Edition du jeudi 23 novembre 2017

La Catalogne proclame son indépendance

En réaction, le sénat espagnol autorise la mise sous tutelle de la Catalogne.

Ça chauffe sérieusement entre Madrid et Barcelone. Ce vendredi après-midi, le parlement catalan que préside le séparatiste Carlos Puigdemont a voté une résolution proclamant l’indépendance de la province par 70 voix pour, 10 contre et 2 abstentions (sur 135 votants). Un vote à bulletin secret pour compliquer les éventuelles poursuites judiciaires. Il est vrai aussi que les députés de l’opposition (du parti socialiste catalan, du parti populaire et de Ciudadanos) avaient préféré ne pas participer au vote.
Ainsi, la Catalogne devient « un Etat indépendant, souverain de droit » qui prend le statut de République. Une décision que n’approuve pas du tout Madrid. Dès le vote connu, le chef du gouvernement espagnol, Mariano Rajoy a fait savoir que « l’Etat de droit restaurera la légalité », autrement dit ramènera la Catalogne dans le giron de l’Espagne. Il a demandé aux sénateurs de pouvoir déclencher l’article 155 de la Constitution qui permet de suspendre de facto l’autonomie de la région. Dans l’après-midi, le sénat a autorisé la mise sous tutelle de la Catalogue.

Comme en 1934 ?

Le bras de fer engagé depuis plusieurs semaines est désormais à son paroxysme. Les indépendantistes catalans sont descendus dans la rue pour saluer leur victoire. Mais cette liesse populaire n’est pas partagée par toute la population. Le leader anti-indépendantiste de Ciudadanos, Carlos Carrizosa regrette que ce vote ait « détruit la coexistence » qui jusqu’ici régnait en Catalogne.
La Catalogne va-t-elle vraiment pouvoir se séparer de Madrid ? Aucun Etat, européen ou non, n’a jusqu’à présent soutenu les velléités d’indépendance des Catalans. Bruxelles a même annoncé que l’Europe ne reconnaît pas ce nouvel Etat.
Il y a fort à parier que l’affrontement tourne mal dans les heures et les jours qui viennent. Un peu comme cela s’est produit, il y a 80 ans déjà lorsque la Catalogne avait proclamé son indépendance. Mais sous Franco, on ne plaisantait pas avec les mutins. Il avait envoyé la troupe. Les affrontements avaient fait plusieurs dizaines de morts. Et la Catalogne était rentrée dans le rang.
Aujourd’hui, on voit mal le gouvernement de Rajoy envoyer l’armée pour mater les indépendantistes. Mais la situation semble bloquée. Et personne ne peut dire comment la situation va évoluer.

Emilien LACOMBE

 

Lire Aussi