le déni de démocratie à l’œuvre, et ne manquent pas rappeler au gouvernement « capitulard » les 179 décisions de justice en faveur de la déclaration d’utilité publique du projet de Notre-Dame-des-Landes.

« Les avions ne décolleront pas ! »

Après plus de quarante années d’agir en commun contre ce projet aéroportuaire mettant en péril l’intégrité de 1 650 hectares de terres agricoles et de zones humides, « les avions ne décolleront pas » à Notre-Dame-des-Landes, comme le chantaient des dizaines d’opposants, de façon prémonitoire, le 24 novembre 2012, dans la forêt de Rohanne. Située sur le territoire de la commune de Notre-Dame-des-Landes, cette zone humide compte plusieurs espèces rares et protégées. Elle était menacée de destruction par les travaux du futur aéroport.

Les 400 personnes présentes, ce jour-là, se mobilisaient alors en réaction à l’offensive sécuritaire d’envergure, baptisée « Opération César » lancée le 16 octobre 2012. Quelque 1 200 gendarmes et policiers avaient reçu pour instruction de « pacifier » la Zone d’aménagement différée (ZAD), occupée depuis août 2007 et rebaptisée par ses nouveaux habitants-militants « Zone à défendre ». Objectif : permettre le début des travaux du nouvel aéroport dont la mise en service était prévue initialement pour… 2017.

Les dizaines de milliers d’opposants à ce grand projet « modernisateur », produit des « Trente glorieuses », peuvent se réjouir d’avoir remporté cette bataille au long cours dans une période où le mouvement social semblait ne devoir connaître que des défaites.

Ce succès, comparable aux précédents emblématiques du Larzac ou de Plogoff, restera dans les mémoires militantes comme la démonstration que la lutte collective contre les projets de « déménagement du territoire », et plus particulièrement le « mode d’action occupationnel », pour reprendre l’expression de la sociologue Stéphanie Dechezelles, est susceptible de mettre en échec le pouvoir.

Que vont devenir les « Camille » ?

La question du devenir du projet d’aéroport à Notre-Dame-des-Landes étant définitivement réglée, après des années de tergiversation de la part des pouvoirs publics qui ont alterné coups de force et temporisation, reste l’épineux problème des 200 à 300 femmes et hommes qui se font appeler « Camille » dans les médias par refus de toute forme de personnalisation. Ces derniers disent habiter « en conscience » une ZAD devenue au fil des années une zone « libérée » et « autogouvernée », une véritable « utopie réelle » à ciel ouvert, pour reprendre le titre du célèbre ouvrage du sociologue Erik Olin Wright.

Dès la remise du rapport des médiateurs, en décembre dernier, l’exécutif avait expliqué qu’indépendamment du sort du projet aéroportuaire, la restauration de la normalité à Notre-Dame-des-Landes, c’est-à-dire de « l’État de droit », serait sa priorité absolue. En d’autres termes, le dégagement, si besoin par le recours à la force publique, de celles et ceux qui vivent « illégalement » sur ces terres devrait être mené à bien.

Le premier ministre, Édouard Phillipe a ainsi annoncé, ce mercredi 17 janvier 2018, la « fin de la zone de non-droit qui prospère ». Un ultimatum a été adressé en ce sens aux « obstinés de la ZAD » : l’obligation de quitter les lieux d’ici à la fin de la trêve hivernale, au risque de se voir expulser de force par la police et la gendarmerie.

Invité de France 2, la veille, le ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb, avait déjà annoncé que « la ZAD sera évacuée des éléments les plus radicaux », sans préciser qui était réellement désigné sous ce vocable, et surtout comment se ferait concrètement la séparation entre le bon grain et l’ivraie… Autrement dit, comment s’effectuerait le tri entre les « plus radicaux » et les autres habitants de la ZAD. Ces derniers seront-ils autorisés à demeurer sur place après avoir régularisé préalablement leur situation ?

La préfète de Loire Atlantique, Anne Boquet, avait déjà laissé entendre, le 21 décembre 2017, que, si le projet d’aéroport devait être abandonné, l’évacuation de la ZAD ne serait pas totale, et que l’opération mise en œuvre par le gouvernement ne concernerait que lesdits « occupants illégaux » et lesdits « 95 squats » recensés sur place.

Traitement différencié ou volonté de diviser pour mieux régner de la part des autorités ? Une chose est sûre : les « gens de la ZAD » ne se laisseront sans doute pas « trier » par une autorité extérieure revendiquant le droit de dire qui peut rester et qui doit partir de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes.

De mode opératoire à projet de société

Initialement la constitution d’une ZAD (Zone à défendre), c’est-à-dire le fait d’occuper en permanence et pendant une durée indéterminée un espace donné afin de protéger son intégrité, fut considérée par les opposants comme le meilleur mode opératoire pour prévenir le début des travaux programmé par le gouvernement.

Discutée et popularisée en août 2009, lors du « Camp Action Climat » organisé à Notre-Dame-des-Landes à l’initiative des « opposants historiques », l’occupation prolongée en marge de la légalité de ces centaines d’hectares devant accueillir le nouvel aéroport international aura été le facteur déterminant de l’issue de cette lutte au long cours, et par là même le moment clé de l’histoire de ce conflit.

On pourrait légitimement penser qu’avec l’abandon définitif du projet d’aéroport par le gouvernement, la ZAD n’a plus d’objet, et de facto plus de raison d’être. Le problème pour les autorités soucieuses d’un retour à la normale à court terme, c’est que cela fait déjà longtemps que la ZAD a cessé d’être uniquement un mode opératoire employé de façon pragmatique par les opposants au projet pour empêcher le démarrage des travaux.

