Edition du mercredi 20 juin 2018

Accord-cadre Région Grand Est et EDF

Il a été signé ce mardi 6 mars 2018 par Jean Rottner, Président de la Région Grand Est et Jean-Bernard Lévy, Président-Directeur Général d’EDF, pour la période 2017-2021, en faveur d’une région bas carbone, innovante, créatrice d’emploi et solidaire.

Signature de l'accord cadre entre la Région Grand Est et EDF (photo RGE)

Signature de l’accord cadre entre la Région Grand Est et EDF (photo RGE)

La Région Grand Est s’est résolument engagée dans l’accélération de la transition énergétique du Grand Est. L’objectif est de réduire la consommation énergétique d’ici 2020, de renforcer la part des énergies renouvelables dans la consommation énergétique finale et de réduire fortement nos émissions de gaz à effet de serre d’ici 2050.
Tout en répondant aux objectifs de l’amélioration de l’efficacité énergétique, la Région intègre dans ses politiques régionales les enjeux de développement économique de ses territoires en favorisant l’investissement local, de formation, de précarité énergétique et de maintien de la biodiversité.
Le groupe EDF, énergéticien majeur dans le Grand Est, contribue à faire de cette Région une « terre d’énergie » productrice d’électricité faiblement carbonée grâce à la diversification de son mix de production d’électricité basé sur le nucléaire et les énergies renouvelables.
Résolument engagé dans la transition énergétique, EDF est aussi un acteur de référence de l’efficacité énergétique et de la performance des usages bas carbone auprès de ses clients industriels, des collectivités et des habitants de la région. Pour impulser et développer des solutions innovantes, EDF et ses filiales sont de plus en plus impliqués dans l’écosystème régional de l’innovation.

Allier les forces dans trois domaines majeurs et agir ensemble

Dans ce contexte, la Région Grand Est et EDF ont décidé d’allier leurs forces et d’agir ensemble pour :
• soutenir le développement économique, la création d’emplois et l’innovation,
• préserver le mix énergétique régional bas carbone mariant nucléaire, hydraulique, éolien, solaire, géothermie et biomasse, et développer les projets d’énergies renouvelables valorisant les ressources de la région,
• développer la transition énergétique auprès des territoires, des habitants et des entreprises, par des actions en matière d’efficacité énergétique et de maîtrise de la demande, de développement des transports propres, des technologies numériques, et des nouveaux usages de l’énergie plus protecteurs de la biodiversité et de l’environnement.

Ce partenariat vise à impulser et à soutenir les initiatives innovantes, en cohérence avec les compétences et stratégies régionales en matière de développement économique, d’innovation et de transition énergétique et formation.

Un partenariat durable, porteur d’avenir

Les orientations générales de ce partenariat durable sont articulées autour de 5 thématiques principales :

• la prospective énergétique,
• le développement économique des territoires et la création d’emplois, avec notamment le développement et la valorisation de la production d’énergie bas carbone, l’accompagnement des grands programmes de l’entreprise, l’essor du tourisme industriel,
• l’innovation et la R&D : il s’agit entre autres d’appuyer le déploiement de l’Industrie du Futur (une orientation phare du SRDEII) et de poursuivre l’accompagnement des pôles de compétitivité,
• l’écologie industrielle et territoriale, ainsi que la préservation de la biodiversité : l’objectif est d’améliorer l’efficacité énergétique des entreprises, l’accès à la mobilité durable, et de travailler de concert pour répondre à deux objectifs retenus dans le schéma de cohérence écologique,
• la formation et l’emploi, avec le développement de filières de formation dans le domaine de l’énergie pour pourvoir aux emplois de demain.
De par leurs actions concertées et coordonnées sur l’avenir énergétique de la région, sur le développement de solutions innovantes en matière d’efficacité et de transition énergétique dans les territoires et sur la formation des jeunes aux métiers de l’énergie, la Région Grand Est et EDF ambitionnent ainsi de construire une région bas carbone, innovante, créatrice d’emplois, solidaire et porteuse d’avenir.

