Edition du vendredi 20 juillet 2018

ParcourSup : premier bilan

Plus de 26.000 candidats sont inscrits pour l’instant dans l’académie Nancy-Metz.

La nouvelle procédure pour les lycéens qui souhaitent s'inscrire dans le supérieur

La nouvelle procédure pour les lycéens qui souhaitent s’inscrire dans le supérieur

La phase de formulation des vœux pour l’accès aux formations initiales du premier cycle de l’enseignement supérieur a été clôturée mardi 13 mars à 23h. Une prolongation a également été accordée aux candidats résidant dans l’académie de Guyane en raison de difficultés sérieuses sur les réseaux de télécommunication.
Les candidats qui ont émis au moins un vœu ont jusqu’au 31 mars inclus pour compléter leurs dossiers sur Parcoursup. Les données présentées ici sont donc provisoires
Sur la base des tendances de cette première phase, on constate que les futurs étudiants se sont saisis en nombre de la nouvelle plateforme Parcoursup : 26.527 candidats inscrits ont formulé au moins un vœu pour cette session 2018 dans l’académie de Nancy-Metz, dont 21 435 en classe de terminale, 3380 étudiants en réorientation, et 1712 candidats dans une autre situation (non scolarisés, candidats inscrits à l’étranger…), soit une hausse de 5,6% par rapport à 2017. Ces chiffres sont cohérents avec la hausse démographique que connaît actuellement l’enseignement supérieur.

Sept millions de vœux

Les candidats pouvaient cette année formuler jusqu’à 10 vœux, dans et hors de leur académie. Le Gouvernement avait par ailleurs fait le choix de lever les contraintes qui pesaient sur la formulation des vœux par les candidats, et notamment l’obligation instituée en 2016 de formuler au moins un vœu dans une filière de licence non sélective (« pastille verte »).
Nationalement, ce sont un peu plus de 7 millions de vœux qui ont été enregistrés sur Parcoursup, soit une hausse de 6,8 % par rapport à 2017. Le nombre moyen de vœux par candidat s’établit quant à lui à 7,9 vœux par candidat.
Le ministère a engagé un travail d’analyse approfondie des données, ce qui lui permettra de livrer un état plus détaillé de la situation dans les prochains jours. La mobilisation collective d’accompagnement de la loi ORE afin de préparer la rentrée 2018 se poursuit dans les lycées, les établissements d’enseignement supérieur et les rectorats.

Lire Aussi