En réalité dès ses débuts, et plus encore après 2012, elle est devenue un projet de société à défendre, et par là même est-elle passée du statut de moyen mis au service d’une lutte environnementale à celui de dessein alternatif. La ZAD est devenue une fin en soi à partir du moment où les opposants ont décidé d’« habiter politiquement le lieu », en occupant de façon active l’espace « à défendre ». Ils ont ainsi décidé de donner à la critique de « l’aéroport et son monde » un contenu positif et remarquable au travers de la construction de dizaines « lieux de vie », de l’exploitation des terres, ou encore du développement de nouvelles formes de sociabilités.

L’édification d’une « Commune »

Ainsi, pendant ces années de répit, les zadistes ont beaucoup co-produit et co-construit. Ils ont cherché à « faire ensemble » dans les lieux qu’ils occupaient afin d’élaborer des « communs » et contribuer par là même à « l’édification d’une Commune et d’un devenir commun ».

La ZAD est devenue un espace politique ouvert, relié et circulant, saturée d’expérimentations sociales et écologistes et de pratiques hétérogènes qui essayent de se combiner à la faveur d’idées directrices : l’auto-gouvernement, le partage égalitaire des tâches, l’hospitalité, la gratuité, le travail sans lien de subordination hiérarchique.

De l’extérieur, elle peut être perçue comme l’alternative déjà là, c’est-à-dire une préfiguration au présent de ce que pourrait être une autre forme d’organisation de la vie collective délivrée de la « marchandisation des rapports sociaux », de la « division sociale du travail » et de la « démesure destructrice du modèle de développement capitaliste ».

De fait, la ZAD a conféré, pour ses artisans, une assise territoriale, et par là même un débouché politique « en acte » et immédiatement, à la critique radicale et quotidienne de l’ordre des choses existantes.

Une opération de « pacification » à haut risque

Dès lors, ne pouvant escompter un départ spontané des zadistes, le gouvernement devra en dernière instance faire appel à la force pour rétablir « l’ordre républicain ». Or il ne doute pas un seul instant que la résistance collective des « gens de la ZAD » sera autant déterminée qu’organisée, et que dans le cadre de cet affrontement a priori asymétrique entre les forces de l’ordre et les opposants, ces derniers utiliseront sans doute un large répertoire d’actions protestataires, comme en 2012. On y retrouvera aussi bien des modes d’action légaux que des méthodes relevant de la « délinquance politique ».

Les zadistes chercheront sans doute à prendre à témoin l’opinion publique, aujourd’hui majoritairement défiante à leur endroit, et dire qu’ils se trouvent en situation de légitime défense, qu’ils ne font que protéger leurs « lieux de vie » de la destruction programmée, et que ce sont les forces de l’ordre qui assument le rôle de « casseurs ».

À l’inverse, cette évacuation sera ressentie sans doute comme un vrai soulagement pour certains riverains qui, au cours de ces dernières années, avaient sollicité les médias pour dénoncer publiquement à l’intention des pouvoirs publics les actes de déprédation commis régulièrement, selon eux, par des zadistes.

« Enracinons l’avenir »

Une question demeure, et celle-ci est déterminante pour la suite : maintenant que le projet d’aéroport est finalement abandonné par le pouvoir, les dizaines de milliers de personnes, qui se sont régulièrement mobilisées depuis 2012 contre l’aéroport, vont-elles se mobiliser demain à nouveau – et en nombre suffisant – pour défendre l’intégrité physique et la pérennité de la ZAD en tant que zone « libre » et « auto-administrée » ?

Une mobilisation de masse, comme à l’automne 2012, est-elle possible autour du mot d’ordre commun et positif « Oui à la ZAD » qui viendrait supplanter le mot d’ordre négatif « Non à l’aéroport », le ciment de l’unité plurielle et bigarrée des opposants depuis près d’un demi-siècle ? Les dizaines de milliers de personnes qui, le 8 octobre 2016, munies chacune de leur bâton, s’étaient faites la promesse de revenir en cas de tentative d’évacuation de la ZAD, convergeront-elles à nouveau sur place pour réaffirmer le droit à l’existence de la ZAD ?

Début de réponse, le 10 février 2018, à la faveur du rassemblement « Enracinons l’avenir ». Celui-ci est susceptible d’être, sinon une opération de reconquête de la ZAD, sur le modèle de celle du 17 novembre 2012 qui avait réuni près de 40 000 personnes, une démonstration de force prouvant que la ZAD en tant que telle, même découplée de la lutte contre le projet d’aéroport, bénéficie toujours d’un soutien populaire important, qu’elle reste une cause mobilisatrice.

La nouvelle bataille de la « Zone d’autonomie définitive »

Dès à présent, de nombreuses organisations politiques, syndicales et associatives nationales et locales (Attac, Confédération Paysanne, Coordination Bure Stop, EELV, Ensemble ! Les Amis de la Terre, Parti de Gauche, Union Syndicale Solidaires…) ont affirmé leur volonté de s’engager « pour l’avenir de la ZAD ». Sans oublier les 200 comités de soutien disséminés sur tout le territoire national.

The ConversationLes zadistes et les « opposants historiques » au projet d’aéroport ont certes remporté une première victoire politique en obtenant la préservation de 1.650 hectares de terres agricoles et de zones humides. Reste pour eux, à présent, à gagner l’autre bataille politique, tout aussi essentielle pour les habitants de la ZAD : que cette « Zone à défendre » à Notre-Dame-des-Landes devienne une « Zone d’autonomie définitive ».

Hugo Melchior, Doctorant en histoire politique contemporaine, Université Rennes 2

La version originale de cet article a été publiée sur The Conversation.

The Conversation



Lire Aussi