La Région Grand Est engagée dans l’accélération de la transition énergétique

Environnement
À travers le programme Climaxion, conduit en collaboration avec l’ADEME, la Région s’est dotée d’outils d’intervention volontariste autour de 3 axes majeurs :

– l’amélioration de l’efficacité énergétique des bâtiments, avec un soutien en faveur de la rénovation du patrimoine des collectivités, des associations, des bailleurs sociaux et des copropriétés, et l’accompagnement des particuliers, grâce au déploiement des plateformes locales de rénovation énergétique conjuguée à la création de la Société d’Économie Mixte OKtave,
– le développement des énergies renouvelables, au regard du potentiel dont dispose les territoires du Grand Est (solaire, géothermie, méthanisation, bois énergie, etc.),
– le soutien à l’économie circulaire et l’économie de ressources, à travers l’appel à projets économie circulaire, pour stimuler les projets sobres en ressources depuis la conception jusqu’au process de production.

En 2017, plus de 250 projets représentant un investissement local total de plus de 54 M€ sur le territoire du Grand Est ont bénéficié de ce programme.

Formation
La Région signera prochainement un Contrat d’Objectifs Territorial sur les métiers de l’Industrie qui a pour ambition de définir, en lien avec les branches de l’industrie (dont l’UIMM représentant le secteur du nucléaire) et l’État, les enjeux et objectifs partagés en matière d’observation du secteur et prospective, l’identification des besoins en compétences, la promotion des métiers et le pilotage de l’offre de formation dans l’industrie. L’accord cadre de partenariat entre la Région et EDF pourra ainsi s’inscrire et bénéficier de ce cadre d’actions.

Développement économique et innovation
Cette convention vient confirmer un partenariat engagé depuis plusieurs années entre la Région Grand Est et EDF. Cette collaboration a été mise en œuvre au travers de dispositifs d’intervention en fonds propres en faveur des entreprises (7 M€ investis au sein de différents fonds) que la Région a lancés précédemment ou qu’elle souhaite encore mettre en place, du plan régional Industrie du Futur, véritable ADN de l’économie régionale confirmé par le SRDEII ou de soutiens à des acteurs de l’innovation, comme le pôle de compétitivité Fibres Energivie, sur la thématique de la maquette numérique.

À propos du Groupe EDF dans le Grand Est

Le groupe EDF, acteur public de proximité, fortement ancré sur le Grand Est (2ème employeur industriel), est un opérateur essentiel de la vie économique et sociale de la Région.

Le groupe EDF est le 1er investisseur industriel, le 1er énergéticien (15 541MW puissance installée), champion de la production électrique décarbonée, avec une prééminence du nucléaire : 4 centrales à Chooz (2X1450 MW), Nogent sur Seine (2X1300 MW), Cattenom (4X1300 MW) et Fessenheim (2X900 MW) et de l’hydraulique, notamment sur le Rhin et à Revin (respectivement 1418 MW et 800 MW). Le groupe EDF dispose également d’un parc de production ENR important sur l’ensemble de la Région, avec, pour sa filiale EDF Energies Nouvelles, 16 parcs éoliens en exploitation (227 MW) et 2 centrales photovoltaïques (122 MWc), la géothermie profonde en Alsace (avec Electricité de Strasbourg) et 3 centres de maintenance. S’y ajoutent la présence d’un cycle combiné gaz parmi les plus modernes et flexibles d’Europe et de nombreux réseaux de chaleur (1er opérateur avec Dalkia et ES Services Energétiques). Par ailleurs, plusieurs projets de parcs éoliens sont, soit à l’étude, soit autorisés, dont le grand parc du Mont des 4 Faux dans les Ardennes.
Le groupe EDF joue également un rôle clé dans la vente d’énergies et de services énergétiques (1er fournisseur de la région), ainsi que dans le déploiement des actions d’efficacité énergétique auprès des territoires, des habitants et des entreprises de la région.
Le groupe EDF est enfin très implanté au sein des organismes concourant au développement économique (chambres consulaires, fonds d’investissement, appui à la création et au développement des entreprises, agences de développement, etc…), à l’innovation (pôles de compétitivité, universités et écoles, instituts de recherche, etc…) ou au développement social et sociétal (associations d’aide à la réinsertion, à la sauvegarde de la biodiversité, etc…).

Lire Aussi