Edition du vendredi 22 juin 2018

En philosophie politique comme en toute chose : la mode est ce qui se démode

Point-de-vue. « De nos jours, un vent mauvais souffle sur le monde charriant des aigreurs, des peurs, des régressions morales, des ressentiments » explique Gérard Charollois dans la lettre hebdomadaire.

Mai 68 à Paris (Barbey Bruno par Ur Cameras Flickr)

Mai 68 à Paris (Barbey Bruno par Ur Cameras Flickr)

 

À la fin de la décennie 1960/1970, nous connûmes la mode du « peace and love », du « flower power ». En ce temps-là, les jeunes gens qui ne voulaient pas devenir ce vieil homme usé qu’était leur père traitaient le recteur d’académie de vieille baderne, conspuaient l’ordre et la tradition, voyaient en Mao, Castro et le Che des libérateurs flamboyants, agitaient des drapeaux rouges et noirs et draguaient dans les vapeurs de gaz lacrymogènes que balançaient les « CRS SS ».
A l’université, il était de bon ton d’être gauchiste, trotskyste et maoïste, ce que je ne fus jamais.

« De paisibles notaires et notables »

Face à ce grégarisme révolutionnaire de la génération, tout observateur de l’époque pouvait penser que l’avenir serait marxiste et que la Révolution submergerait l’ancien monde sclérosé, marchand, doux aux forts et durs aux faibles.
Je ne fus pas victime de ce panurgisme et je m’étonnais de ce que l’on puisse voir en ces dictateurs et ces idéologies autoritaires et sectaires une voie de liberté, de générosité, de justice, d’émancipation.
Nous pouvions savoir et ma génération aurait dû considérer les crimes des goulags, les massacres de réfractaires, le conservatisme étriqué derrière la façade révolutionnaire des pays rouges.
Je ne fus pas dupe et, à tout prendre, contre ma génération et contre les milieux universitaires, je préférais de Gaulle, malgré quelques relents ringards, à Mao et à ses crimes de masse.
Bien sûr, déjà l’argent pourrissait tout, le capitalisme menaçait la biodiversité, la religion obscurcissait la raison et entravait la liberté, mais pour que les garçons puissent aller dans la résidence universitaires des filles, chose heureuse et souhaitable, point n’était nécessaire d’en appeler au totalitarisme chinois et aux errements de la mode gauchiste.
Pour avoir échappé aux pièges et mirages de l’époque, j’admets ne pas avoir prévu que mes contemporains enflammés, bouillants révolutionnaires sartriens, deviendraient quarante ans plus tard de paisibles notaires et notables, électeurs d’un Sarkozy et d’un Macron, dociles serviteurs de cet ordre financier, injuste, ravageur que la jeunesse dénonçait au temps ardent d’un mois de mai.

De la mode gauchiste à la mode start-up

De Gaulle ferait figure de progressiste au regard des dirigeants actuels dont l’obsession est de supprimer subrepticement tous les droits sociaux arrachés aux forces d’argent au cours des deux siècles précédents et de flatter les dégénérés ridicules qui célèbrent la chasse à courre.
Le Général ne se voulait ni de gauche, ni de droite, droite qu’il avait combattue en 1940 lorsqu’elle était Vichyste et en 1960 lorsqu’elle était colonialiste et qu’elle tenta de l’assassiner.
Pour avoir résisté à la mode gauchiste de naguère, je peux aujourd’hui dénoncer la mode « start up » d’un temps de régressions qui préparent le saccage de « l’environnement » et le malheur des peuples.
Certes, la génération de ce temps prônait l’hédonisme mais y ajoutait une dimension altruiste, une obsession sympathique de la justice, un souci du « prolétaire » pour reprendre un mot de l’époque, concept démodé, depuis que seuls les oligarques poursuivent la « lutte des classes ».
Si en 1960 tout homme pouvait penser que le sort de son enfant serait meilleur que le sien, présentement, l’on peut légitimement craindre que demain sera fait de sacrifices, d’efforts, de renoncements aux droits acquis selon un processus parfaitement élaboré.
Pour mieux expliciter mon propos, je vais évoquer, à titre d’exemple, un cas très concret.

Intolérables privilèges

Je ne suis personnellement nullement concerné par le statut des « cheminots » et pourrais me désintéresser absolument du sort d’une catégorie que la propagande libérale dépeindra comme privilégiée, pour la vouer à la vindicte des autres catégories.
Songez, les cheminots ont la sécurité de l’emploi, une progression de carrière assurée, une retraite anticipée. « Quel scandale » ! « Quelle injustice ! », de « vrais planqués à l’abri de leur statut » !
Jouant sur le ressentiment des autres catégories sociales, les libéraux économiques vont supprimer ces « intolérables privilèges ».
Demain, les mêmes forces idéologiques, vous expliqueront que nombre de chômeurs sont des assistés qui se complaisent dans l’oisiveté, que les agents publics bénéficient de droits refusés aux autres, que les retraités peuvent contribuer davantage, que les salariés du privé doivent être flexibles et disponibles en permanence pour les besoins de l’économie, que les services publics pèsent sur la dette, que le social, la santé plombent l’économie, que tout doit être rentable et servir le profit.

Tous les droits rognés

Ce que ne disent pas les sectaires du temps qui valent bien par leur dogmatisme ceux des années 1960, c’est qu’il conviendrait, à l’inverse de ce qu’ils prônent, de donner à tous les droits sociaux des cheminots et non leur retirer leurs droits, conférer à tous les salariés les garanties des agents publics, tirer toujours vers le haut le sort de chacun et non systématiquement de dénoncer successivement les uns et les autres pour manipuler le peuple et l’empêcher de comprendre ce qui se passe.
Ce qui se passe ? C’est que toutes les strates sociales y passeront et que tous les droits seront rognés, abaissés, précarisés au profit d’une infime caste de vrais privilégiés qui gagnent en une heure ce qu’un cheminot gagne en un mois.

La mode est ce qui se démode.

Alors, après l’heure du marxisme farfelu de la génération précédente et celle du culte de l’entreprise privée et du Marché de notre temps, j’appelle que vienne le temps de la prévalence du vivant sur l’avoir, du mieux-être sur l’esprit de sacrifice, de l’empathie contre la compétition frénétique, d’un hédonisme avec une dimension altruiste, le souci de l’autre.
Lorsqu’émergera cette société, les dirigeants actuels seront congédiés et leur désastreux bilan rejoindra ceux des totalitarismes de naguère.
N’oubliez pas ceci : un homme qui sert la violence contre les animaux et les autres humains est un homme dangereux car si les bons sentiments ne suffisent pas pour faire le bien et qu’il faille y ajouter de l’intelligence, il est sûr que les mauvais enfanteront toujours le malheur.
Immunisez-vous contre la mode que vous distille les détenteurs de « temps de cerveaux disponibles ».
Mes écrits ne visent nullement à vous faire penser comme moi, mais vous invitent à penser par vous-mêmes en échappant au conditionnement.

Gérard Charollois
CONVENTION VIE ET NATURE
UNE FORCE POUR LE VIVANT

Lire Aussi